Skip to main content

La polyvalence de Carbonneau l'a mené au Temple, selon Gainey

Son ancien coéquipier avec les Canadiens louange la volonté de l'attaquant de se transformer en joueur efficace dans les deux sens de la glace

par Bob Gainey / Collaboration spéciale LNH.com

L'attaquant membre du Temple de la renommée du hockey Bob Gainey a disputé ses 16 saisons dans la LNH, entre 1973-74 et 1988-89, avec les Canadiens de Montréal, et il a été leur capitaine au cours de huit de ces saisons. Il a reçu le trophée Selke, remis au meilleur attaquant défensif de la Ligue, au cours des quatre premières années ou cette récompense a été attribuée (1978-81). 

Gainey allait devenir un coéquipier, un modèle et un mentor pour Guy Carbonneau, et plus tard un directeur général qui a procédé à une transaction pour qu'il évolue avec les Stars de Dallas. Dans le rôle de directeur général, Gainey a aussi embauché Carbonneau à titre d'entraîneur des Canadiens. 

Dans un témoignage spécial pour LNH.com, Gainey partage ses souvenirs du temps passé avec Carbonneau, qui sera intronisé au Temple de la renommée lundi:

Guy Carbonneau a mérité la reconnaissance et l'honneur qui lui est fait d'être intronisé au Temple de la renommée, et de rejoindre les meilleurs joueurs de l'histoire de ce sport.

À LIRE AUSSI Wickenheiser entre au Temple parce qu'elle a été dominante, dit Goyette

Mon plus lointain souvenir de Guy remonte au camp d'entraînement des Canadiens en 1981. Je me trouvais sur la glace pendant un entraînement, et il se tenait près de la sortie du coin nord-ouest du Forum de Montréal, les épaules voûtées, l'air dégoûté. Il venait d'apprendre qu'il retournait avec les Voyageurs de la Nouvelle-Écosse dans la Ligue américaine pour une autre saison.

Ce qu'il a fait par la suite a été annonciateur de ce qu'il allait accomplir encore et encore au cours de sa carrière dans la LNH, et même après celle-ci.

Carbo s'était présenté au camp d'entraînement fort d'une impressionnante saison recrue de 88 points dans la LAH en 1980-81 (35 buts, 53 passes). Lorsqu'il est retourné en Nouvelle-Écosse en 1981-82, il a fait encore mieux, a travaillé sur ses aptitudes, a redéfini ses objectifs et a généré plus d'offensive avec une récolte de 94 points (27 buts, 67 passes). Guy a également pris de la maturité comme personne et comme joueur. À l'automne 1982, il est immédiatement devenu un joueur productif à Montréal.

Carbo possède un esprit indomptable, des croyances bien ancrées, et une intelligence sur la glace qui appartient à l'élite. Il possédait tous les outils : talent, intelligence, motivation, leadership.

Guy possédait une autre qualité qui allait bien le servir : la capacité à s'ajuster à de nouvelles situations et de profiter au maximum d'un nouveau rôle. J'ai été témoin de cette capacité à deux reprises au cours de sa carrière de joueur.

Carbo était un joueur offensif de pointe au cours de ses quatre saisons avec les Saguenéens de Chicoutimi dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec entre 1976 et 1980, alors qu'il a inscrit 435 points (171 buts, 264 buts), et avec les Voyageurs pendant deux saisons entre 1980 et 1982, avec 182 points (62 buts, 120 passes). 

À Montréal, sous la férule de l'entraîneur Jacques Lemaire, Guy est rapidement devenu un joueur supérieur dans les deux sens de la patinoire. Au cours des 10 années suivantes, il allait assumer le rôle de capitaine des Canadiens (de 1990 à 1994, après avoir partagé ce titre avec Chris Chelios en 1989-90), remporter la Coupe Stanley à deux reprises (1986, 1993), recevoir le trophée Selke trois fois (1988, 1989, 1992) à titre de meilleur attaquant défensif de la LNH, et il allait faire preuve d'une remarquable constance au chapitre des matchs joués et des points récoltés. 

Carbo et un groupe de coéquipiers comme Patrick Roy, Mats Naslund, Chris Chelios et Claude Lemieux allaient faire en sorte que les Canadiens demeurent au sommet du classement de la LNH ainsi que des aspirants à la Coupe Stanley année après année.

En 1994, sa situation a de nouveau changé à la suite d'une transaction qui l'a fait passer aux Blues de St. Louis, puis il a été échangé aux Stars de Dallas un an plus tard. À Dallas sous les ordres de l'entraîneur Ken Hitchcock, Guy était moins utilisé, et devait remplir un rôle uniquement défensif en plus de servir de leader et de mentor.

Devinez quoi? Il s'est ajusté, et a trouvé le moyen d'en faire plus avec moins de temps de glace, il a excellé, tout comme le reste de l'équipe des Stars, qui ont remporté le trophée des Présidents deux fois (1998, 1999) ainsi que la Coupe Stanley en 1999. Carbo et des coéquipiers comme Mike Modano, Joe Nieuwendyk, Sergei Zubov, Brett Hull et Ed Belfour ont contribué à implanter les Stars dans la région de Dallas-Fort Worth, où ils continuent de prospérer aujourd'hui.

Bravo, Carbo! Tu le mérites. Il n'y a personne qui le sait plus que moi. J'ai pu apprécier ton talent sur la glace en jouant à ta gauche et sur la galerie de presse quand j'étais le directeur général des Stars.

J'ai été témoin de tes exploits, j'ai été émerveillé, j'en ai profité. Ton dévouement à toujours donner le meilleur de toi-même fait en sorte que tu obtiens ta place, une place que tu as grandement méritée, parmi les meilleurs au Temple de la renommée du hockey.

Félicitations à toi, à ton épouse Line et à ta famille.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.