Skip to main content

Bouchard : Les Blackhawks cherchent à reproduire une formule éprouvée

Les Blackhawks savent que le chemin vers la Coupe Stanley ne leur sera pas éternellement ouvert

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Les Blackhawks de Chicago savent que le chemin vers la Coupe Stanley ne leur sera pas éternellement ouvert. On les a donc vus encore cette semaine travailler à redéfinir leur groupe d'attaquants et préparer le terrain à des retouches mineures de leur groupe de défenseurs.

Ce sont déjà trois choix au repêchage qui sont partis vers d'autres équipes, signe qu'on croit pouvoir continuer à renouveler l'équipe par le marché des joueurs autonomes, mais aussi par d'autres moyens. Artemi Panarin, dont le talent n'est plus à démontrer, a choisi les Blackhawks parce qu'il ne voulait pas que jouer dans la LNH, il voulait gagner. Parions qu'encore cet été, ce même argument vaudra encore pour les joueurs autonomes , les jeunes prometteurs faisant leurs preuves dans la KHL et les joueurs issus des rangs de la NCAA. Il n'y a pas que le repêchage qui soit une source de jeunes joueurs de talents et, dans ces marchés plus restreints, l'avantage de Chicago ne se dément pas.

C'est d'ailleurs probablement ce désir de continuer à s'activer sur ces marchés qu'on a effectué une série d'échanges visant à compléter l'alignement pour la seule présente saison. Les joueurs acquis ont tous, en effet, des contrats s'achevant à la fin de la campagne.

Andrew Ladd s'amène dans la ville des vents

Les Blackhawks travaillent depuis le début de la saison avec deux trios à qui on demande de lever l'essentiel de la fonte. Jonathan Toews, la plupart du temps associé à Marian Hossa, et Artem Anisimov, au centre de Patrick Kane et Artemi Panarin, sont l'objet d'une couverture de tous les instants de la part des équipes adverses.

Lorsqu'on regarde la part de temps de jeu que ces deux centres passent contre les défenseurs adverses les plus utilisés, on constate que ces derniers sont présents bien plus souvent lorsqu'ils sont sur la glace. Les choses vont et viennent et les deux premiers centres s'échangent au fil de la saison l'essentiel de l'attention des adversaires, mais au bout du compte, c'est sur eux qu'on se concentre.

Le rôle d'Andrew Ladd, dans ce contexte, est limpide. Parce qu'Anisimov reste avec ses ailiers habituels, l'ancien capitaine des Jets de Winnipeg est appelé à jouer avec Toews un travail similaire à ce qu'il a accompli depuis plusieurs saisons déjà à Winnipeg. La présente campagne n'a pas été différente. En fait si on juxtapose sa propre ligne d'adversité à celle de Toews, on voit à quel point les deux joueurs sont habitués à un rôle similaire.

Il sera intéressant de voir ce qu'on fait avec Ladd une fois la saison terminée. L'ailier gauche est un cas typique de ces vétérans qui acceptent (autre bénéfice dont profitent largement les Blackhawks saison après saison) de signer à rabais dans l'espoir de gagner une autre coupe Stanley.

Âgé de 30 ans, Ladd est encore robuste et en santé, ce qui va certainement jouer en sa faveur si on cherche à le ramener l'an prochain. Marian Hossa est encore fort efficace, mais, à 37 ans, il est de plus en plus fragile. On doit mine de rien commencer à penser à trouver un nouveau sbire pour le capitaine.

Dale Weise et Tomas Fleischmann s'amènent aussi

Lorsqu'on regarde le détail des trios utilisés à Chicago depuis le début de la saison, on voit bien qu'on n'a pas tant déployé quatre trios, mais bien trois trios et un assemblage hétéroclite de joueurs de soutien.

Or, on travaille depuis quelques saisons déjà avec quatre trios à Chicago : trois unités à vocation offensive (Toews et Ansimov en leveurs de fonte, une troisième unité de soutien offensif) et une à vocation strictement défensive. Construite depuis un moment déjà autour de Marcus Kruger et Andrew Shaw, cette dernière unité, extrêmement importante en séries éliminatoires, a été reconstruite autour de Philip Danault en attendant le retour de Kruger.

Danault et Kruger prennent essentiellement des mises en zone défensive. Selon le nouveau site Corsica.hockey, Danault ne prend que 21 pour cent de ses mises en zone offensive, un taux qui descend à 12 pour cent pour Kruger. Pour comparaison, ce taux monte à 34 pour cent pour Toews, et 41 pour cent pour Anisimov.

Shaw, à la suite d'une blessure de son centre habituel, est allé prêter main-forte à Toews. Dennis Rasmussen a pris sa place aux côtés de Danault. Comme on peut le constater, ce trio à vocation défensive reste largement sous-exposé aux meilleurs éléments adverses.

C'est un bel exemple de l'effet ricochet qu'a l'insistante couverture souhaitée par les adversaires des Blackhawks contre leurs meilleurs éléments. En donnant à la quatrième ligne de l'équipe une part plus grande de mises en zone défensive et en massant le top-6 en zone offensive, on force l'adversaire à utiliser ses meilleurs éléments dans des situations défensives, émoussant ainsi leur capacité à créer de l'attaque.

Entre ce trio ultra défensif et un top-6 qui en impose plus que jamais, on cherche année après année à se donner une troisième unité offensive, capable d'exploiter les relâchements de l'adversaire. Il semble bien qu'on va cette fois-ci tenter de donner ce rôle à un trio pivoté par Teuvo Teravainen. Dale Weise et Tomas Fleischmann ont, justement, connu beaucoup de succès au sein d'une unité du genre, articulée autour de David Desharnais. Le rôle qui les attend à Chicago en est un qu'ils connaissent. Plus encore, c'est un rôle qu'ils ont joué ensemble.

Avec Andrew Ladd qui repousse Andrew Shaw au centre du trio défensif, qui sera éventuellement complété par le retour de Kruger (on l'attend pour le début des séries), on voit donc les morceaux du puzzle tomber graduellement en place. Tout ça aura coûté quelques choix et deux jeunes joueurs, Danault, qui remplissait un rôle de toute façon déjà occupé, et Marko Dano (!), un attaquant prometteur qui tarde à éclore (et qui est blessé).

Et la défensive?

Les Blackhawks ont l'an dernier travaillé en séries avec un invraisemblable système de chaise musicale en défensive. En gros, on s'assurait de garder continuellement au moins un des trois meilleurs défenseurs du club sur la glace, quitte à ne pas avoir de réels duos établis. On semble avoir décidé de travailler avec des paires défensives plus stables cette fois-ci. Mais à voir les manœuvres faites avec l'échange de Christian Ehrhoff pour Rob Scuderi (on a accepté de retenir la moitié du salaire de Scuderi pour se débarrasser de sa dernière année de contrat l'an prochain) et à considérer qu'on serait, si on en croit General Fanager, capable d'ajouter un salaire annuel d'un peu plus de 1,2 million $ d'ici lundi, on peut se demander si on ne cherchera pas à ajouter un peu d'expérience en défensive. Ça reste à voir, le marché des défenseurs est plutôt mince et les expériences de l'an dernier (Kimmo Timonen, notamment) n'ont guère été heureuses. Joel Quenneville pourrait bien avoir à reprendre son jeu de chaise musicale.

En voir plus