Skip to main content

L'intérêt pour Nicolas Beaudin est palpable

L'anxiété commence à se faire sentir chez le défenseur des Voltigeurs à l'approche du repêchage

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - De son propre aveu, Nicolas Beaudin n'était pas censé faire partie des meilleurs espoirs de la cuvée 2018 du repêchage de la LNH. Il ne devait pas être invité à la séance d'évaluation des joueurs au début juin ni entendre son nom au cours des deux premières rondes cette fin de semaine.

78 matchs plus tard, voilà que le défenseur des Voltigeurs de Drummondville est considéré comme l'un des meilleurs défenseurs disponibles et qu'il a obtenu des entrevues avec 29 équipes, il y a quelques semaines à Buffalo.

« J'ai vraiment eu du plaisir pendant cette semaine-là, a dit Beaudin en entrevue avec LNH.com. En début d'année, je ne pensais pas y aller alors pour moi c'était d'en profiter au maximum. Je me disais que je n'avais rien à perdre, mais c'est certain que quand tu es rendu là, tu veux faire de ton mieux.

À LIRE : Quatre espoirs liés depuis leur enfance | Repêchage de la LNH : Les 10 meilleurs défenseurs disponibles | Des pas de géant pour Girard à sa première saison

« Je suis une personne qui est humble. Je suis un gars confiant en mes moyens, mais je ne suis pas arrogant. J'ai fait ressortir ça dans mes entrevues et ça s'est vraiment bien déroulé. »

Ne lui reste maintenant plus qu'à attendre qu'une équipe le réclame vendredi, lors de la première ronde, ou bien au cours des rondes subséquentes, samedi.

Beaudin figure peut-être au 31e rang sur la liste des meilleurs espoirs nord-américains du Bureau central de dépistage de la LNH, mais il suscite de l'intérêt chez quelques équipes qui monteront sur le podium en fin de première ronde. Les Blackhawks de Chicago (27e) et les Blues de St. Louis (29e) lui ont d'ailleurs accordé beaucoup d'attention à la séance d'évaluation.

L'arrière de 5 pieds 11 pouces et 172 livres sent l'excitation monter à l'approche de la date fatidique, mais il préfère passer du temps au gymnase et sur la patinoire plutôt que de commencer à se faire des scénarios et à penser à la couleur du chandail qu'il enfilera.

« Je suis plus anxieux que stressé, a-t-il laissé entendre. J'ai juste hâte d'aller là et de vivre ce moment avec ma famille et ma blonde. Peu importe où je suis sélectionné, je veux profiter du moment le plus possible. »

Même s'il se tient occupé, Beaudin ne s'est quand même pas empêché de jeter un coup d'oeil sur l'ordre de sélection des équipes. Il a une petite idée des formations susceptibles de le repêcher et sait très bien que les Canadiens de Montréal disposent pour le moment de deux choix en début de deuxième ronde (no 35, no 38).

S'il est toujours disponible à ces rangs, il ne serait pas surprenant que le jeune homme originaire de Châteauguay bénéficie de l'appui de son ancien entraîneur Dominique Ducharme, maintenant adjoint à Claude Julien chez le Tricolore.

« C'est sûr que Dominique et moi, on avait vraiment une bonne relation à Drummondville, a indiqué Beaudin. C'est un entraîneur que je respecte beaucoup et qui me respecte beaucoup. Je pense qu'il va avoir des bons mots sur moi pour le personnel des Canadiens et c'est sûr que ce serait un honneur de jouer pour eux.

« C'est mon équipe de jeunesse. Mon père avait des billets de saison, donc c'est eux que je regarde depuis que je suis jeune. Je pense que je serais prêt à vivre ça. »

Dans le moule de Girard

Beaudin n'est peut-être pas aussi dynamique que Samuel Girard l'était à son passage dans la LHJMQ, mais les comparaisons entre les deux sont presque inévitables.

Ils ont à peu près le même gabarit, ont tous les deux un excellent coup de patin et ont affiché une production similaire à leur année de repêchage - Beaudin: 12 buts, 57 aides en 68 matchs, Girard :10 buts, 64 aides en 67 matchs.

Et au-delà des points, ils se démarquent surtout par leur intelligence sur la patinoire et leur capacité à repérer leurs coéquipiers au bon moment. Ironie du sort, les deux s'entraînent au même endroit à Châteauguay cet été et ont régulièrement l'occasion d'échanger.

« C'est un gars qui est humble en dehors de la glace, tout le monde l'aime, a vanté Beaudin. Je vois à quel point il travaille fort dans le gym donc j'essaie de faire comme lui. Sur la glace, j'aimerais vraiment devenir le type de défenseur qu'il est. Si je peux avoir son agilité et sa rapidité, j'aimerais ça. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.