Skip to main content

Date limite : Faut-il absolument bouger pour remporter la Coupe Stanley?

LNH.com vous propose un retour sur la stratégie des cinq dernières équipes championnes

par Siniša Šindik @SinisaSindik / Collaborateur indépendant LNH.com

Avec la date limite des transactions qui approche à grands pas (24 février, 15 h HE), les directeurs généraux sont en train de préparer leur stratégie et commencent tranquillement à passer des coups de fil. Quelle approche devraient-ils prioriser?

Pour soulever la Coupe Stanley, une équipe doit-elle absolument frapper un coup de circuit à la date butoir des échanges? Est-ce plutôt une question de joueurs d'impact ou de profondeur? 

À LIRE AUSSI : Date limite: Backes donne une liste de huit équipes aux BruinsGagné : Les Penguins y vont le tout pour le tout, avec raison

Afin de répondre à ces questions, l'équipe de LNH.com vous dresse aujourd'hui le portrait des cinq dernières équipes championnes de la Coupe Stanley et des impacts de leurs acquisitions à la date butoir ou avant.


Blues de St. Louis (2019)

L'an dernier, aux prises avec plusieurs blessures, les Blues ont ajouté le défenseur Michael Del Zotto comme police d'assurance en échange d'un choix de sixième ronde au Repêchage 2019 de la LNH. L'arrière gaucher n'a joué que sept matchs, récoltant trois passes et ne voyant pas d'action en séries éliminatoires. 

La formation du Missouri avait aussi ajouté Jakub Jerabek et Jared Coreau, en cours de saison, sans histoire toutefois.

Les Blues ont plutôt frappé leur gros coup à l'ouverture du marché des joueurs autonomes, à l'été 2018. Ils ont alors acquis l'attaquant Ryan O'Reilly, des Sabres de Buffalo, en échange de Patrik Berglund, Vladimir Sobotka, Tage Thompson, un choix conditionnel de première ronde au Repêchage et un choix de deuxième ronde au Repêchage 2021.

Video: BOS@STL, #4: O'Reilly ouvre la marque tôt

L'acquisition d'O'Reilly s'est avérée payante, très payante. Le centre de 29 ans a été un élément clé de la conquête des Blues. Il a amassé 77 points (28 buts, 49 passes) en 82 matchs en saison régulière, en plus de totaliser 23 points (huit buts, 15 aides) en 26 rencontres en séries éliminatoires. Il a d'ailleurs remporté le trophée Conn Smythe.


Capitals de Washington (2018)

Ayant déjà une formation bien nantie et très compétitive, les Capitals ont décidé, une semaine avant la date limite, d'ajouter un peu de profondeur à leur ligne bleue en transigeant pour les services de Michal Kempny, en provenance des Blackhawks de Chicago, en retour d'un choix conditionnel de troisième ronde au Repêchage 2018.

Video: VGK@WSH, #4: Kempny creuse l'écart sur réception 

L'arrière tchèque de 29 ans, qui est toujours avec l'équipe, a eu un impact considérable lors de son arrivée. Défenseur fiable au bon gabarit, Kempny a rendu de précieux services aux Capitals en étant le quatrième défenseur le plus utilisé lors des séries éliminatoires (17:42). 


Penguins de Pittsburgh (2017)

Quelques jours avant la date butoir de 2017, les Penguins ont obtenu le défenseur Ron Hainsey des Hurricanes de la Caroline en retour de l'attaquant Danny Kristo et d'un choix de deuxième ronde au Repêchage 2017. À la date limite, ils ont aussi acquis Mark Streit, du Lightning de Tampa Bay, en retour d'un choix de quatrième ronde au Repêchage 2018.

Hainsey, qui évolue aujourd'hui avec les Sénateurs d'Ottawa, a été utile aux Penguins. Le défenseur de 38 ans a principalement valu son pesant d'or en séries éliminatoires, en disputant les 25 matchs des siens, en récoltant huit points (deux buts, six mentions d'aide), mais surtout, en étant le deuxième arrière le plus utilisé de sa formation (21:07).

Streit a davantage été utilisé en fin de saison régulière (19 matchs, six points), en plus d'être en uniforme pour trois rencontres de la finale de l'Association de l'Est face aux Sénateurs, amassant deux mentions d'aide. 


Penguins de Pittsburgh (2016)

Un peu à l'image des Blues de 2019, les Penguins ont fait trembler la planète hockey durant la saison morte cette année-là. Ils ont transigé avec les Maple Leafs de Toronto pour amener Phil Kessel à Pittsburgh dans une transaction à plusieurs joueurs.

L'ailier droit américain a été une pièce maitresse du championnat en 2016. En saison régulière, il a amassé 59 points (26 buts, 33 passes) en 82 matchs, mais durant la danse du printemps, il a explosé avec 22 points (10 buts, 12 aides) en 24 matchs. Il a été encore meilleur la saison suivante, avec 70 points (23 buts, 47 mentions d'aide) en saison régulière et 23 points (huit buts, 15 passes) en séries.

De plus, juste avant la date butoir, les Penguins ont acquis Justin Schultz des Oilers d'Edmonton en retour d'un choix de troisième tour au Repêchage 2016 et lors du jour J, ils ont ajouté trois joueurs des ligues mineures des Coyotes de l'Arizona. Si les trois joueurs des Coyotes n'ont eu aucun impact, Schultz, lui, a été très utile aux Penguins et l'est encore aujourd'hui. 


Blackhawks de Chicago (2015)

Les Blackhawks sont la seule équipe parmi les sept dernières à avoir remporté la Coupe Stanley qui ont échangé un choix de première ronde à la date limite des transactions ou tout près. Le 28 février 2015, un jour avant la date butoir, ils ont échangé leur choix de premier tour en 2015 et Klas Dahlbeck aux Coyotes en retour d'Antoine Vermette.

Ce dernier n'a peut-être pas tout cassé avec seulement trois passes en 19 matchs de saison régulière et sept points (quatre buts, trois aides) en 20 matchs de séries, mais il a tout de même été un rouage important de la conquête des Blackhawks en 2015. Durant le tournoi printanier, Vermette a inscrit trois buts vainqueurs, en plus de maintenir un différentiel de plus-5 et d'afficher un pourcentage d'efficacité de 58,9 au cercle des mises en jeu.

Les Blackhawks avaient aussi acquis Andrew Desjardins et Kimmo Timonen, deux joueurs de profondeur.

Alors, quoi faire?

Les échanges électrisants à la date limite des transactions n'ont pas été monnaie courante au cours des dernières saisons. Les formations aspirantes semblent plutôt opter pour des emplettes de dernière minute à saveur de profondeur. Les grosses transactions se font davantage lors de la saison morte, soit au repêchage ou lors de l'ouverture du marché des joueurs autonomes. Le 24 février prochain risque de nous donner droit au même scénario.

Or, il ne faut pas oublier que les Kings de Los Angeles, champions en 2014, avaient acquis Marian Gaborik à la date limite en retour de Matt Frattin, d'un choix de deuxième tour au Repêchage 2015 et d'un choix conditionnel de troisième tour en 2014. Le retour sur investissement avait été très fructueux, alors que Gaborik avait été le meilleur buteur des séries, avec 14 buts en 26 matchs. Comme quoi, tout est possible…

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.