Skip to main content

Halak veut repartir à neuf avec les Islanders

Louangé pour son comportement exemplaire à la suite de sa rétrogradation dans la LAH l'hiver dernier, le vétéran gardien veut rester à New York

par Brian Compton @BComptonNHL / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

EAST MEADOW, N.Y. - Quand Jaroslav Halak a été rétrogradé à l'équipe-école des Islanders de New York à Bridgeport dans la Ligue américaine de hockey, la saison dernière, il avait une décision à prendre.

Halak avait 31 ans et il avait fait ses preuves dans la LNH au poste de gardien. Déjà qu'il avait dû composer avec un ménage à trois à New York (avec Thomas Greiss et Jean-François Bérubé). Il aurait pu faire ses valises et décider de retourner chez lui. Sauf qu'il restait un an à faire à son contrat, alors ce n'est pas comme s'il allait pouvoir devenir joueur autonome sans compensation à la fin de la saison.

Après avoir été soumis au ballottage sans être réclamé, Halak a décidé de se présenter à Bridgeport. Il considérait cela comme une opportunité de travailler sur son niveau de jeu (il avait remporté seulement six de ses 20 départs avec les Islanders avant sa rétrogradation), mais aussi d'agir comme grand frère auprès de coéquipiers qui bataillaient encore pour obtenir leur première chance de jouer dans la LNH.

En 27 rencontres dans la LAH, Halak a affiché un dossier de 17-7-3 ainsi qu'une moyenne de 2,15 et un pourcentage d'arrêts de ,925 avec deux blanchissages.

« J'avais le choix de ne pas partir, mais ça m'aurait sans doute nui plus qu'autre chose », a déclaré Halak lorsque les Islanders ont amorcé leur camp d'entraînement, la semaine dernière. « Je voulais aller là-bas, travailler sur toutes sortes de petites choses et disputer des matchs.

« Les gars ont été formidables. Nous avons de très bons jeunes joueurs dans les ligues mineures. Heureusement et malheureusement, je les ai tous vus et j'ai joué avec chacun d'entre eux. C'était bien. Maintenant, je veux juste y aller un jour à la fois. J'essaie de ne pas penser à trop de choses ni de m'attarder à ce qui pourrait arriver dans deux mois. »

Pour le moment, Halal se prépare surtout en fonction du départ qu'il obtiendra lors du match préparatoire que les Islanders disputeront contre les Rangers de New York au Madison Square Garden, lundi (19h HE ; NHLN, MSG).

L'entraîneur de l'équipe de Bridgeport, Brent Thompson, se souvient de l'appel qu'il a reçu de Garth Snow en décembre dernier, quand le directeur général des Islanders lui a annoncé qu'il lui envoyait Halak. Thompson n'a pas tardé à s'asseoir avec son nouveau gardien no 1 pour voir s'il était dans de bonnes dispositions.

« Il savait où il était et ce qu'il voulait en retirer, a indiqué Thompson à LNH.com. Tu peux le prendre de deux façons ; soit que tu restes assis et que tu boudes, soit tu te dis, 'Je vais y aller et prendre le taureau par les cornes' dans le but de montrer à tout le monde qu'ils ont tort et d'aider l'équipe à gagner. Et c'est en plein ce qu'il a fait. Les gars l'ont appuyé à fond. Il s'est senti accepté et désiré, et il est vite devenu le meilleur gardien dans la ligue, de loin. Ç'a été un plaisir de le diriger. »

Durant son séjour à Bridgeport, Halak a connu une série de 12 victoires, du 20 janvier au 19 février, et son attitude positive a déteint sur les autres.

« J'imagine que personne n'est content quand ils se retrouvent là-bas », a noté le défenseur des Islanders Scott Mayfield, qui a disputé 23 matchs avec Bridgeport la saison dernière. « Le contexte n'était pas le même pour lui qu'il l'était pour moi, mais ça m'est également arrivé ces deux dernières années. Tu n'es pas enchanté, mais en même temps tu peux agir en meneur là-bas. Tu peux réagir de deux manières et quand Jaro s'est amené, c'était spécial de voir la façon dont il s'est comporté, le calme qu'il a affiché et le niveau de jeu qu'il a offert. Tout le monde l'a remarqué. »

Les performances de Halak dans la LAH ont forcé la main de Snow en fin de saison dernière. Greiss a montré des signes de fatigue en deuxième moitié de campagne et Bérubé ne répondait pas à l'appel dans les rares occasions où on lui confiait un départ. Les Islanders étaient au beau milieu d'une course serrée pour obtenir la deuxième place de quatrième as donnant accès aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley dans l'Association de l'Est.

Halak est revenu avec les Islanders et il a amorcé la rencontre du 24 mars à Pittsburgh, contre les Penguins. Il en était alors à son premier départ dans la LNH depuis le 29 décembre 2016. Il a réalisé 37 arrêts en route vers une victoire de 4-3 en fusillade.

« J'essayais de ne pas m'attarder à ce qui était arrivé », a dit Halak, qui a remporté ses cinq derniers départs de la saison et a ainsi gardé les Islanders dans la course pour une place en séries jusqu'au dernier match de son équipe. « J'ai toujours dit que ce qui ne te tue pas te rend plus fort. Ce n'est pas seulement à l'occasion, c'est toujours comme ça : les choses n'arrivent pas sans raison. Je n'essayais pas de trouver des aspects négatifs. Évidemment, tu ne veux pas aller dans les ligues mineures, mais tu essaies juste de faire de ton mieux et d'aider les gars.

« Quand on m'a rappelé, j'ai juste attendu ma chance. Ç'a bien tourné pour moi, mais pas tellement en ce qui concerne la place en séries… Reste que nous avions encore des chances rendu au dernier match. »

Snow s'est dit très satisfait de la réaction de Halak dans les circonstances.

« Il a été formidable, a dit Snow. Il est allé là-bas en affichant la bonne attitude et dans l'idée de travailler fort. À chaque fois que nous avons communiqué avec Brent Thompson, nous n'avons entendu que des louanges sur la façon dont il se comportait, sur la glace et en dehors. Il faut lui donner tout le crédit.

« C'est une situation qui est difficile à vivre quand tu es un joueur établi dans la LNH. Peu importe à quelle position tu joues, c'est un dur coup à l'ego. Tu as parfois besoin de te faire secouer un peu. Il a tout géré de la bonne façon. Évidemment, la manière dont il a joué à la fin de la saison, ça découle du travail acharné qu'il a fait. »

Bien des choses ont changé depuis que Halak s'est présenté au camp d'entraînement des Islanders, l'an dernier. Doug Weight a remplacé Jack Capuano au poste d'entraîneur le 17 janvier, après que l'équipe eut amorcé la saison avec une fiche de 17-17-8 ; et après avoir commencé par intérim, il a été confirmé dans ses fonctions le 12 avril. Plus important encore, Bérubé a été réclamé par les Golden Knights de Vegas lors du repêchage d'expansion de la LNH, ce qui signifie qu'il est peu probable que les Islanders garderont encore trois gardiens au sein de leur formation.

« Évidemment, la saison dernière a été plutôt étrange, non seulement pour moi mais pour bien des joueurs, a noté Halak. Maintenant, c'est un nouveau départ pour tout le monde. Mais en bout de ligne, tout va dépendre de notre début de saison. Tout le monde sait que nous avons mal commencé l'automne dernier. Nous devons nous assurer de récolter notre part de points au départ, sinon ça pourrait nous faire mal à la fin comme ç'a été le cas la saison dernière. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.