Skip to main content

Boucher : Julien BriseBois a raison

Notre chroniqueur Philippe Boucher se dit d'accord avec le DG du Lightning qui affirme que 20 équipes peuvent aspirer à gagner la Coupe Stanley

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (13e au total) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski, les Remparts de Québec et les Voltigeurs de Drummondville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

Julien BriseBois, du Lightning de Tampa Bay, proclame que la saison qui s'amorce sera celle de la parité par excellence dans toute l'histoire de la LNH et il précise qu'il y a une vingtaine d'équipes qui peuvent aspirer à gagner la Coupe Stanley.

Je suis entièrement d'accord avec lui.

Ça peut paraître paradoxal que le directeur général de l'équipe qui a égalé le record de victoires dans la LNH (62) la saison dernière y aille d'une affirmation semblable, en entrevue sur les ondes du 98,5 à Montréal. Ça ne l'est pourtant pas.

À LIRE AUSSI : Gagné: Les Stars, l'Avalanche et les Sharks à surveiller dans l'Ouest | Super 16: Les Panthers et les Flyers accèdent au palmarès | Marcotte : Joël Bouchard devra garder tout le monde heureux

La parité, c'est sur l'ensemble de la saison qu'il faut la voir. Le Lightning a eu beau être dominant en saison régulière, doit-on rappeler le sort qu'il a subi en séries? Et doit-on revenir sur l'improbable parcours qui a mené les Blues de St. Louis vers la conquête de la Coupe Stanley?

La Coupe, je vous le dis, c'est le trophée le plus difficile à gagner. Que ce soit Marc Bergevin des Canadiens de Montréal qui le dise ou Julien BriseBois, c'est vrai qu'une fois que tu accèdes aux séries éliminatoires, tu as les mêmes chances que toutes les autres équipes qualifiées de la remporter. Vingt équipes aspirantes, comme le dit BriseBois, ça veut même dire que d'excellentes équipes seront exclues des séries. Et ce sera le cas.

Je n'ai aucun doute que le Lightning sera encore dominant cette saison. BriseBois serait toutefois mal avisé de déclarer publiquement que son objectif c'est de gagner la Coupe et rien d'autre. Des équipes paquetées à l'époque comme les Red Wings de Detroit, qui se payaient le luxe d'avoir dans leurs rangs des Brett Hull et Luc Robitaille sur le troisième trio en soutien aux Brendan Shanahan, Sergei Fedorov et Steve Yzerman, pouvaient afficher leurs couleurs. Mais ça ne se fait plus.

Les propos du DG du Lightning m'ont d'ailleurs fait penser à l'expression « ne pas prendre une équipe à la légère », qui a complètement disparu du vocabulaire du hockey.

Je me souviens qu'à mes débuts dans la LNH, avec les Sabres de Buffalo au début des années 1990, que nous devions parfois, nous les joueurs, nous rappeler de ne pas prendre une équipe à la légère. C'était le cas entre autres avant les matchs contre les Sénateurs d'Ottawa, qui venaient d'arriver dans la LNH.

Les entraîneurs dans le temps pouvaient encercler des dates de matchs faciles sur le calendrier en se disant que c'étaient des points en banque. Ils ne peuvent plus faire ça aujourd'hui parce qu'aucune équipe ne peut penser qu'elle commence la saison avec des points en banque. Des matchs faciles, il n'y en a plus. Pas une seule équipe ne peut être prise à la légère.

Ce qui m'amène à l'analyse des forces dans l'Association de l'Ouest cette semaine. On se prête souvent au jeu d'essayer de prédire quelle équipe va finir au haut du classement dans les sections. Je vous propose à la place de tenter d'identifier les équipes de l'Ouest qui ne participeront pas aux séries! Je vous mets au défi de m'en nommer seulement quatre. Allez, prenez cinq minutes pour voir… Personnellement, c'est un pari que je ne prendrai pas.

Je ne suis pas prêt à écarter aucune équipe, même les Kings de Los Angeles qu'on pourrait voir comme négligés. Une équipe qui mise sur des joueurs de la trempe des Anze Kopitar, Drew Doughty et Jonathan Quick ne peut pas être tassée du revers de la main. Les Coyotes de l'Arizona? Ils ont connu une fin de saison dernière très intéressante et, avec les changements apportés, il faut les avoir à l'oeil. 

Les Golden Knights de Vegas devraient continuer d'être très solides, mais j'ai surtout hâte de voir l'Avalanche du Colorado. 

L'Avalanche sera une des équipes captivantes à suivre. Les amateurs du Colorado ont raison d'être emballés. Le trio de Nathan MacKinnon, avec Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen, sera encore un des plus dominants dans la LNH. En défense, il y a les jeunes Cale Makar et Samuel Girard. Ces deux-là m'ont impressionné ensemble en séries. Ce sera intéressant de voir leur progression.

Video: CGY@COL: Superbe tir du revers de Rantanen

Est-ce que les Jets de Winnipeg vont bien récupérer de l'été mouvementé qu'ils viennent de vivre? Les Jets possèdent un des meilleurs top-6 de la Ligue à l'attaque. Est-ce que les Blackhawks de Chicago vont reprendre là où ils ont laissé? 

Les Flames de Calgary vont-ils poursuivre sur leur lancée? Les jeunes des Canucks de Vancouver vont-ils faire la différence? L'arrivée de Dave Tippett à la barre va-t-elle finalement relancer les Oilers d'Edmonton? Les Blues auront-ils la gueule de bois? Voilà des questions auxquelles on pourrait avoir des réponses très rapidement. Aucune équipe ne peut se permettre de mal commencer la saison parce que ça pourrait lui être fatal. Le parcours des Blues n'est pas devenu la norme. Ils ne seront pas imités chaque saison.

Video: WSH@STL: Blais compte dans la première minute

En raison de la parité, un rien peut faire dérailler une équipe pendant quelque temps. On pense aux blessures évidemment, mais il y a plein d'autres facteurs, comme le rendement d'un gardien ou la cohésion entre les joueurs. Les équipes qui connaitront un premier mauvais mois d'activités auront énormément de misère à s'en remettre.

* Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.