Skip to main content

Les DG proposent des changements à plusieurs règlements

Le jeu sans casque pourrait dorénavant être interdit et des modifications aux mises en jeu sont à prévoir

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

BOCA RATON, Fla. - Les directeurs généraux de la LNH ont mis de l'avant des propositions de changements de règlements en lien avec la sécurité des joueurs et le jeu offensif, mardi, lors de la deuxième journée de leur réunion annuelle.

Toutes ces propositions de modification des règlements devront être approuvées par le Comité de compétition de la LNH-AJLNH avant d'être soumises au Bureau des Gouverneurs (BDG) pour être approuvées. Le Comité de compétition se rencontrera durant la Finale de la Coupe Stanley et le BDG en discutera à la fin du mois de juin.

En ce qui a trait à la sécurité des joueurs, les directeurs généraux veulent qu'un joueur soit dorénavant pénalisé s'il ne quitte pas immédiatement la glace après avoir perdu son casque.

À LIRE : Des modifications, mais rien de majeur | La course aux séries dans l'Ouest | dans l'Est

George Parros, le vice-président senior de la sécurité des joueurs de la LNH, a indiqué que la Ligue est la seule au monde qui n'a pas un règlement en lien avec la perte du casque lors du jeu.

« Je ne vois aucune raison pour laquelle on continuerait d'attendre que quelque chose se produise sur la glace, a dit Parros. On ne veut surtout pas qu'un incident arrive. Je pense que ce nouveau règlement a beaucoup de sens et tout le monde est d'accord. On verra à quoi ressemblera le règlement, et par la suite le faire on le fera suivre aux bonnes personnes. »

Parros a ajouté que la LNH étudiera la possibilité de forcer les joueurs à porter leur casque lors de la période d'échauffement.

« C'est une question de sécurité, a souligné le directeur général de l'Avalanche du Colorado Joe Sakic. Chaque fois que tu perds ton casque, tu devrais quitter la patinoire. Pourquoi attendre que quelqu'un se blesse sérieusement? Modifions le règlement dès maintenant. C'est ce qui a le plus de sens. »

Les DG ont aussi décidé d'un potentiel règlement qui permettrait à une équipe qui amorce un jeu de puissance de décider de quel côté de la glace elle veut prendre la mise au jeu. Actuellement, c'est l'endroit où la rondelle est touchée lors du coup de sifflet qui est utilisé pour décider le côté de patinoire.

Un règlement qui serait valide uniquement à la première mise en jeu de l'avantage numérique.

« Ça a du sens, a dit le DG Jim Rutherford. Ça ne fera qu'une petite différence. »

Les officiels demanderaient à quel endroit l'équipe qui aura l'avantage d'un homme veut prendre la mise en jeu. Par la suite, l'équipe pénalisée déciderait des joueurs qu'elle envoie sur la glace, suivie par l'équipe en supériorité numérique. La formation à domicile n'aurait donc plus l'avantage du dernier changement comme c'est le cas actuellement.

Les DG aimeraient aussi modifier l'endroit où une mise au jeu est effectuée après qu'un attaquant ait envoyé la rondelle hors de la patinoire afin qu'elle soit dans la zone où le disque a quitté la patinoire. Présentement, la mise au jeu se fait hors de la zone offensive si la rondelle n'a pas touché de joueur en défensive.

« C'est un autre petit changement qui vise à améliorer l'aspect offensif du jeu, a dit le vice-président exécutif des opérations hockey de la LNH Colin Campbell. Pourquoi la mise au jeu devrait-elle se tenir hors de la zone offensive? Il y a plusieurs règlements qui font que la mise au jeu reste en zone offensive, alors pourquoi pas celui-ci? »

De plus, les DG désirent que des chronomètres soient ajoutés dans les coins de la patinoire dans tous les arénas afin d'afficher le temps restant à la période ou à une pénalité. La LNH a tenté l'expérience cette année lors de la Classique hivernale ainsi que durant trois matchs préparatoires.

« Ça fonctionne vraiment bien, j'ai beaucoup aimé, a affirmé Rutherford. L'équipe visiteuse tente toujours de trouver où sont les chronomètres dans l'aréna. C'est donc mieux pour les joueurs. »

Les DG réfléchissent aussi à la possibilité d'empêcher une équipe de changer de trio si son gardien immobilise la rondelle alors que le tir provient de l'autre côté de la ligne bleue. Le but est d'accélérer le déroulement de l'action et d'éliminer les arrêts de jeu.

En moyenne, les gardiens immobilisent la rondelle 22 fois par match, avec une durée de 30 secondes avait que l'action ne recommence.

Campbell a révélé que certains DG désiraient qu'une pénalité de deux minutes soit décernée à un gardien qui immobiliserait la rondelle sur un tir de l'extérieur de la zone défensive, mais qu'il n'y a pas eu consensus à ce sujet.

« La vitesse du jeu est pas mal bonne en comparaison avec d'autres sports, mais s'il y a quelque chose que nous puissions faire pour rendre notre sport encore meilleur, nous allons aller de l'avant, a spécifié Rutherford. Il y a des cas où le gardien n'aura tout simplement pas le choix, mais il y en a d'autres où il tente tout simplement de ralentir le jeu. »

Les DG ont aussi étudié la possibilité que les pénalités en prolongation soient d'une durée d'une minute plutôt que deux pour certaines infractions, mais la proposition n'a pas été retenue.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.