Skip to main content

Alexandre Texier fait avancer le hockey français

Jamais un espoir de la France n'avait été réclamé au deuxième tour de la séance de repêchage de la LNH

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

CHICAGO - Alexandre Texier dit qu'il n'est pas utopique de croire qu'un hockeyeur français puisse être repêché dans un jour pas si lointain en première ronde dans la LNH, voire au tout premier rang de la séance.

Avant que ça se produise, Texier sera coiffé du titre d'espoir ayant été réclamé le plus tôt dans l'histoire du hockey français, après avoir été la 45e sélection au total du repêchage 2017 de la LNH, samedi.

Les Blue Jackets de Columbus ont échangé l'espoir Keegan Kolesar aux Golden Knights de Vegas afin de devancer leur rang de sélection au deuxième tour et d'appeler le nom de Texier.

« C'est 'cool'. Je suis fier pour moi, pour la France et pour mon équipe les Brûleurs de Loups de Grenoble. Je suis fier de représenter mon pays. J'espère que le hockey français va évoluer par rapport à ça », a-t-il déclaré.

Texier a supplanté Tim Bozon à titre d'espoir français réclamé le plus tôt. Bozon avait été appelé en 64e position au cours de la séance de repêchage 2012 par les Canadiens de Montréal.

« Le hockey français évolue. La ligue élite est très compétitive. Le calibre est relevé, avec la présence de plusieurs joueurs étrangers. Ça attire plus de recruteurs de la Ligue nationale. Si un jeune se donne les moyens, le jour n'est peut-être pas loin qu'un Français sera repêché en première ronde ou même au tout premier rang, comme c'est arrivé pour la Suisse cette année. »   

Le joueur de centre, qui mesure 6 pieds et qui pèse 185 livres, est un produit issu entièrement de la France puisqu'il a porté les couleurs des Brûleurs de Loups dans la Ligue Magnus, la saison dernière.

Il a réussi 10 buts en plus d'amasser neuf passes, en 40 matchs. Il a ajouté cinq buts et cinq passes en 12 rencontres en séries éliminatoires. Il a surtout pu compter sur l'ancien premier choix des Canadiens en 1998 comme mentor, Éric Chouinard, qui évolue en France depuis trois saisons.

« Éric est un ami. Il était à côté de moi dans le vestiaire. On se parlait beaucoup. Il m'a donné beaucoup de conseils sur ce que je devais améliorer. Avant de venir à Chicago, il m'a dit de prendre plein de plaisir à ce 'draft' parce que ça n'arrive qu'une fois », a-t-il souligné.

Texier a dit avoir tracé sa propre voie sans tirer son inspiration d'un hockeyeur français au cours de son enfance. Il a précisé avoir été marqué par la conquête de la Coupe Stanley de son compatriote, le gardien Cristobal Huet, en 2010. 

« Je l'ai vu soulever la Coupe devant moi à Grenoble quand j'étais petit (10 ans) », a-t-il révélé. C'était 'cool'. J'ai plus tard eu la chance de jouer avec lui dans l'équipe nationale. C'est un chic type. »

Il a expliqué s'être intéressé au hockey grâce à son père qui a été un ancien joueur. Fabrice Texier, un défenseur, est venu jouer au Québec en 1986-87. Il a porté les couleurs du Titan de Laval dans quatre matchs seulement.

Alexandre Texier est un grand partisan de Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh. Il se voit s'établir dans la LNH comme un joueur de centre de deuxième trio.

Il ne connaît pas grand-chose des Blue Jackets de Columbus. Cette semaine, c'était la première fois qu'il mettait les pieds aux États-Unis. Il n'a pas pris part aux journées de tests d'évaluation physiques et d'entrevues (Combine) à Buffalo au début du mois en raison d'une blessure à une épaule. À Chicago, il a été interviewé par 21 équipes, incluant les Canadiens.

« J'aurais aimé que les Canadiens me repêchent, mais je suis heureux d'être un membre des Blue Jackets. Ils ont fait un échange pour m'avoir, c'est significatif. Mais ce n'est que le début. »

Texier a annoncé qu'il va s'expatrier de la France à compter de la saison prochaine afin de poursuivre son développement. Il ne sait pas dans quel calibre de jeu il va évoluer, mais il semble pencher vers la Suède ou la Finlande parce qu'il souhaite jouer contre des hommes.

« Je n'écarte aucune option. Je pourrais venir jouer dans les rangs juniors au Canada ou en Suède ou en Finlande. Il n'y a rien de décidé. Je verrai après avoir pris part au camp de développement des Blue Jackets, la semaine prochaine. »

En voir plus