GettyImages-2153096339

EDMONTON, Alb. – Les Oilers d’Edmonton ont pleinement tiré profit de l’occasion qu’ils avaient, samedi, de prolonger leur saison.

Après une victoire de 5-1 contre les Canucks de Vancouver, leur série de deuxième tour est maintenant égale 3-3. Le match ultime aura lieu au Rogers Arena lundi (21 h HE; CBC, TVAS, SN, ESPN).

« Nous avons joué un très bon match, mais cette victoire nous sert seulement à jouer un match de plus, a relativisé le défenseur Darnell Nurse. Il faut voir le prochain affrontement comme un tout nouveau défi, y aller un match à la fois. Nous avons abordé la rencontre de ce soir sans penser aux autres et c’est ce que nous ferons également lundi. »

Pour l’emporter, les Oilers ont dû redoubler d’effort et offrir du bien meilleur hockey qu’au match no 5, perdu 3-2 à Vancouver jeudi.

Devant le filet, Stuart Skinner a réussi son retour. Il effectuait une première apparition pour Edmonton après son retrait en plein troisième duel.

À l’autre bout, Dylan Holloway l’a épaulé en marquant rapidement le premier but de la rencontre au terme d’un superbe effort individuel.

Les Oilers ont finalement obtenu une victoire convaincante lors de cette série, dont tous les matchs s’étaient jusqu’à maintenant soldés par un but d’écart. Lors du duel inaugural, ils se dirigeaient vers un gain facile, mais ils ont finalement bousillé une avance de trois buts et se sont inclinés 5-4. Quatre jours plus tard, ils ont dominé les Canucks 45-18 au chapitre des lancers, mais ont tout de même baissé pavillon 4-3.

« La série est tellement serrée jusqu’à maintenant que je m’attendais à un match no 6 tout aussi chaudement disputé, a déclaré Connor McDavid. Je suis persuadé que Vancouver n’est pas satisfait de sa rencontre, comme ce fut le cas pour nous jeudi. Je m’attends à ce que les deux équipes élèvent leur jeu lors du match no 7, évidemment. »

McDavid a récolté trois aides samedi, lui qui n’en avait récolté qu’une à ses trois rencontres précédentes. Draisaitl a quant à lui glané deux points, dont le 100e de sa carrière en séries éliminatoires à son 60e match. Il est devenu le troisième joueur le plus rapide à atteindre ce plateau après les légendaires Wayne Gretzky (en 46 matchs) et Mario Lemieux (50).

Mais « il n’y a pas de quoi se satisfaire ou s’emballer, a soutenu McDavid. Nous nous sommes simplement achetés une autre journée et je m’attends à ce que nous ayons le même sentiment d’urgence lundi. »

L’attaquant vedette a disputé sa dernière rencontre no 7 en 2022, au premier tour contre les Kings de Los Angeles. Edmonton avait remporté les deux derniers duels de la série afin de passer à l’étape suivante.

Et la dernière fois qu’il a été en pareille situation à l’étranger, McDavid a vu ses Oilers s’incliner devant les Ducks d’Anaheim, au deuxième tour des séries de 2017. L’an dernier, c’est au terme du sixième match de la confrontation face aux Golden Knights de Vegas que leur saison a pris fin.

« Nous ne parlons pas beaucoup de l’an dernier, mais l’expérience que nous avons vécue nous aide présentement. Nous comprenons mieux à quel point la marge d’erreur est mince et à quel point tu dois bien jouer pour gagner, a expliqué l’attaquant Zach Hyman. Nous voulons demeurer dans le portrait des séries et nous voulons gagner la Coupe Stanley. Nous n’aurons donc pas le choix d’élever notre jeu lors du prochain match. Nous sommes emballés de cette occasion. »

La formation albertaine s’est illustrée en marquant ses cinq buts à 5-contre-5, samedi. Ils ont également résolu l’énigme Arturs Silovs, qui était jusque là très solide face aux ténors offensifs d’Edmonton.

« Nous étions rapides. Lorsque nous sommes rapides, nous obtenons plus d’occasions de qualité et nous en avons finalement profité, a analysé Hyman. C’est la différence : nous avons eu nos chances pendant toute la série, mais ce soir, nous en avons profité. »

Edmonton présente une fiche de 7-4 lors des matchs no 7. La formation albertaine s’était avouée vaincue contre les Hurricanes de la Caroline lors de l’affrontement ultime de la finale de la Coupe Stanley, en 2006.

« Le momentum ne se transpose que d’une présence à l’autre, mais chaque match est unique », a opiné l’entraîneur-chef des Oilers, Kris Knoblauch. « Nous devrons bien jouer lundi, car les Canucks seront bien meilleurs que ce soir. Ce sera une équipe différente de celle qu’on a vue. »

La tasse de café, le balado de LNH.com

Les Panthers dans le siège du conducteur en finale