Skip to main content

Les succès de l'Avalanche dans le dernier droit l'ont menée en séries

Le Colorado était privé de plusieurs joueurs-clés en raison de blessures, mais les performances de Grubauer ont sauvé la mise

par Jon Lane @JonLaneNHL / Journaliste NHL.com

L'Avalanche du Colorado a officiellement assuré sa place dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour une deuxième année de suite, réussissant à s'extirper d'un peloton plutôt chargé dans l'Association de l'Ouest pour finalement se qualifier à l'aide d'une victoire de 3-2 en prolongation contre les Jets de Winnipeg, jeudi soir, au Pepsi Center.

À LIRE AUSSI: Les Hurricanes de retour en séries grâce à leurs habitudes de travailDes blessures empêchent l'Arizona de participer aux séries

Le parcours vers les séries a toutefois été semé d'embûches. L'Avalanche affichait un dossier de 22-23-11 le 12 février, ce qui laissait l'équipe à quatre points du Wild du Minnesota et de la deuxième place de quatrième as donnant accès aux séries dans l'Ouest, après être passée par une séquence de 3-13-5 qui a notamment été ponctuée de séries de six (0-4-2) et huit (0-5-3) défaites consécutives. Une victoire de 4-1 à Winnipeg aux dépens des Jets, deux jours plus tard, a toutefois lancé une séquence de 16-6-3 qui a mené la formation de Denver au seuil des séries. Le Colorado montre une fiche de 8-0-2 depuis le 17 mars, la meilleure dans la LNH depuis cette date.

Une telle poussée de fin de saison n'est rien de nouveau chez l'Avalanche, qui avait décroché sa place dans les séries du printemps 2018 lors de la dernière journée du calendrier à l'aide d'un gain de 5-2 contre les Blues de St. Louis.

« Nous voulons juste nous donner une chance de remporter la Coupe, a déclaré le joueur de centre Nathan MacKinnon, jeudi. C'est ça, les séries, dans le fond… L'an dernier, nous avions davantage le sentiment du devoir accompli et nous étions juste contents de participer aux séries. Mais je pense que la mentalité est différente cette année. Nous voulons remporter la Coupe, pas seulement se donner une tape dans le dos parce que nous avons pris part aux séries. »

Voici cinq raisons qui permettent d'expliquer la présence de l'Avalanche dans les séries:

1. Résilience

La poussée de fin de saison de l'Avalanche s'est faite sans deux de ses trois meilleurs marqueurs: l'attaquant Mikko Rantanen a raté les sept derniers matchs en raison d'une blessure au haut du corps et l'attaquant Gabriel Landeskog est revenu au jeu le 29 mars après s'être absenté le temps de neuf rencontres en raison d'une blessure au haut du corps.

Étant donné que ces deux joueurs ont amassé 65 des 256 buts du Colorado cette saison, le défi était de taille. L'Avalanche a présenté une fiche de 2-0-1 en trois matchs quand les deux étaient à l'écart du jeu, et Landeskog a amassé cinq points (un but, quatre passes) en quatre matchs depuis qu'il est de retour dans l'alignement.

Le reproche qu'on faisait à l'Avalanche, c'est que c'était une équipe qui se fiait à un seul trio, l'attaque reposant entièrement sur les épaules de Rantanen, Landeskog et MacKinnon. Mais le Colorado a marqué 24 buts dans les neuf matchs sans Landeskog, le défenseur Tyson Barrie inscrivant alors 10 points (cinq buts, cinq aides). Le joueur de centre Alexander Kerfoot a amassé huit points (quatre buts, quatre passes) au cours d'une série de six matchs avec au moins un point - la plus longue de sa carrière dans la LNH - qui a pris fin jeudi. Et le joueur de centre Carl Soderberg a marqué 23 buts cette saison, un sommet personnel.

« Nous faisons différentes choses d'un soir à l'autre pour remporter des matchs de hockey, a noté l'entraîneur Jared Bednar après une victoire de 3-2 en fusillade signée le 29 mars contre les Coyotes. Tout le monde contribue dans la formation. Surtout avec les blessures, les gars répondent à l'appel alors qu'ils jouent des rôles plus importants, ils excellent dans ces rôles-là. C'est un sport collectif et c'est l'approche que nous avons en ce moment. Il n'y a pas d'égoïsme dans notre vestiaire, c'est l'équipe d'abord. »

2. Trio du tonnerre

MacKinnon (98 points; 40 buts, 58 passes), Rantanen (87 points; 31 buts, 56 passes) et Landeskog (74 points; 34 buts, 40 aides) ont récolté 259 points à eux trois tout en marquant 105 des 256 buts du Colorado (41 pour cent), L'Avalanche compte trois marqueurs de 30 buts pour la première fois depuis 1995-96, quand l'équipe en avait aligné quatre (Joe Sakic, 51; Claude Lemieux, 39; Valeri Kamensky, 38; Peter Forsberg, 30) et avait remporté la Coupe Stanley pour la première fois.

Video: COL@LAK: MacKinnon complète un beau jeu de passes

3. Du grand Grubauer

L'Avalanche a jeté les dés en faisant l'acquisition du gardien Philipp Grubauer dans une transaction avec les Capitals de Washington, le 22 juin, qui lui a coûté un choix de deuxième tour à l'occasion du repêchage 2018 de la LNH. Au 5 février, Grubauer avait une fiche de 9-7-3 avec une moyenne de 3,47 et un taux d'arrêts de ,890. Depuis le 12 février, il a montré un dossier de 9-2-2 avec une moyenne de 1,45, un taux d'arrêts de ,955 et trois jeux blancs, si bien qu'il a ravi le poste de gardien no 1 à Semyon Varlamov.

Video: WPG@COL: Grubauer vole Wheeler avec la mitaine

« Je ne sais pas si quelqu'un a allumé un interrupteur quelque part ou comment c'est arrivé, et je ne veux pas le savoir », a confié Bednar à Altitude Sports Radio, le 26 mars. « Nous en parlerons à la fin de la saison. Pour l'instant, je le laisse tout simplement faire ses affaires parce qu'il est "dans la zone". Parfois, les joueurs se retrouvent dans cette zone où ils jouent bien. Il est dans sa zone. Il a l'impression que tout se passe au ralenti. Il a été exceptionnel. »

4. Troisième période

L'Avalanche montre une fiche de 28-1-3 quand l'équipe mène au score après deux périodes et le Colorado a marqué 103 buts en troisième période, ce qui constitue un nouveau record pour une saison. L'ancienne marque de 96 avait été établie en 1996-97. Landeskog mène la LNH avec 20 buts en troisième période, ce qui est par ailleurs un record de concession (Avalanche et Nordiques de Québec); Rantanen a inscrit 36 points (11 buts, 25 aides) dans ce contexte.

5. De Bourque à Barrie
 
Barrie a récolté 59 points, le total le plus élevé récolté par un défenseur de l'Avalanche depuis que Raymond Bourque en a lui aussi inscrit 59 en 2000-01. Il a marqué 14 buts (ce qui égale le sommet personnel qu'il a établi l'hiver dernier) et amassé 45 passes, ce qui est une nouvelle marque personnelle.

Video: WPG@COL: Barrie marque d'un angle fermé

« Pour marquer des buts, il faut avoir le soutien des gars derrière, a noté Bednar. Si vous regardez notre équipe, à l'exception [du trio] de MacKinnon-Rantanen-Landeskog qui crée ses propres chances tellement ces gars-là sont dynamiques ensemble, tout le reste part de la défensive. Ça aide beaucoup quand les défenseurs s'impliquent. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.