Skip to main content

Repêchage 2019: Artemi Kniazev file le parfait bonheur à Chicoutimi

En plus de s'adapter facilement sur la patinoire, le défenseur russe a vite appris l'anglais… et un peu de français!

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Artemi Kniazev n'avait que cinq ans quand son entraîneur de hockey mineur a pris une décision qui était loin de faire son affaire, mais qui allait largement influencer le cours de sa vie.

Après s'être fait catégoriquement refuser son souhait d'être gardien par ses parents, voilà qu'il voyait son rêve de devenir un franc-tireur prendre abruptement fin.

« J'étais un attaquant à l'époque, mais mon entraîneur m'a obligé à jouer comme défenseur, a lancé le sympathique patineur des Saguenéens de Chicoutimi. Je me souviens avoir pleuré parce que j'avais toujours voulu jouer à l'attaque et que j'aimais marquer des buts.

« C'est pourquoi je pratique un style de jeu offensif. »

À LIRE AUSSI : Sur le radar: Dobson et Teasdale font enfin équipe | Retour convaincant pour Maxime Comtois avec Drummondville

Ça lui convient assez bien. À ses 38 premiers matchs dans la LHJMQ, le défenseur originaire de Kazan, en Russie, a inscrit neuf buts et récolté 13 mentions d'aide tout en s'imposant comme un quart-arrière à la jeune ligne bleue de la formation saguenéenne.

Il a aussi fait des pas de géant dans son territoire alors qu'il s'adapte petit à petit au style de jeu nord-américain. Son intelligence, sa mobilité et ses instincts offensifs lui ont d'ailleurs valu de se retrouver au 40e rang des patineurs nord-américains sur la liste de mi-saison du Bureau central de dépistage de la LNH.

Tweet from @SagueneensLHJMQ: Notre d��fenseur Artemi Kniazev est class�� au 40e rang des patineurs nord-am��ricains par la Centrale de Recrutement de la Ligue nationale de hockey, dans leur classement de mi-saison, en vue du prochain rep��chage de la LNH! #FierDetreSags pic.twitter.com/iwuxa8fgL7

« Il est arrivé ici avec une attitude impeccable et surtout avec un désir d'apprendre, a vanté son entraîneur Yanick Jean. Parfois, les jeunes qui arrivent pensent qu'ils sont rendus, mais il est vraiment ici pour apprendre le style nord-américain, pour progresser et arriver à jouer dans la LNH un jour.

« Nous avons énormément travaillé avec lui en défensive. Lors des dix premières rencontres, il n'était pas content parce que ça ne fonctionnait pas. Il savait qu'il fallait qu'il progresse et l'amélioration a été fulgurante. »

Cette progression est encore plus étonnante qu'elle survient au moment même où Kniazev tente aussi de s'adapter à de nouvelles langues et à une nouvelle ville « qui n'a rien à voir » avec celle dans laquelle il a grandi.

Mais le Russe est animé d'un désir de bien faire les choses dans tous les aspects de sa nouvelle vie. Ça lui a pris moins d'un mois pour être en mesure de communiquer avec son entraîneur et ses coéquipiers en anglais. 

Malgré tous ces changements et le fait qu'il soit désormais loin de sa famille, rien ne semble atteindre Kniazev. À part peut-être une chose…

« Le plus gros problème, c'est le français, a-t-il lancé en riant. Notre ville est probablement la plus francophone du Québec. J'ai commencé à l'apprendre, mais je ne peux pas encore le parler. Je peux quand même comprendre un peu.

« Ma famille de pension m'aide beaucoup. C'est une bonne ligue, j'aime la vitesse, mon équipe et mes coéquipiers. Tout va pour le mieux. »

Signe de son impressionnante volonté et de son humour pince-sans-rire, Kniazev a surpris l'auteur de ces lignes avec un : « Bonjour, comment ça va? » au lendemain de cette entrevue.

Loin des yeux, près du cœur

Même s'il n'a pratiquement jamais pu regarder un match de la LNH en direct dans son enfance, Kniazev a à peu près toujours su que c'est ce qu'il voulait faire dans la vie. Il dit d'ailleurs avoir pris la décision de venir jouer dans la Ligue canadienne de hockey, il y a quatre ans.

« Nous voyons surtout les joueurs de la LNH dans les championnats du monde et nous regardons les faits saillants sur les réseaux sociaux. C'est le rêve de tous les joueurs de hockey, a-t-il déclaré. Je savais que j'améliorerais davantage mon jeu en jouant ici et en me rapprochant de la LNH.

« Ç'a été difficile les trois ou quatre premiers jours. Je m'ennuie évidemment de ma famille et de mes amis, mais je leur parle régulièrement par appels vidéo. »

Depuis son arrivée à Chicoutimi, Kniazev a enfin l'occasion de regarder des matchs à la télévision, mais il peut rarement voir son idole Erik Karlsson à l'œuvre puisque les matchs des Sharks de San Jose s'amorcent majoritairement après son couvre-feu en raison du décalage horaire. Pas de chance.

Au rythme où vont les choses, il pourra peut-être finalement l'admirer - mais pas trop - quand ils partageront la glace dans quelques années.

« Il va jouer au prochain niveau, je n'ai aucun doute, a assuré Jean. Il a tous les outils pour réussir, incluant le coffre. Le coffre, c'est la tête. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.