Skip to main content

Cinq questions avec Erik Karlsson

Le défenseur des Sharks discute de la transaction avec les Sénateurs et des attentes à San Jose

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

SAN JOSE - Erik Karlsson maintient qu'il ne ressent aucune différence, qu'il n'est pas moins à l'aise ni moins confiant qu'au cours de n'importe quel autre mois d'octobre de sa carrière dans la LNH, même si ce mois-ci est bien différent de tous les autres.

Il habite désormais dans un hôtel en Californie du Nord et il joue dans l'Association de l'Ouest avec les Sharks de San Jose plutôt que chez lui, dans la capitale canadienne et l'Association de l'Est avec les Sénateurs d'Ottawa, comme il l'a fait au cours de ses neuf premières saisons dans la LNH.
 

Les Sharks ont fait l'acquisition de Karlsson dans une transaction avec les Sénateurs le 13 septembre.

« Je suis à l'aise avec le joueur et la personne que je suis, et je suis à l'aise dans cette équipe, a affirmé Karlsson. Je crois en cette équipe. »

Karlsson vient de disputer son troisième match dans l'uniforme des Sharks. Ce n'est pas le début de saison espéré, ni pour lui ni pour San Jose, ce qui pourrait être inquiétant si l'échantillon n'était pas si petit.

Les Sharks ont perdu deux de leurs trois premières rencontres, incluant une défaite de 4-0 aux mains des Islanders de New York au Barclays Center, lundi. Karlsson a récolté une mention d'aide et présenté un différentiel de moins-4, avec une fiche de moins-3 contre les Islanders (bien qu'il ait reçu deux de ces « moins » sur des buts marqués dans un filet désert).

« Nous savons que les attentes sont élevées envers nous, a dit Karlsson. Tout le monde va en discuter beaucoup, surtout en début de saison. Ce n'est pas quelque chose qui va nous préoccuper. Les attentes les plus élevées proviennent de notre vestiaire et c'est ainsi que ça devrait être. »

À LIRE AUSSI: Marcotte: Un bon départ pour le Rocket | Les espoirs sur le radar: 9 octobre | Poolers: Le top 50 des défenseurs

L'intrigue entourant Karlsson n'est pas limitée aux succès des Sharks cette saison. Il écoule la dernière saison d'un contrat de sept ans et il pourra devenir joueur autonome sans compensation à la fin de la saison.

La communauté de la LNH veut savoir ce que Karlsson va faire.

« Oui, Erik Karlsson voudrait le savoir aussi », a-t-il répliqué en riant.

Karlsson a parlé plus en profondeur de son avenir et de ses attentes pour la saison dans une entrevue avec NHL.com.

Voici cinq questions avec Erik Karlsson :

Quand tu as quitté Ottawa, tu disais être surpris. Quand tu es arrivé à San Jose, de combien de temps as-tu eu besoin pour t'adapter?

« Je me suis adapté plutôt rapidement. Tu vis toutes ces émotions et tu tentes de gérer la situation. J'ai dû passer quelques jours à Ottawa avant de me rendre ici en raison des problèmes de visa, alors j'ai eu du temps pour me calmer et pour commencer à regarder vers l'avenir plutôt que m'attarder sur le passé. »

Tu n'étais qu'à un seul but en prolongation d'un passage en Finale de la Coupe Stanley il y a deux ans. À ton avis, les Sharks peuvent-ils aspirer à la même chose? Vois-tu tout le potentiel que tout le monde voit dans cette équipe?

« Oui. Ils ont fait un bon travail depuis 25 ans, soit pendant la presque totalité de leur existence dans la ligue. Ils forment une équipe qui participe régulièrement aux séries. Ils ont atteint la Finale de la Coupe Stanley il y a quelques années (2016) et ils ont maintenant une formation similaire, sinon meilleure. Le seul problème, c'est qu'il y a 30 autres équipes qui sont bonnes elles aussi, alors c'est toujours un défi chaque saison. C'est la raison qui explique pourquoi il importe peu que tu aies connu du succès la saison précédente ou celle d'avant, tu dois repartir à zéro chaque saison. Je crois que ce groupe-ci est engagé à le faire, à entamer la saison, non pas avec l'intention de regarder trop loin, mais avec l'intention de bâtir. Lorsque tu atteins les séries, tu ne sais jamais ce qui va se passer. Tu dois éviter les blessures et demeurer frais et dispos le plus possible. Si nous le faisons, et si les étoiles nous sont favorables, cette équipe a une belle chance de remporter le gros lot. »

Depuis ton arrivée ici, y avait-il une chose en particulier qui a vraiment retenu ton attention, quelque chose que tu ne savais pas à propos d'un joueur en particulier? Qu'est-ce qui t'a surpris?

« Il serait difficile d'identifier une chose en particulier. Il y a beaucoup de choses qui m'ont surpris. Je ne connaissais pas très bien l'organisation, le complexe d'entraînement, ou la vie quotidienne ici. J'ai été agréablement surpris de venir ici et de voir à quel point le système ici est génial. Je pense que la culture de hockey ici est bonne et leur dévouement pour devenir une bonne organisation est incroyable. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre parce que je viens du Canada, où le hockey, c'est tout. Je ne savais pas si la différence allait être très grande, mais je trouve que la culture est semblable, et c'est plaisant. J'ai donc été agréablement surpris de ce côté. Et les joueurs ici, ils travaillent tous avec acharnement, même s'ils ne sont plus dans la fleur de l'âge, et je l'apprécie aussi. Je crois que la transition est facile pour moi depuis mon arrivée ici. Ce n'était pas trop accablant. Tous les joueurs ici, qu'ils aient 22 ans ou 40 ans, sont très professionnels et savent ce qu'il faut faire pour avoir du succès. Ce groupe a une bonne idée de ce qu'il faut faire quand les temps sont durs. »

Video: SJS@VGK: Karlsson inscrit son premier avec les Sharks

Tu écoules la dernière saison de ton contrat. Quelle sera la suite?

« Pour l'instant, je ne me préoccupe pas beaucoup de ce qui va arriver en novembre, en décembre ou encore plus loin. Je me préoccupe du présent. C'est la manière dont j'aborde chaque saison. Je vis un jour à la fois. Comme je l'ai dit, chaque saison est une nouvelle saison. Peu importe ce que tu as fait la saison dernière, en bien ou en mal. Je suis fébrile à l'idée d'apprendre du passé et de tenter de m'améliorer dans toutes les facettes du jeu. Pour l'instant, je ne peux pas vous dire ce que l'avenir me réserve parce que je n'y suis ai pas encore songé. »

Le jeu de puissance ici à San Jose et les joueurs qui peuvent y évoluer… toi, Brent Burns, Joe Pavelski, Joe Thornton, Logan Couture. Je pourrais continuer. Chaque équipe serait ravie d'ajouter un membre de ton groupe à son jeu de puissance et tu serais le joueur no 1 de cette unité. Cependant, il n'est pas toujours facile de faire en sorte que tous les joueurs soient sur la même longueur d'onde. Que pouvez-vous faire pour vous assurer que ça fonctionne ici?

« Il faut commencer à jeter les bases, c'est ce que nous faisons ici. C'est ce que nous avons fait pendant le camp d'entraînement. Je suis sûr qu'il y aura beaucoup de changements au cours de la saison, peu importe si nous avons du succès ou non. C'est toujours ainsi que ça se passe. Je suis fébrile de côtoyer ces joueurs et de travailler jusqu'au point où nous pourrons faire des choses automatiquement plutôt que de trop y penser. Nous aurons probablement plus de succès si nous jouons de manière simple. Tout le monde dans cette unité joue en avantage numérique depuis longtemps, alors nous savons tous ce qui marche et ce qui ne marche pas. Tu sais que même quand les choses vont bien, il faut apporter constamment des modifications et tenter de nouvelles choses. Ce n'est même pas une question de marquer de buts. Tu dois créer un momentum pour ton équipe en vue du retour à forces égales. Nous sommes enthousiastes à l'idée d'être une équipe axée sur la possession de la rondelle, surtout en avantage numérique. Le résultat ne sera pas toujours un but. Je crois que les gars en sont conscients, alors à cet égard, la pression ne devrait pas être trop difficile à surmonter. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.