Skip to main content

Tortorella « essaie d'être patient » avec les jeunes Blue Jackets

Le vétéran entraîneur de Columbus doit composer avec l'afflux de plusieurs jeunes dans l'équipe cette saison

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - La patience est le pilier de la sagesse. John Tortorella applique à sa nouvelle philosophie la célèbre phrase de l'écrivain français Frédéric Mistral.

« J'essaie d'être plus patient… », a déclaré l'aguerri entraîneur des Blue Jackets de Columbus, lundi, en commentant l'afflux de jeunes joueurs dans l'équipe cette saison.

À LIRE AUSSI: Kotkaniemi n'affrontera pas les Blue Jackets de Columbus, mardiMessage Tex : le blogue d'Alexandre Texier

La sagesse, cependant, n'a jamais été la plus grande des vertus de Tortorella, un bouillant entraîneur s'il en est un. 

Mais il s'assagit effectivement avec les années, rendu à l'âge de 61 ans et près de 1300 matchs derrière la cravate dans la LNH.

« J'essaie d'être patient, tout en rendant les joueurs imputables de leurs actions », a-t-il précisé au cours de la mêlée de presse qu'il a donnée après la séance d'entraînement des Blue Jackets au complexe d'entraînement des Canadiens de Montréal à Brossard.

« Nous avons greffé à l'équipe cinq ou six jeunes. Nous sommes une des plus jeunes équipes dans la Ligue nationale, encore », a-t-il souligné.

Les Blue Jackets ont perdu les services des attaquants Artemi Panarin, Matt Duchene et Ryan Dzingel ainsi que du gardien Sergei Bobrovsky, qui sont tous partis sous d'autres cieux à titre de joueurs autonomes sans compensation pendant l'été.

Ce sont de grosses pertes à combler et les Blue Jackets avaient pourtant amorcé la saison sur une bonne note, en affichant un rendement de 5-3-2 dans leurs 10 premiers matchs. Ils ont de la difficulté à acheter des buts actuellement et, forcément, le succès n'est pas au rendez-vous - comme en témoigne leur fiche de 1-5-1, dans leurs six derniers matchs.

« Nous devons marquer des buts. Marquer donne de l'énergie aux équipes et nous manquons d'énergie par moments, a déploré Tortorella. Nous n'avons aucune marge de manœuvre, si nous ne marquons pas. Cela dit, je ne crois pas que nous sommes si loin d'un déblocage. »

Les Blue Jackets (6-8-3) vont espérer que le déblocage se produise contre les Canadiens (9-5-3) au Centre Bell, mardi (19 h (HE); RDS, TSN2, FS-O, ESPN+).

« Nous connaissons une séquence difficile. Le plus important dans ce temps-là, au lieu de se fier sur quelqu'un, nous devons nous en sortir ensemble. C'est un bon défi de groupe, c'est en équipe que nous le relèverons. »

Tortorella a dit avoir confiance au noyau de l'équipe - nommément les vétérans Nick Foligno, qui va purger le premier match d'une suspension de trois parties contre les Canadiens, Seth Jones, Cam Atkinson et Boone Jenner.

« Nous avons un bon groupe de leaders. Ce sont de bonnes personnes. Plus que du leadership, ce que nous devons faire, c'est de passer à l'action sur la glace. Nous nous sommes égarés dernièrement, nous essayons de créer de la constance dans notre jeu, et c'est par nos actions sur la glace que nous y arriverons. »

L'équipe de Pierre-Luc

Tortorella sait pertinemment que l'avenir de l'équipe à brève échéance repose sur les épaules du jeune québécois Pierre-Luc Dubois. Il ne veut toutefois pas brusquer les choses.

« Pierre-Luc est probablement notre joueur le plus constant cette saison, mais il apprend encore comment devenir un professionnel, a-t-il mentionné. Je l'aide en ce sens. »

Video: CBJ@STL: Dubois complète une passe parfaite

Pour Tortorella, le leadership ça s'enseigne aux jeunes surdoués comme Dubois. 

« C'est tellement rendu une ligue de jeunes joueurs. Vous devez identifier ceux qui possèdent des qualités de leader. Pour moi, montrer à de jeunes joueurs comment exercer du leadership, c'est possiblement le plus formidable processus qui existe entre un entraîneur et une équipe, ou un joueur en particulier. »

Le colosse Dubois, choix de premier tour des Blue Jackets en 2016 (troisième au total), a assuré qu'il ne s'impose pas plus de pression qu'il le faut, du haut de ses 6 pieds 3 pouces et de ses 21 ans!

« Comme jeune, tu essaies de continuellement t'améliorer. J'ai redoublé d'ardeur à l'entraînement pendant l'été. J'ai travaillé fort sur mon coup de patin, ça fait partie de l'apprentissage d'un jeune. Mais je ne me mets pas plus de pression que ça. »

Dubois est le meilleur marqueur des Blue Jackets, avec 11 points (six buts, cinq passes) en 17 matchs, à égalité avec Gustav Nyquist (trois buts, huit passes). Dubois a amassé respectivement 48 et 61 points à ses deux premières saisons dans la LNH.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.