Skip to main content

Le courrier du Championnat mondial junior

Notre journaliste répond aux questions des amateurs en vue du tournoi mettant en vedette les meilleurs joueurs de moins de 20 ans au monde

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Le meilleur moment de l'année est à nos portes, chers amateurs. Le Championnat mondial junior se met en branle aujourd'hui alors que le Canada tentera de défendre la médaille d'or acquise l'an dernier à Buffalo.

Pendant presque deux semaines, les meilleurs espoirs au monde vont croiser le fer et nous offrir du hockey de grande qualité. Ce sera l'occasion de découvrir des espoirs qui ont récemment été sélectionnés au repêchage et qui évoluent encore un peu dans l'anonymat au niveau junior.

À LIRE : CMJ : Sept joueurs à surveiller | Comtois, le dernier des Mohicans | Le Canada peut-il répéter?

Nous avons une fois de plus ouvert les lignes virtuelles pour répondre à vos questions en attendant la première mise au jeu.

En voici le résultat:

Sur Facebook, Alex Doiron veut savoir qui seraient les joueurs qui pourraient profiter du tournoi pour augmenter leur valeur en vue du prochain repêchage et lequel pourrait avoir le plus grand impact au sein de son équipe pendant l'évènement.

On dit souvent que ce tournoi est « réservé » aux joueurs de 19 ans parce que c'est la philosophie qui est adoptée par la grande majorité des pays. Les équipes alignent généralement peu de joueurs admissibles au repêchage de la LNH à moins qu'ils soient vraiment talentueux. Il y en a quelques-uns cette année.

D'abord allons-y avec les choix évidents : l'Américain Jack Hughes et le Finlandais Kaapo Kakko. Je ne pense pas me tromper en disant que les deux font probablement partie du top-3 - peut-être même du top-2 - de la majorité des équipes au moment d'écrire ces lignes.

Selon moi, Kakko peut se servir de la vitrine que lui offre le CMJ pour gagner des points. Il a le beau jeu : Après tout, il est le Finlandais qui débarque en Amérique du Nord pour une des premières fois et il n'a pas la pression de faire bonne impression autant que Jack Hughes. Cette situation me fait penser à celle que l'on a vu pas plus tard qu'en 2017 quand Nico Hischier avait fait écarquiller les yeux de la planète hockey pendant que Nolan Patrick - alors le favori - n'avait pu y participer en raison d'une blessure.

Je ne crois pas que Kakko puisse se hisser devant Jack Hughes, mais tout est en place pour qu'il paraisse bien. Il occupera un rôle déterminant au sein de la formation finlandaise et aura possiblement beaucoup de temps de jeu. Je pense qu'il pourrait avoir un plus grand impact sur le rendement de son équipe que Hughes, qui est quand même mieux entouré.

Il y aura quelques autres compatriotes de Kakko à surveiller. Je pense au défenseur Ville Heinola ainsi qu'à l'attaquant Anton Lundell. Pour le reste, j'ai bien hâte de voir ce que le grand défenseur suédois Philip Broberg et le rapide attaquant russe Vasili Podkolzin seront en mesure d'offrir dans des rôles possiblement plus secondaires.

Parlant de Kaapo Kakko, Nicholas Richard, sur Facebook, veut en savoir plus sur cet espoir.

Je serai mieux placé pour répondre à cette question à mon retour de Vancouver puisque je ne l'ai pas encore vu joué en direct, mais il est certain que les statistiques qu'il affiche à son âge dans la Liiga sont assez impressionnantes et annoncent de belles choses.

Il n'a encore que 17 ans et joue contre des hommes, mais il totalise déjà neuf buts et 11 mentions d'aide en 27 rencontres avec l'équipe de Turku. En guise de comparaison, Jesperi Kotkaniemi - le troisième choix du dernier repêchage - a terminé sa dernière saison en Finlande avec une récolte de 10 buts et 18 aides en 57 matchs.

De ce que j'ai pu lire sur lui et voir sur certaines séquences, on parle d'un ailier très intelligent et créatif sur la patinoire, toujours en avance sur ses adversaires. Il a aussi un bon gabarit à 6 pieds 1 pouce et 181 livres et le fait qu'il affronte déjà des hommes me laisse croire qu'il ne sera nullement intimidé par la compétition au Championnat mondial junior.

On ne connaît pas encore la composition des trios de la Finlande, mais s'il devait se retrouver jumelé à Eeli Tolvanen dans certaines situations, c'est un duo qui pourrait faire beaucoup de flammèches. L'espoir des Predators est surtout reconnu pour son tir foudroyant et je suis prêt à parier que Kakko n'aurait pas trop de difficultés à le repérer.

Dossier à suivre…

Toujours sur Facebook, Sebastien Bleau me demande d'identifier la carte cachée qui se fera un nom lors du tournoi.

La fameuse carte cachée! Si quelqu'un était en mesure de l'identifier à tout coup sans se tromper, il serait très populaire et ferait assurément beaucoup d'argent. Je peux quand même y aller de quelques noms… 

D'abord, on ne peut pas vraiment parler de carte cachée quand on évoque le nom d'Alexis Lafrenière, mais j'ai le goût d'en parler puisqu'il est dans une situation particulière. Il n'a que 17 ans et ne sera admissible au repêchage de la LNH qu'en 2020, mais tout indique qu'il sera utilisé dans un rôle offensif sur le deuxième trio du Canada en compagnie de Jaret Anderson-Dolan et de Nick Suzuki.

Ça semble être une évidence pour un joueur de sa trempe, mais rappelez-vous que Connor McDavid avait été utilisé sur le quatrième trio de la formation canadienne à son année de 17 ans! Si Lafrenière finissait par récolter un point ou plus par match, la légende ne ferait que prendre de l'ampleur.

Sinon, j'irais avec l'attaquant russe Ivan Checkhovich, qui occupe le troisième rang des marqueurs de la LHJMQ. Il n'est plus dans l'anonymat depuis cette année en raison de ses succès avec le Drakkar de Baie-Comeau (33 MJ : 29-26-55), mais il l'était tout de même avant le début de la saison. Je crois qu'il jouera un rôle important au sein de l'attaque des Russes, qui misent sur la vitesse et le jeu physique.

Rappelons que Checkhovich est un choix de septième ronde (no 212) des Sharks de San Jose au dernier repêchage. Il est passé à cinq choix d'être ignoré!

Finalement, M. Richard se demande à quel genre de tournoi peut-on s'attendre de l'espoir des Coyotes Barrett Hayton avec le Canada

La profondeur et l'immense talent que l'on retrouve d'est en ouest au Canada font en sorte que tous les joueurs choisis par Hockey Canada ont la capacité d'évoluer sur le premier trio ou sur la première paire défensive d'une équipe de la Ligue canadienne. Ça ne fait aucun doute.

C'est pourquoi la majorité des attaquants canadiens - c'est-à-dire ceux qui ne sont pas sur le premier trio - doivent occuper un rôle différent et se voient confier des responsabilités qu'ils n'ont pas nécessairement avec leur équipe junior.

Dans le cas d'Hayton - le cinquième choix du dernier repêchage - cette situation ne sera pas un problème. 

Selon ce qu'on a pu voir lors du calendrier préparatoire, il était utilisé au centre du troisième trio de l'équipe, donc dans un rôle un peu plus défensif. Pour un attaquant qui a récolté 60 points en 63 matchs l'an dernier, ça pourrait sembler nouveau.

Mais ce qui fait la renommée d'Hayton, c'est justement le fait qu'il soit un joueur complet. Il était du moins considéré comme le joueur de centre le plus complet du dernier repêchage… Ça explique probablement pourquoi on le verra aussi sur l'une des deux vagues de l'avantage numérique.

En plus du temps sur le jeu de puissance, je m'attends à ce qu'il se voie confier les missions défensives les plus importantes comme les désavantages numériques et les mises au jeu en territoire défensif - il affiche une efficacité de 52 pour cent cette saison.

À mon avis, il ne sera pas celui qui noircira la feuille de pointage le plus souvent, mais il aura un rôle tout aussi important que celui des attaquants de pointe de l'équipe.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.