Skip to main content

Le désir des Penguins de s'améliorer rend une troisième conquête possible

Pittsburgh marque sept buts et blanchit les Flyers dans le match no 1, mais parle de façons de s'améliorer

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH - Le tour du chapeau naturel de Sidney Crosby n'était que l'un des éléments de la leçon de hockey servie par les Penguins de Pittsburgh mercredi.

Les Penguins ont vaincu les Flyers de Philadelphie 7-0 dans le match no 1 de la première ronde de l'Association de l'Est au PPG Paints Arena, envoyant ainsi un message clair aux Flyers et à toutes les autres équipes que le chemin qui mène à la Coupe Stanley passe encore par Pittsburgh.

Encore 15 victoires avant un troisième championnat de suite. Le décompte est amorcé.

« Nous avons exécuté, a résumé Crosby. Nous avons profité de nos chances. »

Crosby a marqué ses trois buts. Evgeni Malkin a inscrit un filet digne des jeux de la semaine sur une belle montée en solo. Jake Guentzel a obtenu quatre points, dont le seul but du match en avantage numérique. Le quatrième trio a apporté sa contribution. Les défenseurs ont été impliqués et ont récolté quatre points. Les Penguins ont bloqué 24 tirs, et Matt Murray en a fait autant pour signer un troisième blanchissage de suite en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Video: PHI@PIT, #1: Crosby sonne la charge avec un triplé

Les Penguins n'auraient presque pas pu mieux jouer, ce qui représente tout un compliment pour eux.

« Vous pouvez dire qu'il s'agit d'un message clair, mais j'ai déjà vu jouer cette équipe de cette manière lorsque je me trouvais de l'autre côté de la patinoire », a souligné le centre des Penguins Derick Brassard, qui a affronté, chaque fois sans succès, Pittsburgh deux fois en séries, avec les Rangers de New York en 2016 et les Sénateurs d'Ottawa en 2017. « Il y a plusieurs joueurs qui se servent de leur vitesse pour être les premiers sur la rondelle, et ils sont très difficiles à contenir. Plusieurs de nos joueurs ont fourni leur meilleur effort ce soir, et nous avons combiné cela à un bel effort collectif. »

Ironiquement, au cours d'une soirée où ils ont inscrit sept buts, alors que leur capitaine a égalé le record d'équipe de Mario Lemieux avec un troisième tour du chapeau en carrière en séries éliminatoires, alors que Crosby et Bryan Rust ont affiché un différentiel de plus-5, égalant un autre record d'équipe de Lemieux pour un match de séries, établi contre les Flyers le 25 avril 1989, le meilleur élément de la partie des Penguins a été la manière dont ils se sont défendus.

« J'ai trouvé qu'il y avait eu un bel engagement afin de jouer défensivement comme nous l'avons fait », a admis l'entraîneur Mike Sullivan.

Les Flyers ont eu de la difficulté à s'installer devant le filet. Ils ont peiné à générer quoi que ce soit à partir des traits hachurés des cercles de mises en jeu. Le jeu de puissance de Philadelphie a été blanchi en quatre tentatives, et les Flyers ont même été dominés 2-0 au chapitre des lancers au cours des punitions de Pittsburgh.

Claude Giroux, qui a récolté 102 points en saison régulière, a été limité à deux lancers - son premier survenant alors que les Penguins menaient 3-0, et son deuxième alors que le pointage était de 5-0.

« Tout a commencé dans notre zone, a avancé le défenseur de Pittsburgh Kris Letang. Nous ne leur avons pas permis de lancer souvent de l'enclave, ou de décocher des tirs dangereux, et notre contre-attaque était assez bonne. Nous avons donc été capables de profiter de quelques0unes de nos chances. »

Les Penguins ont eu besoin que Murray réalise un arrêt difficile et opportun. Cet arrêt a été réalisé aux dépens de l'attaquant des Flyers Scott Laughton à 8:20 de la première période, après que Rust eut placé les Penguins en avant 1-0 à 2:38. 

Murray s'est étiré dans son demi-cercle, a joué de chance lorsque Laughton a raté sa première tentative de tir, et a réussi à y aller d'une dernière poussée pour placer sa mitaine devant la rondelle au dernier moment sur la deuxième tentative de l'attaquant des Flyers.

Video: PHI@PIT, #1: Murray plonge et vole Laughton

Sullivan a mentionné qu'il avait pu entendre les joueurs parler de cet arrêt sur le banc. 

« Si la rondelle pénètre dans le filet, c'est 1-1 et nous parlons peut-être d'un résultat différent, a souligné Crosby. Chaque jeu est tellement important. Les lancers bloqués. Les arrêts. Ce fut assurément l'un de ces jeux importants. Après cela, nous avons pu inscrire deux buts rapides. Ça nous a donné beaucoup de momentum."

Les Penguins ne sont pas assez naïfs pour croire qu'ils possèdent le momentum pour de bon. Ils sont des habitués des séries, alors ils savent que le momentum se transporte rarement d'un match à l'autre. 

« Nous savons que ce n'est habituellement pas comme ça que les choses fonctionnent en séries », a reconnu l'attaquant Carl Hagelin. 

Et ils ont déjà vu l'autre côté de la médaille à la suite d'un match à sens unique.

Ils ont vaincu les Sénateurs 7-0 dans le match no 5 de la finale de l'Association de l'Est la saison dernière, mais ont perdu 2-1 dans le match no 6. Ils ont eu besoin de gagner le match no 7 en deuxième période de prolongation, 3-2, pour atteindre la Finale de la Coupe Stanley.

Ils l'ont emporté 6-2 contre les Capitals de Washington dans le match no 2 de la deuxième ronde, mais se sont inclinés 3-2 en prolongation dans le match no 3. Ils ont également eu besoin de sept matchs pour remporter la série.

« Ce n'est qu'un match, a affirmé Crosby. Que le pointage soit 7-0 ou 1-0 en deuxième période de prolongation, ce n'est qu'un match. L'une des choses les plus importantes en séries est de s'améliorer d'un match à l'autre et de s'ajuster. C'est ainsi que nous devons aborder les choses. »

Il est presque épeurant de penser que les Penguins pourraient s'améliorer, mais ils sont persuadés qu'ils le peuvent.

Letang a pris comme exemple le début de la rencontre, alors que les Flyers ont exercé une certaine pression, et que Laughton a obtenu sa chance de marquer et que Murray a été contraint de réaliser tout un arrêt. 

« Ils ont obtenu environ deux ou trois chances de marquer de qualité, a rappelé Letang. Si nous pouvons améliorer cet élément de notre jeu, nous irons dans la bonne direction. »

Crosby a de son côté parlé du jeu de puissance.

Pittsburgh a obtenu un but de la part de Guentzel sur la deuxième vague, mais aucun de la part de la première unité, sur laquelle évoluent Crosby, Malkin, Phil Kessel, Patric Hornqvist et Justin Schultz, et qui a permis aux Penguins d'afficher un rendement de 26,2 pour cent cette saison en avantage numérique, le meilleur de la LNH et le meilleur de leur histoire.

Les Flyers ont réussi deux tirs en infériorité numérique au but contre cette unité.

« Il y a toujours des éléments que nous devons améliorer », a assuré Crosby.

S'ils le font, attendez-vous à ce que la leçon de hockey se poursuive vendredi.

« Nous sommes affamés et nous en voulons plus, a conclu Letang, beaucoup plus. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.