Skip to main content

Rutherford anticipe des changements après le balayage des Penguins

Le DG remet en question le désir et la chimie de son équipe, mais il affirme que la fenêtre pour gagner la coupe est toujours ouverte

par Wes Crosby / Correspondant LNH.com

CRANBERRY, Pennsylvanie -- Les Penguins de Pittsburgh doivent apporter des modifications avant la prochaine saison s'ils veulent continuer à aspirer à la Coupe Stanley.

C'est ce que le directeur général Jim Rutherford a affirmé jeudi, deux jours après que les Penguins eurent perdu 3-1 contre les Islanders de New York lors du quatrième match du premier tour des séries éliminatoires de l'Association de l'Est. Pittsburgh a perdu cette série quatre de sept 4-0. C'est la première fois que les Penguins se font balayer depuis que les Bruins de Boston leur avaient fait subir le même sort dans la finale de l'Association de l'Est en 2013.

Deux ans après avoir remporté la coupe pour une deuxième année consécutive, Rutherford s'est demandé si le succès avait atténué la soif de victoire des Penguins.

À LIRE : Le rendement des vedettes parmi les causes de l'élimination des Penguins | Les Penguins abasourdis par leur balayage

« Je me demande si c'est parce qu'on a trop de joueurs qui sont satisfaits de leur carrière après avoir gagné deux fois la Coupe Stanley, s'est questionné Rutherford. Est-ce que c'est un signal qui indique un besoin de changement pour retrouver ce désir de vaincre? »

Rutherford a également évoqué un autre élément qui a fait défaut à son groupe.

« En [2016 et en 2017], on formait une équipe. On était un groupe très uni, a-t-il mentionné. Je n'ai pas vu ça cette année, et ce, à partir du premier jour. À aucun moment, je n'ai senti que les gars formaient une équipe. »

Pour une deuxième année de suite, Rutherford a l'intention d'apporter quelques changements à sa formation pendant la saison morte. Il n'a pas encore de plan précis en tête, mais il a ajouté que « l'équipe ne resterait pas la même. »

Si les Penguins veulent gagner une autre Coupe Stanley dans un avenir rapproché, Rutherford est convaincu que des changements sont nécessaires. Cette occasion ne se représentera pas si l'équipe reste identique, selon lui.

« Je crois que la fenêtre est encore ouverte, a-t-il lancé. Elle devrait le rester pendant plus d'une année. Par contre, il m'apparaît évident qu'avec la manière dont notre saison s'est terminée, on ne pourra pas réussir si on continue comme ça. »

Les Penguins ne perdront pas beaucoup d'éléments sur le marché des joueurs autonomes cet été. Matt Cullen, un centre de quatrième trio de 42 ans, est celui qui est le plus connu et il pourrait décider d'accrocher ses patins après 21 saisons dans la LNH.

Rutherford ne croit pas que cela lui compliquera davantage la tâche et il a laissé entendre qu'il pourrait échanger au moins un joueur qui a joué un rôle déterminant lors de leurs conquêtes de la Coupe Stanley.

« On a beaucoup de bons joueurs et de bons joueurs avec de belles feuilles de route, a-t-il indiqué. Des joueurs qui ont gagné la Coupe Stanley. Des joueurs qui ont beaucoup contribué à nos succès. Donc, selon les changements que l'on décidera d'apporter, on a des éléments intéressants qui pourraient nous permettre de les faire. »

Sidney Crosby, Phil Kessel, Patric Hornqvist et Kris Letang ont tous dit que des changements étaient inévitables. Cependant, ils ont tous ajouté qu'ils ne pensaient pas qu'un gros chambardement était requis, car ils croient toujours que l'équipe compte sur un bon noyau de joueurs.

« C'est toujours facile de pointer le doigt et de trouver des raisons pour lesquelles on a perdu, a affirmé Crosby. C'est normal quand on perd, mais il faut être prudent. C'est ce qu'on a appris au fil des années. Même lors de cette série qu'on vient de terminer, la ligne entre la victoire et la défaite est très mince. On doit trouver une façon de rebondir et de retrouver le chemin de la victoire. J'ai toutefois pleinement confiance en notre groupe actuel. »

Video: NYR@PIT: 100e point de Crosby, 40 buts pour Guentzel

Letang prétend que les Penguins sont toujours aussi motivés que lors de leurs années plus glorieuses.

« J'en suis convaincu, a-t-il laissé tomber. On a des joueurs qui sont encore affamés. Avec quelqu'un comme Sid qui veut mener l'équipe à d'autres championnats, on a une chance de gagner chaque année. »

Les Penguins formaient une équipe rapide en 2016 et en 2017. Depuis qu'ils ont gagné ces deux titres, ils sont devenus plus robustes, particulièrement à la ligne bleue.

Le défenseur Jack Johnson a signé un contrat de cinq ans d'une valeur annuelle moyenne de 3,25 millions de dollars le 1er juillet. Les Penguins ont fait l'acquisition du défenseur Erik Gudbranson des Canucks de Vancouver le 25 février.

Avec Johnson et Gudbranson, Rutherford croit que cette brigade défensive est la meilleure qu'il ait vue à Pittsburgh depuis qu'il a été embauché le 6 juin 2014.

Video: PIT@CAR: Johnson prive Aho du but gagnant

Rutherford ajoute que les Penguins demeurent une formation rapide. Leurs insuccès des deux dernières années seraient plutôt issus de leur inconstance et de leur difficulté à appliquer un système plus structuré conçu pour limiter les erreurs.

L'entraîneur Mike Sullivan abonde dans le même sens.

« Pour gagner à ce moment-ci de l'année, il faut savoir être discipliné et tenace, a-t-il expliqué. Comme groupe, on doit prendre nos responsabilités parce qu'on n'a pas répondu aux attentes… On exerçait plus de pression sur le porteur du disque [en 2016 et en 2017]. On jouait du bâton. On se défendait avec ardeur. On limitait les chances de marquer. Ce sont tous des aspects de notre jeu qui faisaient de nous une équipe très difficile à affronter. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.