GettyImages-2153164725

DALLAS, Texas – Les Stars de Dallas avaient l’occasion d’éliminer l’Avalanche du Colorado en cinq matchs dès le deuxième tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, mercredi. En avant 2-1 en deuxième période, ils ont finalement plié l’échine 5-3.

La formation texane aurait même pu se passer de ce cinquième affrontement. En lever de rideau de la série, elle a bousillé une avance de 3-0 dans une victoire de 4-3 en prolongation de l’Avalanche. Une victoire des Stars ce soir-là aurait peut-être mené à un balayage.

Mais voilà que la troupe de Peter DeBoer était à l’aéroport, jeudi, en attente de leur vol pour Denver à la veille du match no 6 de la série (22h HE; MAX, truTV, TNT, SN1, SN, TVAS). La logique voulant que ce soit une longue confrontation est respectée.

Même s’ils ont fini la saison au sommet de l’Association de l’Ouest avec 113 points, trois de plus que les Jets de Winnipeg et six de plus que l’Avalanche, les Stars ne faisaient pas largement figure de favoris avant le début du deuxième tour. Après tout, leurs rivaux du Colorado comptent sur les vedettes Cale Makar, Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen.

« C’est une série de va-et-vient, a souligné l’attaquant de Dallas Matt Duchene. Ils ont toute une équipe de hockey. Ils auraient pu gagner la Centrale. Entre Winnipeg, Colorado et nous, ç’a été très serré cette saison. Nous avons chacun eu l’avance à un certain moment. Nous ne sommes pas surpris d’en être à un match no 6, parce que c’est une bonne équipe. Qui sait? Peut-être saurons-nous fermer les livres vendredi. Ou peut-être que ça prendra deux matchs. »

Les Stars devront revenir à ce qui a provoqué leur succès des matchs 2 à 4, lorsqu’ils ont blanchi Makar, puis limité MacKinnon à une aide et Rantanen à un but. Au cours de ces trois rencontres, l’Avalanche n’a su marquer en huit occasions en avantage numérique. Mais mercredi, Makar a inscrit deux buts, MacKinnon a récolté deux points, Rantanen a glané une aide… et le jeu de puissance du Colorado a marqué deux fois en trois occasions.

« C’est beaucoup demandé de freiner complètement ces joueurs, a mentionné DeBoer. Nous savions qu’ils allaient répondre après les trois défaites d’affilée. Et comme je disais hier, c’est difficile de battre la même équipe quatre fois de suite. Nous savions qu’ils allaient finir par débloquer. Les trois ont été très bons hier. Si nous les limitons – ou si nous permettons à un seul des trois d’être productif – nous allons nous donner une chance de l’emporter. »

Dallas a présenté la meilleure fiche sur les patinoires adverses en saison régulière (26-10-5) en 2023-24. Depuis le début des séries, l’équipe a gagné quatre de ses cinq matchs en pareilles circonstances, moyennant 1,60 but accordé par rencontre, le plus bas total du circuit. Mais à domicile, ils ont un bilan plus mitigé de 3-4 et une moyenne de 3,14 buts alloués par match, le 10e rendement défensif du tournoi printanier.

Comment expliquer une différence aussi marquée? DeBoer n’adhère pas la théorie selon laquelle il alterne davantage entre ses quatre trios, se soucie moins des confrontations et prend moins de risque sur la route.

« Nous avons parfois aussi bien joué à domicile qu’à l’étranger, mais nous avons trouvé des moyens de perdre au lieu de gagner. Je n’ai pas d’autres réponses à cela », a-t-il dit.

Vendredi, les Stars pourraient de nouveau être privés de l’attaquant Roope Hintz, qui s’est blessé après avoir bloqué un tir lors du match no 4. DeBoer a confirmé qu’il était évalué quotidiennement.

« Mais la bonne nouvelle, c’est que nous avons une incroyable profondeur, a soutenu Duchene. Même si un joueur important comme Roope tombe au combat, nous continuons d’avoir de belles options. Il est difficile à remplacer, mais nous avons plusieurs gars qui peuvent lever leur jeu d’un cran et tenter de combler le vide qu’il laisse. »

Nul ne sert de spécifier que Dallas préfère en finir avec l’Avalanche dès vendredi, non seulement pour éviter le match sans lendemain dimanche, mais aussi pour avoir le temps de se reposer et de se préparer pour la finale de l’Ouest. Mais ils savent à quel point il n’est pas facile de fermer les livres. Au sixième match à Las Vegas, lors du premier tour, les Golden Knights l’avaient emporté afin de forcer l’affrontement ultime. Les Stars avaient néanmoins réussi à avoir le dernier mot deux jours plus tard, devant leurs partisans.

« Il ne reste que les sept meilleures équipes de la ligue dans le portrait, a rappelé DeBoer. C’est difficile d’éliminer qui que ce soit. Que ça nous prenne six ou sept matchs, nous voulons passer à la prochaine étape.

« Nous devons trouver le moyen que ça se produise. J’ai confiance en notre jeu. Je crois que c’est le cas pour le reste du groupe aussi. Nous avons confiance en vue du match no 6 et si nous ne réussissons pas à fermer les livres à ce moment, nous aurons confiance en vue du match no 7. Nous l’avons déjà fait par le passé. »

La tasse de café, le balado de LNH.com

Les Oilers peuvent-ils compléter la remontée?

Contenu associé