Skip to main content

La fin d'un chapitre pour Tomas Plekanec?

Échangé aux Maple Leafs dimanche, l'attaquant n'a pas fermé la porte à un éventuel retour avec les Canadiens

par Guillaume Lepage @GLepageLNH

MONTRÉAL -- Tomas Plekanec doit tourner la page sur les 15 dernières années de sa vie, mais ça ne veut pas nécessairement dire qu'il vient de clore le chapitre.

À quelques mois d'accéder à l'autonomie complète, l'attaquant de 35 ans a été échangé aux Maple Leafs de Toronto en compagnie de l'attaquant Kyle Baun en retour du défenseur Rinat Valiev, de l'attaquant Kerby Rychel et d'un choix de deuxième ronde au repêchage 2018 de la LNH, dimanche.

C'est donc dire qu'après avoir disputé les 18 derniers matchs de saison régulière et les séries éliminatoires avec les Maple Leafs, le Tchèque sélectionné par les Canadiens en troisième ronde au repêchage de 2001 pourrait rentrer au bercail cet été.

Ironie du sort, s'il dispute tous les matchs des Leafs d'ici la fin de la saison, Plekanec atteindra le plateau des 999 en carrière dans la LNH.

La table serait mise pour de grandes retrouvailles, et il semble bien au courant.

« J'en ai parlé avec Marc (Bergevin), a-t-il dit à propos d'un éventuel retour. Ces choses-là vont se produire le 1er juillet, j'imagine. Ce serait assez spécial, mais pour l'instant j'essaie seulement de ramasser mes choses et de quitter ce soir. Je ne sais pas ce qui va se produire dans quelques mois. »

Parce que le patineur au col roulé a maintenant un objectif clair : celui d'aider la jeune formation des Maple Leafs à faire un bon bout de chemin en séries.

La formation torontoise est présentement au deuxième rang de la section Atlantique avec une récolte de 83 points en 64 matchs, à quatre points du Lightning de Tampa Bay et du premier échelon. La troupe de Mike Babcock a participé aux séries éliminatoires pour la première fois en quatre ans, l'an dernier, s'inclinant en six matchs face aux Capitals de Washington au premier tour.

Le choc sera assez brutal pour Plekanec. Non seulement, il revêtira l'uniforme de la formation qu'il a appris à détester au cours de sa carrière à Montréal, mais il rejoindra une équipe bourrée de jeunes talentueux qui a de grandes ambitions cette année.

« Quand tu entres en séries, toutes les équipes peuvent gagner, a-t-il avancé. Surtout Toronto, avec le talent qu'ils ont dans l'équipe. Dans l'organisation, ce sont tous des gagnants, ils ont tous gagné la Coupe Stanley, les Olympiques... Ils savent comment gagner ces matchs. »

Video: Plekanec sur la transaction qui l'envoie à Toronto

Reste qu'il doit tirer un trait - aussi temporaire puisse-t-il être - sur ses 13 saisons complètes passées dans l'uniforme tricolore et laisser sa famille derrière, le temps de quelques mois.

Rayé de la formation des Canadiens (23-29-9) samedi face au Lightning, Plekanec savait bien évidemment que quelque chose se tramait, surtout que la formation montréalaise occupe le 27e rang dans la LNH.

« C'était assez étrange (de ne pas jouer), mais je comprends la situation, a-t-il expliqué après avoir remercié les amateurs montréalais. Ça ne m'a pas vraiment surpris parce que je m'attendais à ce quelque chose se produise et que je n'avais aucun contrôle là-dessus.

« Ce sont 15 années de ma vie, a-t-il poursuivi. C'est ma maison. Mes enfants vont à l'école ici, leur langue maternelle est pratiquement le français. Je me répète, mais je comprends la situation et ce sont des choses qui arrivent. »

Souvent critiqué

Si Plekanec s'attirait régulièrement les éloges de ses coéquipiers et de son entraîneur pour le travail qu'il accomplissait défensivement, l'attaquant n'était certes pas le favori des partisans qui souhaitaient de lui une contribution offensive plus importante.

Cette saison, le vétéran a récolté six buts et 18 mentions d'aide en 60 rencontres. Il n'a également jamais été reconnu pour son implication offensive en séries, un département dans lequel il a amassé 16 buts et 33 aides en 87 rencontres au cours de sa carrière.

« J'avais un certain rôle dans lequel je retirais beaucoup de fierté et j'ai fait du mieux que je pouvais, a-t-il argué. C'est sûr que j'aurais aimé marquer plus de buts, mais j'étais plus fier d'en empêcher que d'en marquer.

« Ça ne m'a sûrement pas aidé de l'extérieur, mais je crois que c'était apprécié par mes coéquipiers et les entraîneurs, et c'était ça mon but. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.