Skip to main content

Boucher: Bergevin voyait déjà des choses que personne ne voyait

Notre chroniqueur Philippe Boucher attribue au propriétaire Geoff Molson une grande part du redressement des Canadiens

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh, à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (no 13) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

Il y a une image qui me revient en tête quand je pense aux succès des Canadiens de Montréal cette saison. Celle de ma rencontre impromptue avec le directeur général de l'équipe Marc Bergevin, en septembre dernier.

J'y avais fait allusion dans cette chronique, mais cinq mois plus tard ce contact en apparence anodin me permet de mieux comprendre le retournement de situation des Canadiens.

Replaçons-nous dans le contexte du temps. C'est la tourmente à Montréal. Max Pacioretty vient d'être échangé aux Golden Knights de Vegas, Shea Weber est sur le carreau blessé et on se demande si Carey Price va revenir fort. La grande majorité des observateurs prédisent donc une autre saison de misère au CH.

À LIRE AUSSI : Boucher: Les Penguins ne sont pas des « suiveux de parade » | Le Tricolore se donne comme mission de jouer pour plus de ,500 | Un bouquet de fleurs pour Kotkaniemi

Nous sommes la veille du début des camps d'entraînement dans la LNH. Je suis à Montréal avec ma conjointe parce que je dois prendre un vol pour le Colorado le lendemain afin de voir mon fils à l'œuvre au camp de l'Avalanche. Nous allons au restaurant le soir et nous croisons Marc Bergevin sur le trottoir avant d'entrer.

Droit comme un chêne et enjoué comme on le connaît, il m'avait donné une solide poignée de main. Il m'avait paru comme un homme confiant et en plein contrôle de la situation. Je ne l'avais pas du tout senti ébranlé. J'avais aimé voir son assurance.

De toute évidence, il voyait déjà des choses que personne ne voyait venir. Cinq mois plus tard, force est d'admettre que le plan qu'il a élaboré fonctionne.

Le leadership au sein d'une organisation vient d'en haut. Le changement d'attitude chez les Canadiens s'est opéré quand le président et propriétaire Geoff Molson s'est présenté à la conférence de presse de fin de saison pour clamer haut et fort que la situation était inacceptable et qu'on prendrait tous les moyens afin d'y remédier.

Ç'a été selon moi le tournant. On ne s'est pas mis la tête dans le sable. On a pris nos responsabilités et on a posé les gestes qu'il fallait. On a laissé aller les joueurs malheureux. On a échangé Alex Galchenyuk et Pacioretty. On a sans doute permis à l'entraîneur Claude Julien de se dénicher de nouveaux adjoints.

Le leadership vient d'en haut, disais-je. M. Molson a envoyé un message clair à tout le monde. Bergevin l'a relayé à tous les membres de l'organisation, à l'entraîneur et ses adjoints qui eux l'ont transmis au capitaine et aux joueurs.  

Ce n'est pas dans une seule réunion qu'on a décidé qu'un changement d'attitude était nécessaire. C'est grâce à l'effort et l'acharnement de la part de tous les membres de la chaîne de commandement et, ultimement, des joueurs qu'on arrive aux résultats positifs actuels.

Il ne faut pas trop s'emballer, mais les succès des Canadiens reposent sur des bases solides. On parle d'une équipe de séries, contrairement à ce que 99 pour cent du monde pensait, moi le premier qui les avait écartés des séries avant le début de la saison. J'écrivais dans cette chronique que les Canadiens ne seraient pas si mauvais qu'on le croit, mais pas suffisamment bons pour participer aux séries éliminatoires. Je fais aujourd'hui mon mea culpa. Les Canadiens vont participer aux séries.

Il faut donner à Bergevin le mérite qui lui revient. Autant son plan n'avait pas fonctionné au cours de l'été 2017, quand les Russes Andrei Markov et Alexander Radulov lui ont fait faux bond, autant il a pressé sur tous les bons boutons à l'été 2018. Les acquisitions des Max Domi, Joel Armia et Tomas Tatar, la sélection comme premier choix au repêchage de Jesperi Kotkaniemi, tout lui a souri.

Video: WPG@MTL: Kotkaniemi marque sur réception en A.N.

On dit que la relève des Canadiens est mince, mais Bergevin a assemblé un groupe d'attaquants dont la plupart sont âgés de 25 ans et moins.

Sans Galchenyuk, il n'y aurait pas de Domi, sans P.K. Subban, il n'y aurait pas de Weber, sans Mikhail Sergachev, il n'y aurait pas de Jonathan Drouin, sans Pacioretty, il n'y aurait pas de Tomas Tatar, ni de Nick Suzuki qui est un jeune prometteur. Il est allé chercher Phillip Danault chez les Blackhawks de Chicago, une organisation qu'il connaît à fond.

Bergevin a laissé aller Galchenyuk au bon moment. Les Oilers d'Edmonton n'ont pas eu grand-chose pour les services de Nail Yakupov, qu'ils avaient choisi devant Galchenuyk en 2012.

Des attaquants doués comme Drouin, il y en a peu. Il faut accepter de composer avec son inconstance. Il est encore jeune, la patience est de mise dans son cas.

Video: WPG@MTL: Drouin marque son 2e d'un superbe tir

L'acquisition de Jeff Petry en défense s'avère très judicieuse. C'est lui qui a tenu la défense de l'équipe à bout de bras pendant l'absence de Weber jusqu'en novembre. 

On en parle peut-être moins parce qu'on tient son niveau de performance pour acquis, mais Price est de retour en grande forme. C'est le Carey des beaux jours. Il rend ses coéquipiers meilleurs. Il est un des meilleurs gardiens dans la LNH depuis le début de décembre.

Les Canadiens ont un vrai gardien numéro 1 et un vrai capitaine. Weber est un rassembleur, un bon vétéran et une bonne personne. Il n'est pas à couteaux tirés avec le directeur général. Il est une bonne courroie de transmission de la philosophie d'organisation.

Le plus gros du travail reste à faire parce qu'à Montréal, comme à Toronto, les partisans sont très exigeants, voire intransigeants. Ils sont assoiffés de succès et ils rêvent au jour où ils célébreront une conquête de la Coupe Stanley.

Ce jour n'est peut-être pas pour demain, mais les Canadiens et les Maple Leafs nous donnent du très bon hockey, comme on a pu le voir samedi. Le CH fait vibrer le Centre Bell de nouveau et il chauffe les porte-étendards de la  « feuille érable » au classement. Qui aurait cru ça possible avant cette saison?

* Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.