Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Première rencontre avec l'entraîneur-chef des Sénateurs, D.J. Smith

par Craig Medaglia @craigmedaglia / Sénateurs d'Ottawa

D.J. Smith est devenu hier le 14e entraîneur-chef de l'histoire des Sénateurs. Nous l'avons rencontré afin de mieux le connaître et nous avons abordé plusieurs sujets avec lui.

Au sujet de sa ville natale dans le sud-ouest de l'Ontario :

« Je suis né à Windsor, et je vis maintenant à Tecumseh, une banlieue de cette ville. Il y a eu une croissance appréciable dans cette région depuis les dix dernières années et c'est une très belle communauté. C'est mieux que ce que les gens pourraient penser et beaucoup de joueurs de hockey y vont et y vivent pendant la saison morte. C'est une petite communauté, mais qui est soudée et où tout le monde s'entraide. »

 

Ses enfants :

« J'ai un fils qui fêtera ses trois ans en juin et un fils de 15 ans qui joue au hockey AAA chez nous et qui sera admissible au repêchage de la Ligue de l'Ontario l'année prochaine. J'étais encore un joueur actif lorsqu'il est né. Il a donc grandi avec tout cela et a côtoyé beaucoup de joueurs que j'ai dirigés. »

 

Ses passe-temps à l'extérieur de la patinoire :

« Ma femme m'a entraîné à faire du crossfit il y a quelques années, une activité que nous aimons faire ensemble. J'aime beaucoup le golf aussi, j'essaie de jouer quatre à cinq fois par semaine pendant l'été, si le temps me le permet. C'est un peu plus difficile avec un enfant de trois ans, mais c'est mon escapade en été et j'essaie de jouer autant que possible. »

 

Ses souvenirs les plus lointains au hockey :

« Dès mon enfance, j'étais très compétitif, alors je voulais juste gagner tout le temps. J'ai rencontré beaucoup de personnes de qualité grâce au hockey et la plupart de mes amis ont maintenant un lien quelconque avec ce sport. Pour moi, c'est une passion. Je peux me réveiller et parler du hockey 365 jours par année. Depuis mon jeune âge, j'ai toujours voulu évoluer dans la LNH, mais lorsque ma carrière de joueur s'est terminée prématurément, la meilleure chose à faire était de devenir entraîneur à court terme. Lorsque je jouais, j'étais convaincu que je deviendrais un entraîneur un jour. Je savais de quelle façon j'aimais être traité et de répondre, alors je me suis dit que je pourrais peut-être en obtenir un peu plus de la part des joueurs en raison de cela. »

 

Son chemin vers une carrière d'entraîneur :

« Malheureusement, j'ai dû prendre ma retraite du hockey prématurément, à l'âge de 26 ans, en raison des commotions. Je suis entraîneur depuis 16 ans et j'y ai consacré beaucoup de temps. Je ne savais pas vraiment quand ma chance de diriger dans la LNH allait se présenter, mais je pense qu'il fallait y croire et je l'ai fait. Je suis ravi que cela se produise à Ottawa. »

Video: Bienvenue à l'entraîneur-chef D.J. Smith

L'entraîneur qui l'a le plus influencé :

« Paul Gillis, qui a joué longtemps pour les Nordiques de Québec, m'a dirigé pendant une courte période, mais j'ai beaucoup appris de lui, notamment par sa façon de communiquer avec moi et les autres joueurs. Il a réussi à m'enlever une bonne partie du stress, ce qui m'a permis de me concentrer sur le hockey. J'ai beaucoup d'autres très bons entraîneurs, mais il (Gillis) a réussi à me faire sentir comme si j'avais encore huit ans. Il a rendu le jeu amusant et j'ai probablement connu ma meilleure saison en carrière sous ses ordres à cause de cela. »

 

Ses liens avec les membres actuels des Sénateurs :

« J'ai peu de lien pour l'instant. En tant qu'entraîneur, j'ai dirigé contre quelques-uns d'entre eux dans le junior, particulièrement Cody Ceci lors de mon séjour à Oshawa, mais aussi contre plusieurs autres en tant qu'adjoint dans la LNH. C'est l'une des choses qui me passionne le plus. Je les connais surtout en tant que joueur, mais j'ai vraiment hâte de les connaître en tant qu'individu. »

 

Sa recherche d'un lieu de résidence à Ottawa :

Nous devons commencer à regarder dans la région. J'aimerais trouver un endroit qui se trouve le plus près possible de l'amphithéâtre, mais ma femme préférerait sans doute un secteur plus branché de la ville. Je suis sûr que nous trouverons un endroit qui nous plaira tous les deux.

En voir plus