Skip to main content

Entre les poteaux : Vasilevskiy pour le Vézina à la mi-saison

Notre chroniqueur Mathieu Garon croit que le gardien du Lightning a dominé ses pairs au cours de la première moitié du calendrier

par Mathieu Garon @OuiOui_32 / Chroniqueur LNH.com

Mathieu Garon a disputé 12 saisons dans la LNH et signé 144 victoires en 341 matchs. Il a porté les couleurs des Canadiens de Montréal, des Kings de Los Angeles, des Oilers d'Edmonton, des Penguins de Pittsburgh, des Blue Jackets de Columbus et du Lightning de Tampa Bay. Mathieu a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine pour nous faire découvrir l'univers des gardiens de la LNH.

La moitié des matchs du calendrier de la LNH ont déjà été disputés et l'heure est maintenant aux prédictions du futur lauréat du prestigieux trophée Vézina remis à la fin de chaque saison au meilleur portier de la LNH. Les critères retenus pour identifier les meilleurs candidats sont principalement le nombre de victoires, la meilleure moyenne de buts alloués et le meilleur pourcentage d'arrêts. Ceux qui figurent parmi les meilleurs dans les trois catégories se retrouvent normalement en nomination en juin.

À mon avis, Andrei Vasilevskiy figure au haut de la liste des gardiens jusqu'à présent cette saison, et ce, avec une très grande longueur d'avance. Aucun autre homme masqué n'a su égaler le rendement du jeune Russe du Lightning de Tampa Bay. Certains gardiens comme Sergei Bobrovsky, Braden Holtby et Jonathan Quick ont bien fait, mais ils ont tous connu de moins bonnes séquences qui ont nui à leurs statistiques. Le numéro 88 a fait preuve d'une constance impeccable qui lui a permis de se retrouver parmi les meneurs dans toutes les catégories de statistiques.

Ce qui le différencie des autres

Lorsqu'on le regarde défendre la cage du Lightning, on ne peut s'empêcher de constater à quel point il est talentueux et que tout lui semble facile. Il couvre tellement d'espace avec sa combativité, et toutes les rondelles le touchent. Oui, il est un gros gardien (6 pieds 3 pouces, 207 livres), mais il joue intelligemment et paraît encore plus gros dans son demi-cercle que beaucoup de gardiens de son gabarit.

Video: TBL@CBJ: Vasilevskiy sort la mitaine et vole Foligno

Ses déplacements latéraux lui permettent de le sauver dans des situations où on croirait qu'il est battu. Sa facilité à bien suivre la rondelle des yeux fait en sorte que même avec beaucoup de circulation devant lui, il réussit à trouver le disque et évite d'accorder de mauvais retours.

Il est toujours décrit par ses coéquipiers et entraîneurs comme étant le plus grand travaillant de son équipe. Avec une telle combinaison de talent et de travail, aucune surprise de le voir dominer la LNH de telle manière.

Bonne équipe devant lui

Évidemment que jouer pour la meilleure équipe offensive du circuit est toujours un avantage. Mais sans son gardien numéro un, cette équipe aurait une fiche complètement différente. À maintes reprises, il a dû être excellent pour permettre à sa troupe de l'emporter.

Même avec les Steven Stamkos et Nikita Kucherov, il pourrait être qualifié de joueur par excellence de son équipe jusqu'à présent. Il est un rouage important pour sa formation et ses coéquipiers savent qu'ils auront le même rendement de la part de leur gardien lors de chaque match.

Bien entouré

Il est impossible de louanger le jeune gardien de Tampa Bay sans parler de son entraîneur des gardiens Frantz Jean. Lorsque le Lightning a sélectionné Vasilevskiy en première ronde du repêchage de 2012, il était déjà étiqueté comme étant l'avenir du club floridien. Mais sans Jean, qui sait comment il se serait adapté au hockey nord-américain. L'entraîneur québécois a connu beaucoup de succès depuis cinq ans avec les gardiens de l'organisation, plus particulièrement avec Ben Bishop et Vasilevskiy.

L'entraîneur des gardiens du Lightning est maintenant très réputé parmi ses homologues, et la stabilité devant les buts du Lightning n'est pas un simple hasard. Il a su gagner la confiance de son poulain et lui offrir une structure avec un système précis qui ne contient aucune zone grise. Le jeune Russe est entre bonnes mains avec Jean et il fera partie de l'élite de la LNH pendant longtemps.

Il est encore tôt pour les choix finaux, mais s'il peut demeurer en santé, je ne vois aucun autre gardien pouvant coiffer Vasilevskiy dans la course au trophée Vézina au fil d'arrivée. 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.