Skip to main content

Binnington a impressionné McDavid et Seguin avant ses débuts dans la LNH

Le gardien qui a remporté la Coupe avec les Blues a démontré son éthique de travail et sa motivation au cours d'un camp estival

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

TORONTO - Connor McDavid et Tyler Seguin savaient que Jordan Binnington avait un petit quelque chose bien avant qu'il ne se fasse un nom en tant que champion de la Coupe Stanley.

Le gardien des Blues de St. Louis, qui a réalisé un rêve d'enfance en soulevant la Coupe Stanley en juin, a passé les trois derniers étés au Camp BioSteel aux côtés d'attaquants comme Seguin des Stars de Dallas et McDavid des Oilers d'Edmonton. 
 
Il n'était pas un joueur de la LNH au cours de ses deux premières présences au camp. Il était plutôt un compétiteur féroce qui tentait de faire son chemin dans les rangs mineurs, qui peinait à prouver à ses détracteurs qu'il allait atteindre la LNH un jour. Pendant tout ce temps, McDavid et Seguin étaient aux premières loges pour assister au début du parcours du gardien qui allait le mener dans la grande ligue.

À LIRE AUSSI: Binnington vise une deuxième Coupe Stanley avec les Blues31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Blues31 en 31 : Les cinq meilleurs espoirs des Blues

« Je ne suis pas surpris », a déclaré McDavid cette semaine lorsqu'il a été interrogé sur les succès de Binnington. « Je crois que tout ce dont il avait besoin était d'une chance. 

« J'ai pu jouer contre lui à quelques reprises à ce camp, et chaque année, on le voyait progresser. Il est maintenant champion de la Coupe Stanley. »

Pour Seguin, le lien qui l'unit à Binnington est quelque peu ironique, c'est le moins que l'on puisse dire.

Le Camp BioSteel, dirigé par le préparateur sportif et de condition physique Matt Nichol, dure quatre jours et se termine par un tournoi à quatre équipes. Les équipes sont repêchées par les capitaines. Seguin, qui agit à titre de capitaine presque chaque année, a utilisé son premier choix pour sélectionner Binnington trois fois de suite.

Comment Binnington a-t-il récompensé Seguin pour sa confiance? En aidant les Blues à vaincre Seguin et les Stars 2-1 en deuxième période de prolongation du match no 7 de la deuxième ronde de l'Association de l'Ouest le 7 mai.

Video: DAL@STL, #7: Binnington vole Benn sur la ligne

« Quel ingrat, a blagué Seguin lorsque rencontré par NHL.com mardi. J'aurais aimé me souvenir davantage de ses faiblesses où j'aurais pu viser au cours de ce match. »

Seguin ne répétera pas cette erreur.

« Je l'ai étudié un peu plus au camp cette année, a expliqué Seguin, en esquissant un sourire. Ne lui dites pas que je vous ai dit ça.

« Sérieusement, il est un excellent gardien. C'est quelqu'un qui compétitionne tout le temps. Il a une très bonne tête sur les épaules. Il est une bonne personne. Il ne cadre pas dans le moule classique qui veut que la majorité des gardiens soient des personnes bizarres. Il est toutefois un super gardien, et il le sera pendant encore plusieurs années.

« Je tire sur lui depuis environ quatre ou cinq ans, nous tenons des entraînements privés. J'ai toujours vu quelque chose en lui. Je pense que plusieurs d'entre nous qui avons tiré sur lui diraient la même chose. C'est pourquoi je le repêchais toujours en premier. »

Il y a un an, Binnington a quitté le Camp BioSteel et s'est dirigé au camp d'entraînement des Blues, où il était considéré comme le quatrième gardien dans la hiérarchie de l'organisation.

Et c'est là que son histoire digne de Cendrillon s'est amorcée.

Binnington a effectué son premier départ en carrière dans la LNH le 7 janvier. Lorsque la saison régulière a pris fin, il présentait une fiche de 24-5-1 ainsi qu'une moyenne de buts alloués de 1,89, un pourcentage d'arrêts de ,927 et cinq blanchissages, ce qui lui a valu d'être finaliste au trophée Calder remis à la recrue de l'année dans la LNH.

Le meilleur restait à venir.

Binnington a établi un record pour une recrue en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, alors qu'il a conservé un dossier de 16-10 avec une moyenne de 2,46, un taux d'efficacité de ,914 et un blanchissage en 26 parties pour aider les Blues à remporter la Coupe Stanley pour la première fois dans leur histoire de 51 ans. Ce championnat lui a valu un défilé, au cours duquel il a reçu la clé de sa ville natale de Richmond Hill, tout juste au nord de Toronto.

Video: STL@BOS, #7: Binnington frustre Boston en 1re période

Cette soudaine notoriété ne lui a pas fait oublier ceux qui l'avaient soutenu par le passé.

« Segs, est l'un des premiers gars à avoir cru en moi, en me sélectionnant en premier à quelques reprises au cours de ce camp, a confié Binnington à NHL.com mardi. Nous avons remporté le titre au cours des deux dernières éditions de ce camp, alors nous tentons en quelque sorte de le défendre. 
 
« Avec Segs et Connor, il y a quelques joueurs qui appartiennent à l'élire à ce camp. C'est pourquoi c'est si spécial. Vous voulez vous entourer de bons athlètes et de personnes solides, et c'est ce qui se passe à ce camp.

« Il s'agit d'un camp spécial. Le tempo est très élevé, et on y retrouve simplement un groupe d'athlètes qui compétitionnent et qui se servent de l'été pour travailler sur leur jeu. C'est beaucoup de travail, beaucoup de plaisir, et nous allons conclure ça avec énormément de plaisir jeudi avant de repartir chacun de notre côté. C'est une semaine spéciale pour nous tous. »

C'est également à ce camp que Binnington a prouvé qu'il appartenait à la LNH, assure l'entraîneur du développement des gardiens Andy Chiodo. Chiodo a commencé à travailler avec Binnington au Camp BioSteel il y a trois ans et a été impressionné par son éthique de travail.

« Sur la glace, hors de la glace, dans le gymnase, techniquement, émotivement, personnellement, lorsque vous vous retrouvez dans un environnement où vous travaillez de la sorte, et que les gens autour de vous commencent à le voir et qu'ils vous disent des commentaires comme "Tu as l'air solide" ou "Tu devrais être dans la LNH", ça va naturellement vous donner de la confiance, a indiqué Chiodo. Binner a fait du très bon travail pour mériter tout cela. »

Sans oublier une bague de la Coupe Stanley.

« Tout le mérite lui revient », a conclu McDavid.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.