Skip to main content

Joel Armia ne cesse de gagner en confiance

L'entraîneur du CH Claude Julien dit voir dans l'attaquant finlandais « toutes les qualités au monde »

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Joel Armia montre une progression constante depuis son arrivée chez les Canadiens de Montréal en 2018. L'attaquant finlandais aurait aisément surpassé son total de points, s'il n'avait pas été blessé la saison dernière.

Le principal intéressé dit connaître ses meilleurs moments en carrière actuellement. Mardi, il a surpassé son total de buts pour la deuxième saison d'affilée en obtenant son 14e filet contre les Devils du New Jersey. Avec 26 points à sa fiche, ce n'est qu'une question de temps avant qu'il n'éclipse son sommet personnel de points (29, 2017-18), réalisé en 79 matchs à sa dernière saison avec les Jets de Winnipeg.

À LIRE AUSSI : Weber absent à l'entraînement, Price de retourLe Tricolore remonte la pente et l'emporteMarcotte : Le plus grand défi de Joël Bouchard

« Oui (c'est ma meilleure saison) », convient le timide ailier droit âgé de 26 ans. « Je me suis habitué à jouer un rôle plus offensif, la saison dernière, et j'ai franchi un pas de plus cette saison. »

Combien d'autres paliers peut-il atteindre, pense-t-il? Armia répond que seul le temps le dira, mais il ne bronche pas quand on lui soumet le plateau des 30 buts comme objectif.

« Je vais commencer par 20 buts, dit-il après avoir mûri sa réponse. Mais ce serait bien de rester en santé pendant toute une saison pour voir jusqu'où je pourrais aller. J'ai été incommodé par des blessures au cours des deux dernières saisons. »

Armia a réussi 13 buts en 57 matchs en 2018-19 et il est rendu à 14 après 42 matchs cette saison. Il a vu son rythme être freiné par une blessure à un genou, la saison dernière, et par une blessure à une main cette saison.

Quand il est en santé, il peut être dominant, comme on a pu le voir dans la victoire de 5-4 en fusillade du Tricolore, mardi.

« Il a été le meilleur joueur sur la patinoire », a déclaré l'entraîneur du CH Claude Julien, au terme de la soirée à Newark.

De retour à Montréal, Julien n'a de nouveau pas tari d'éloges à son endroit après la séance d'entraînement de l'équipe, mercredi midi.

Video: MTL@NJD : Armia s'échappe en I.N. et marque

« Il possède toutes les qualités au monde pour un hockeyeur, a-t-il affirmé. Ce qu'on a toujours apprécié de lui, c'est sa grande taille, sa force, son jeu en protection de rondelle, ses aptitudes et son lancer. Ce que nous remarquons présentement, c'est qu'il gagne en confiance dans tous les aspects du jeu. »

Armia a en tout cas gagné la confiance de l'entraîneur, qui n'hésite pas à lui confier des tâches accrues. 

Utilisé en moyenne une douzaine de minutes par match au cours de sa dernière saison dans l'uniforme des Jets de Winnipeg, Armia a vu son temps d'utilisation passer de 15 à 17 minutes, en moyenne, de la saison dernière à cette saison.

« J'aime ça », mentionne le patineur natif de Pori, qui mesure 6 pieds 4 pouces et qui pèse 213 livres. « J'ai toujours accepté le rôle qu'on me confiait. Je dirais même que d'évoluer sur de troisième et quatrième trios, avant d'arriver à Montréal, m'a aidé à devenir un joueur complet. C'est de cette façon que j'abordais les choses. Je me concentrais à améliorer mon jeu en défense. »

Ça ne l'a pas empêché d'accueillir l'échange entre les Jets et les Canadiens, qu'on peut classer dans la catégorie des bons coups du directeur général Marc Bergevin, comme une occasion pour lui de prouver sa valeur. C'est exactement ce qu'il fait... sans trop faire de bruit.

« Je m'applique juste à jouer, réagit-il. Je n'ai jamais eu autant de responsabilités dans la LNH. C'est la première fois qu'on me donne du temps de jeu en supériorité numérique ou en infériorité numérique, en même temps. »

Il raconte qu'il scrutait à la loupe le travail des vétérans, qu'il tentait d'imiter.

« J'ai beaucoup observé les vétérans, ceux qui jouaient en infériorité numérique. J'ai essayé d'apprendre d'un peu tout le monde. Je n'avais pas de modèle en particulier. Je regardais les faits saillants à la télé. »

Armia peut être une source d'inspiration pour son jeune compatriote Jesperi Kotkaniemi, qu'on vient de céder à l'équipe-école de Laval.

Le premier choix (16e au total) des Sabres de Buffalo au Repêchage 2011 de la LNH a eu besoin de plusieurs saisons avant de s'établir dans la LNH. Les Canadiens souhaitent évidemment que Kotkaniemi, qui a été le troisième espoir réclamé au Repêchage 2018, ne mette pas autant de temps avant de faire sa marque.

« Ça prend du travail tous les jours », indique Armia quand on lui parle de Kotkaniemi. « Tu dois toujours offrir le même effort, mais tu dois aussi réaliser que tu auras de mauvaises journées, pas juste des bonnes. Tu dois quand même te présenter à l'aréna pour travailler. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.