Skip to main content

L'épine au patin des Canadiens

Claude Julien et ses adjoints ne ménagent pas les efforts afin de corriger le tir en supériorité numérique

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - L'inertie du jeu de puissance est comme une épine au patin des Canadiens de Montréal. Une épine que l'entraîneur Claude Julien tente de retirer par tous les moyens.

Julien et ses adjoints ont passé beaucoup de temps à peaufiner les stratégies de l'attaque massive au retour de l'équipe à l'entraînement, mardi.

« Toutes les équipes ont des lacunes. La nôtre c'en est une grande, le jeu de puissance », a constaté le pilote aguerri qui a ressenti la nécessité de renforcer le message de ses adjoints en s'impliquant davantage.

« Nous devons corriger le tir. Nous allons essayer de continuer de le faire. Nous tenterons différentes choses afin de trouver des solutions. »

À LIRE : Une occasion d'éducation pour Byron | L'inertie du jeu de puissance devient un irrritant

Avant mardi, le Tricolore était bon dernier dans la LNH en attaque massive, avec un taux de réussite de 12,6 pour cent.

La saison dernière, le CH s'est situé dans la moyenne élevée au classement des 31 équipes. Julien a admis que ces variations d'une saison à l'autre sont difficiles à expliquer. On lui a demandé si une partie de l'explication pouvait résider dans les départs des francs-tireurs Max Pacioretty et Alex Galchenyuk?

« Non, a tranché Julien. Nous estimions que Tomas Tatar (acquis dans l'échange avec les Golden Knights de Vegas) comblerait la perte des buts de Pacioretty et c'est le cas, a soumis l'entraîneur. Pour ce qui est de Domi (obtenu en retour de Galchenyuk des Coyotes de l'Arizona), les statistiques le favorisent jusqu'à maintenant. Galchenyuk pouvait marquer à l'aide de son retentissant lancer, il reste que les problèmes de notre jeu de puissance sont plus profonds.

« Ils (les problèmes) sont davantage liés à nos entrées dans la zone adverse, notre maîtrise de la rondelle une fois en position d'attaque, a-t-il élaboré. Nous devons travailler avec plus d'acharnement. C'est normal que les unités en infériorité numérique se démènent parce qu'elles ont un joueur en moins. Nous devons être plus combatifs afin de récupérer la rondelle. » 

On croyait que le retour au jeu en novembre du défenseur Shea Weber, avec son puissant lancer frappé, réglerait tous les maux. Ça n'a pas été le cas.

Video: FLA@MTL : Weber égalise en A.N. avec un boulet

Admettant être le plus imputable pour le manque de résultats, parce qu'au bout du compte c'est lui qui prend les décisions, Julien a fait porter une partie du blâme sur les joueurs.

« Quand vous voyez vos meilleurs joueurs commettre des revirements, je ne crois pas que ce soient les entraîneurs qui leur demandent de faire ça, a-t-il affirmé. Une partie du blâme leur revient donc. Tout le monde doit accepter sa part de blâme et tenter de trouver des solutions.

« Je délègue beaucoup à mes adjoints. Je dois avoir confiance en eux sinon c'est que je suis mal entouré. Kirk Muller s'occupait du jeu de puissance la saison dernière et ça allait bien. Il n'est pas devenu un mauvais entraîneur pendant l'été. Nous partageons les tâches, mais aujourd'hui je me suis impliqué un peu plus afin de m'assurer que tout soit clair. »

Quelque peu las d'avoir à répondre aux questions au sujet du talon d'Achille de l'équipe, Julien a relevé le rendement au-delà des espérances de ses troupiers cette saison, en disant qu'on devait surtout mettre l'accent sur les aspects positifs.

« Nous devons retrouver de la confiance en supériorité numérique, a-t-il dit en guise de conclusion. C'est un autre facteur très important. Nous avons la chance, à compter de mercredi, de réaliser des progrès. Si, dans le dernier droit de la saison, le jeu de puissance va bien, ce ne sera pas un mauvais moment. »

La composition des deux unités était les suivantes à l'entraînement : Jesperi Kotkaniemi, Joel Armia et Tomas Tatar à l'attaque, avec Jonathan Drouin et Shea Weber en défense, pour la première unité. Max Domi, Charles Hudon, Brendan Gallagher étaient les attaquants de la seconde unité, avec Mike Reilly et Jeff Petry à l'arrière.

La mission de Hudon est claire : tirer et tirer encore. Le principal intéressé a dit être prêt à saisir toutes les occasions qu'on lui offre, se disant simplement heureux de faire partie de la formation dans un deuxième match de suite.

« Nous sommes capables d'avoir un bon jeu de puissance, a avancé l'ailier Gallagher. Nous devons être meilleurs dans l'exécution. Nous ne pouvons pas changer nos résultats passés. Ils sont décevants, mais nous n'y pouvons rien. Tout ce que nous pouvons contrôler, c'est ce qui va se passer à l'avenir. C'est un aspect du jeu très important. Il pourrait jouer un grand rôle dans notre éventuelle qualification en séries éliminatoires. »

Galchenyuk, dans l'anonymat

Les déboires de l'attaque massive ont relégué au second plan le retour d'Alex Galchenyuk à Montréal, mercredi, à l'occasion du passage des Coyotes (19h30 HE; RDS, SN1, FS-A).

« Je suis sûr qu'il sera enthousiaste, a commenté son grand complice à l'époque où ils évoluaient ensemble, Brendan Gallagher. Nous avons de bons souvenirs ensemble. C'est encore un bon ami, nous nous parlons. Je veux qu'il connaisse du succès, sauf contre nous mercredi. J'espère qu'il appréciera l'accueil des partisans. Je suis sûr qu'ils seront contents de le revoir. »

Pour Domi, qui a déjà effectué son retour en Arizona le 20 décembre (victoire de 2-1 du CH), les retrouvailles avec son ancienne équipe, c'est déjà de l'histoire ancienne.

« C'est un match comme les autres, a-t-il opiné. Le retour en Arizona a revêtu un cachet particulier, mais nous avons gagné le match. C'est ce que nous tenterons de faire de nouveau mercredi. »

Price d'office 

Il s'agit de la dernière rencontre du CH avant de profiter de la pause du Match des étoiles et de son propre congé saisonnier. La période d'inactivité s'étendra sur sept jours avant le retour à l'entraînement de l'équipe, le 31 janvier.

« L'énergie est facile à trouver à l'approche de ces longues pauses, a souligné Gallagher. Il n'y a aucune retenue à avoir. C'est une belle occasion pour nous de partir sur de bonnes sensations. »

Carey Price sera devant le filet, ce qui signifie qu'il fera l'impasse sur le premier match du CH à la reprise des activités contre les Devils du New Jersey, le 2 février. Price doit rater une rencontre parce qu'il a renoncé à prendre part au Match des étoiles, samedi, après avoir été sélectionné. Price avait le choix de manquer le dernier match avant la pause ou le premier après.

Les Coyotes se mesureront aux Sénateurs d'Ottawa, mardi, avant de venir à Montréal.

 

La formation des Canadiens à l'entraînement

Jonathan Drouin - Phillip Danault - Brendan Gallagher 
Tomas Tatar - Max Domi - Artturi Lehkonen 
Charles Hudon - Jesperi Kotkaniemi - Joel Armia 
Kenny Agostino - Michael Chaput - Nicolas Deslauriers
Matthew Peca 

Victor Mete - Shea Weber 
Mike Reilly - Jefrf Petry 
Brett Kulak - Jordie Benn 
Karl Alzner

Carey Price
Antti Niemi

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.