Skip to main content

MacKinnon reste affamé chez l'Avalanche malgré sa séquence record de buts

Plus confiant que jamais, le joueur de centre est en voie de montrer que sa performance de la saison dernière n'a pas été l'effet du hasard

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

NEWARK, New Jersey - Nathan MacKinnon s'est posé la même question tout au long de l'été.

« Vais-je pouvoir le faire encore? », se demandait le joueur de centre de l'Avalanche du Colorado en pensant à sa saison 2017-18.

Après les six premiers matchs de la présente campagne, la question - et le doute qui venait avec - a disparu.

MacKinnon a trouvé le fond du filet dans chacun des six matchs du Colorado jusqu'ici, ce qui lui a permis de rééditer le record de concession de l'Avalanche et des Nordiques au chapitre des buts marqués dans des rencontres consécutives en début de saison. Cette marque avait été établie par le membre du Temple de la renommée Mats Sundin quand celui-ci a réussi le coup lors des cinq premiers affrontements de l'équipe de Québec au début de la saison 1992-93.

À LIRE AUSSI: De bons départs dans l'ombre de Matthews et McDavid | Poolers: Top 100 des attaquants

MacKinnon a sept buts et huit points en tout, si bien qu'on peut dire qu'il poursuit dans la même veine que la saison dernière, sa meilleure dans la LNH. Il a alors complété la campagne avec 97 points (39 buts et 58 passes), ce qui lui a donné le cinquième rang au classement des marqueurs de la Ligue. Il aurait probablement atteint le cap des 40 buts et celui des 100 points s'il n'avait pas raté huit matchs parce qu'il était blessé.

Video: NSH@COL, #3: MacKinnon fait mouche en échappée

L'hiver dernier, il a récolté 44 points de plus qu'en 2016-17, et 34 de plus qu'en 2013-14, quand il avait enregistré son sommet personnel précédent de 63 points. Il en était alors à sa première saison dans la LNH.

MacKinnon a terminé deuxième au scrutin du trophée Hart, le printemps dernier, à 70 points de l'ailier gauche des Devils du New Jersey Taylor Hall. Les Devils recevront justement l'Avalanche au Prudential Center, jeudi soir (19 h (HE); MSG+, ALT, NHL.TV).

« Je ne savais pas que j'en étais capable, a dit MacKinnon des prestations qu'il a affichées la saison dernière. Je savais que ce n'était pas impossible, mais je ne m'attendais même pas à récolter un point par match l'an dernier. Je trouvais que 70 points, ç'aurait été formidable. Ce n'est pas évident de passer de 50 à 100. Je n'y pensais pas vraiment. Ce serait mentir de dire ça. Mais maintenant que cette porte s'est ouverte, je ne vais pas me limiter à un chiffre précis.

« Je me trouve dans une bien meilleure situation en ce moment, comme jamais auparavant depuis le début de ma carrière, ça c'est certain. »

La transformation qu'on observe chez MacKinnon depuis 12 mois, autant dans sa façon de jouer qu'au chapitre de la confiance, est tout simplement ahurissante.

Il y a un an, il hésitait quelque peu à accepter le rôle de meneur et, comme il le reconnaît lui-même, il essayait tellement fort d'être bon que ç'avait un impact négatif sur lui.

Il n'avait pas trouvé le fond du filet lors des six premiers matchs du Colorado, et il a marqué seulement un but lors des 10 premières sorties de l'équipe.

« Ouais, j'étais tendu », a lancé MacKinnon.

Cet état d'esprit découlait de ce qu'il avait ressenti durant la saison 2016-17, quand il avait amassé 53 points (16 buts et 37 passes), cinq de plus que l'Avalanche en avait récolté au classement de la LNH en tant qu'équipe. Le Colorado avait alors connu sa pire saison depuis que la concession s'était installée à Denver en 1996.

Le niveau de confiance et de motivation de MacKinnon s'est alors effrité aussi.

« J'ai de la difficulté à jouer au hockey quand je sais que nous ne sommes pas dans le coup, a-t-il indiqué. À moins d'essayer d'obtenir une reconnaissance sur le plan individuel, c'est dur. Je veux dire, tu ne veux pas déclarer forfait, mais tu te demandes à quoi ça sert de jouer si tu ne vas pas te qualifier pour les séries. »

Ç'a été un défi de retrouver son assurance en début de saison dernière.

« Je me sentais pas mal comme la saison précédente, je n'étais pas super confiant, a fait savoir MacKinnon. J'avais tendance à me décourager. J'étais vraiment négatif à mon propre endroit. »

Il a commencé à changer, en arrêtant de se battre avec lui-même et en commençant plutôt à croire en lui, après le premier mois de la saison dernière. C'est arrivé à peu près au moment où il s'est vu confier un plus grand rôle en tant que meneur parce que l'Avalanche venait d'échanger son ancien adjoint au capitaine Matt Duchene aux Sénateurs d'Ottawa, le 5 novembre.

MacKinnon a alors décollé, lui qui a affiché une production de 20 points (cinq buts et 15 aides) en 12 matchs en novembre, puis de 18 points (huit buts et 10 passes) en 15 rencontres en décembre. Il a continué de peaufiner sa façon de jouer et de bâtir sa réputation en deuxième moitié de saison en enregistrant 51 points (23 buts et 28 aides) en 36 affrontements du 2 janvier jusqu'à la fin du calendrier régulier. Cette séquence d'enfer a propulsé l'Avalanche jusqu'en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« Il y avait des matchs où j'avais presque l'impression que nous étions de retour dans le hockey mineur, a affirmé le défenseur de l'Avalanche Tyson Barrie. Certains soirs, nous avions l'impression qu'il était impossible à arrêter, et c'était effectivement le cas. »

On assiste au même phénomène cette saison, la différence étant que MacKinnon et ses compagnons de trio, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen, font des flammèches plus souvent à cinq contre cinq, plutôt que seulement en avantage numérique.

Video: COL@NYR: MacKinnon égalise la marque en deuxième

MacKinnon a amassé 32 points (12 buts et 20 passes) en supériorité numérique l'hiver dernier; il n'en a aucun jusqu'ici cette saison. Rantanen et Landeskog ont récolté un point chacun en avantage numérique après en avoir totalisé 35 et 17, respectivement, la saison dernière.

Ensemble, ces trois-là ont enregistré 22 points, soit 10 buts et 12 passes. L'Avalanche a une fiche de 3-1-2. L'échantillon est mince, mais on en a vu assez pour constater que la saison dernière n'a pas été l'effet du hasard.

« Il n'y a pas de limite avec lui, a dit Landeskog de MacKinnon. Évidemment, ça prend du temps avant de comprendre certaines choses, de comprendre quelle est la meilleure façon de jouer pour toi et comment tu vas être en mesure d'avoir du succès. Et je pense que parfois, la frustration, la colère et la honte peuvent s'avérer de bonnes sources de motivation. Après la saison 2016-17, ç'a été le cas pour nous tous, mais ç'a surtout été le cas pour Nate. Il voulait montrer qu'il pouvait être un bon joueur dans cette Ligue, et il y est certainement arrivé. »

Son prochain défi sera d'arriver à faire la même chose, et peut-être même d'être meilleur que la saison dernière.

Il est sur la bonne voie jusqu'ici.

« Il va toujours faire partie des discussions pour le Hart », a déclaré Barrie.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.