BORDELEAU BADGE CHAUMONT

ST. PAUL, Minnesota – Thomas Bordeleau restait à San Jose, mais il n’endossait pas l’uniforme qu’il voulait. Il avait hâte de troquer le chandail du Barracuda pour celui des Sharks.

À deux jours de la date limite des transactions dans la LNH du 8 mars, Bordeleau a reçu l’appel qu’il attendait. Mike Grier lui avait trouvé une place au sein de sa formation.

« J’ai attendu ça toute l’année, a reconnu Bordeleau à sa sortie d’un entraînement matinal sur la glace du Xcel Energy à St-Paul au Minnesota. C’était comme une bataille mentale. J’espérais revenir avec les Sharks. C’est difficile quand tu commences l’année avec le gros club, mais que tu te fais renvoyer dans la Ligue américaine après quelques matchs (six). Mais j’écoutais ce que l’équipe voulait pour moi.

« J’avais un gros temps de jeu dans la Ligue américaine, je jouais dans plusieurs situations. C’était une question de temps avant mon retour. J’attendais ma chance avec impatience. Je veux maintenant la saisir. »

Depuis son rappel avec les Sharks, Bordeleau a participé aux onze derniers matchs des siens. Il a marqué cinq buts et ajouté deux passes pour sept points. Un bon rendement avec une équipe en déroute. Les Sharks n’ont gagné qu’un petit match (1-9-1) lors de cette séquence.

« C’est le fun de voir que je peux produire au niveau de la LNH, a répliqué l’ailier de 22 ans. Tu sais que tu as ce talent en toi, mais tu ne le sais jamais parfaitement tant que tu ne le prouves pas. Je suis heureux de produire. Je suis plus heureux de mon jeu en général. Il n’y a pas juste les points. »

Avec les Sharks pour les premiers jours du calendrier, Bordeleau a vécu une déception en retournant dans la Ligue américaine. Mais ce pas de recul pourrait l’aider dans le futur.

« Tout arrive pour une raison, a-t-il dit. C’est ma philosophie. J’ai eu à franchir des obstacles cette saison. J’ai espoir que ça fera de moi une personne plus forte mentalement dans le futur. Je ne sais pas si j’avais besoin de retourner dans la Ligue américaine. C’est probablement encore trop frais pour y répondre. Mais pour l’instant, je suis heureux de me retrouver avec les Sharks. Je veux finir l’année sur une bonne note. »

Aux yeux de David Quinn, l’entraîneur-chef des Sharks, Bordeleau a grandement profité de son passage avec le Barracuda où il a amassé 25 points (11 buts, 14 passes) en 35 matchs.

« Je vois un joueur différent maintenant », a noté Quinn quelques heures avant un revers de 3 à 1 contre le Wild. « Il n’y a pas de doute. Ses intentions dans les trois zones sont meilleures. Ce n’est pas juste une question de marquer des buts. Je sais que les jeunes joueurs veulent s’établir et ils pensent à l’offensive souvent en premier. Mais il y a plus que ça au hockey. »

« Je considère que c’était une bonne chose pour lui de retourner dans la Ligue américaine, a-t-il continué. Tu as parfois besoin de souffrir un peu, tu apprends des choses dans l’adversité. Il ne s’est jamais plaint de son sort. Il a gardé la bonne attitude. Ça fait partie du développement d’un jeune joueur, mais je lui donne du crédit puisqu’il est revenu un meilleur joueur pour nous. »

Pour le match contre le Wild, Bordeleau se retrouvait au sein de la première unité en avantage numérique. Quinn lui a fait confiance même si son nom de famille ne terminait pas par « lund ». Il y avait William Eklund, Fabian Zetterlund et Mikael Granlund.

Bordeleau était encore sur la glace en fin de rencontre quand Quinn avait retiré Mackenzie Blackwood pour un sixième joueur.

Si les Sharks n’arrêtent pas d’accumuler les défaites, Bordeleau ne manquera pas de motivations pour les dernières semaines du calendrier.

« Je veux montrer de la constance. Oui, il y aura des matchs ordinaires, mais ça ne doit pas arriver souvent. J’ai besoin de prouver que je mérite ma place avec l’équipe. Je peux apporter de la rapidité. »

CHI@SJS: Bordeleau réussit un doublé en 1re période

Le 17 comme numéro et un match émotif à Nashville

À ses premiers jours avec les Sharks à la fin de la saison 2021-22, après son départ de l’Université du Michigan, Bordeleau avait reçu le numéro 23. Il ne l’a pas gardé longtemps.

« J’ai changé de numéro quand les Sharks ont acquis Oskar Lindblom avant le début de 2022-2023, a expliqué le choix de deuxième tour en 2020. Il portait le 23 à Philadelphie. Les Sharks m’ont demandé si je voulais lui donner son numéro. Comme je n’avais pas choisi le 23, je n’y voyais aucun problème. Ils m’ont donné des choix possibles, mais j’étais heureux de voir que le 17 était libre. Mon père portait le 71, mais il avait eu le 17 un peu en Suisse. Mon grand-père, Paulin, avait aussi déjà porté le 17. »

Parlant du paternel, Thomas a croisé Sébastien le 19 mars dernier à Nashville. Sébastien travaille depuis la saison 2019-20 comme entraîneur des habiletés avec les Predators.

« Oui, c’était émotif, a mentionné Thomas. J’ai trouvé cette rencontre spéciale. C’était vraiment le fun. Mon père travaille pour les Predators et nous connaissons beaucoup de monde dans cette organisation. Je dirais que c’était un moment encore plus émotif pour mon père. Je le voyais dans ses yeux. »

La tasse de café, le balado de LNH.com

Slafkovsky, la révélation de l'année chez les Canadiens