Skip to main content

Cinq choses à retenir du CMJ : Jour 2

Les Allemands ont envoyé un sérieux message aux États-Unis et la Russie s'apprête à affronter Alexis Lafrenière

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

OSTRAVA, République tchèque - Pour la durée du Championnat mondial junior de la FIHG, LNH.com dressera chaque jour un bilan de la journée d'activités en cinq points pour ne rien manquer de l'action.

Voici ce que l'on doit retenir de la journée du 27 décembre :

Les résultats de la journée

Groupe A

Slovaquie 3 Kazakhstan 1

Groupe B

Allemagne 3 États-Unis 6
 

Trevor Zegras fait des siennes

Les États-Unis devaient rebondir après avoir encaissé une défaite de 6-4 aux mains du Canada en ouverture de tournoi, et ils ont mis du temps à offrir du jeu convaincant contre l'Allemagne. Ils ont même tiré de l'arrière 3-2 en deuxième période jusqu'à ce que le barrage cède chez les surprenants Allemands.

Malgré qu'il ait été très peu utilisé par l'entraîneur Scott Sandelin (10:04), l'espoir des Ducks d'Anaheim Trevor Zegras a récolté quatre mentions d'aide, toutes plus spectaculaires les unes que les autres. 

« Il a tellement de talent, a vanté son coéquipier Oliver Wahlstrom, auteur d'un but et une aide. Il travaille sur ses passes à l'entraînement et c'est toujours des jeux que personne d'autre n'est en mesure de faire. C'est drôle à voir, mais je suis content que ça ait fonctionné pour lui ce soir. »

Après 40 minutes de jeu, l'attaquant avait amassé quatre aides en 4:44 de temps de jeu en plus d'afficher un différentiel de plus-4. Sa bonne tenue a visiblement incité son entraîneur à lui faire davantage confiance en troisième.

Tweet from @usahockey: More information

L'espoir des Canadiens Cole Caufield a quant à lui connu un autre match très discret, et a terminé la soirée avec trois tirs au but en 12:52 de temps de jeu.
 

Surveillance accrue pour Lafrenière

Nous ne sommes qu'au deuxième jour de compétition, et déjà, le nom d'Alexis Lafrenière est sur toutes les lèvres à Ostrava. Le contraire aurait été surprenant puisque le jeune prodige québécois a amorcé son tournoi avec une récolte d'un but et trois mentions d'aide dans un gain de 6-4 du Canada face aux États-Unis.

On pourrait tenter de lui mettre davantage de bâtons dans les roues d'ici la fin du tournoi.

« Ce n'est pas quelque chose sur laquelle je me concentre, a argué l'attaquant québécois. En tant qu'équipe, c'est de travailler le plus fort possible chaque match et essayer de s'améliorer de jour en jour. »

Les Russes ont évidemment porté une attention particulière au duel entre leurs deux principaux rivaux du « groupe de la mort ». Surtout qu'ils se frotteront aux Canadiens, samedi, après avoir perdu leur premier affrontement contre la République tchèque.

La défaite ne sera pas une option et pour parvenir à la victoire, ils devront avoir Lafrenière à l'œil.

« Je l'ai vu à l'œuvre jeudi et à quelques reprises dans la LHJMQ, a commenté l'entraîneur adjoint des Russes, Igor Larionov. C'est un bon joueur de hockey. On devrait le surveiller un peu plus, mais il ne faut pas non plus en avoir peur. Nous avons aussi des joueurs très talentueux. »
 

Le poste d'Askarov en péril

Yaroslav Askarov est devenu le quatrième gardien de moins de 18 ans à amorcer un match pour la Russie au Championnat mondial junior, jeudi, contre la République tchèque pour rejoindre Andrei Vasilevskiy, Semyon Varlamov et Andrei Medvedev.

Le seul problème, c'est que ça pourrait bien avoir été son dernier départ du tournoi. La jeune sensation, qui risque d'être le premier gardien sélectionné en juin prochain, a accordé quatre buts sur 13 lancers dans un revers de 4-3 des siens contre la République tchèque.

L'entraîneur Valeri Bragin a décidé qu'il en avait assez vu après 40 minutes et l'a remplacé par Amir Miftakhov, qui a été parfait sur neuf lancers en relève. Les Russes n'ont pas voulu dire lequel des deux gardiens affrontera le Canada, samedi.

« C'est la pression, a déclaré Larionov. Il n'a que 17 ans. Ça arrive à cet âge. C'est une position difficile à occuper, surtout dans un premier match comme ça. Nous avons confiance en lui et il se relèvera. »
 

Tournoi terminé pour Kupari et Lauko

Mauvaise nouvelle pour la Finlande et la République tchèque. Les deux nations ont confirmé que les attaquants Rasmus Kupari (FIN) et Jakub Lauko (CZE) allaient rater le reste du tournoi en raison de blessures au genou.

Kupari s'est blessé à la suite d'une sévère collision avec le défenseur suédois Philip Broberg lors du premier match de la ronde préliminaire, jeudi, tandis que Lauko a dû retraiter au vestiaire après un jeu très similaire survenu dès sa première présence face aux Russes.

Tweet from @Hockey_Robinson: More information

Les services de Kupari, un choix de première ronde des Kings de Los Angeles (20e au total en 2018), avaient été prêtés par le club-école d'Ontario dans la Ligue américaine. Même chose pour Lauko, un espoir des Bruins (77e au total en 2018), qui s'aligne avec Providence.

De lourdes pertes offensives pour les deux formations.
 

Tourigny, le héros obscur

André Tourigny était le centre d'attention, vendredi, à la suite de la séance d'entraînement d'environ une heure tenue par la formation canadienne. Avec raison.

L'entraîneur adjoint a peut-être sauvé les meubles en étirant le bras pour capter la rondelle qui venait d'être envoyée vers les gradins par Ty Dellandrea, alors que le Canada menait 5-4 face aux États-Unis avec moins de deux minutes à faire à la rencontre.

Tweet from @TSN_Sports: More information

On ne sait pas si la rondelle aurait franchi la baie vitrée pour se retrouver chez les spectateurs - ce qui aurait entraîné une pénalité - mais le Québécois a préféré ne pas prendre de risque.

« Je pensais qu'elle s'en allait dans les estrades alors j'ai réagi assez rapidement, a-t-il expliqué. Je me disais que ç'allait peut-être influencer la décision si la rondelle n'aboutissait pas dans les estrades. Et si moi je ne le sais pas, ça devait être encore plus dur pour les officiels de le juger. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.