Skip to main content

Cinq choses à retenir du CMJ : Jour 6

Le chemin est ouvert jusqu'en demi-finale pour le Canada tandis que les États-Unis ont un bon défi devant eux

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

OSTRAVA, République tchèque - Pour la durée du Championnat mondial junior de la FIHG (CMJ), LNH.com dressera chaque jour un bilan de la journée d'activités en cinq points pour ne rien manquer de l'action.

Voici ce que l'on doit retenir de la journée du 31 décembre :

À LIRE AUSSI : CMJ: Le Canada se paie facilement la République tchèqueCMJ: Quand la chimie revient au galop
 

Les résultats de la journée

Groupe A

Suède 6 Slovaquie 2
Finlande 2 Suisse 5

Groupe B

Russie 6 Allemagne 1
Canada 7 République tchèque 2

Les duels de quarts de finale

Suède (1A) c. République tchèque (4B)
États-Unis (2B) c. Finlande (3A)
Canada (1B) c. Slovaquie (4A)
Suisse (2A) c. Russie (3B)

La relégation

Allemagne c. Kazakhstan (série au meilleur de trois matchs)

La route facile pour le Canada

En s'assurant de la première place du groupe B, le Canada semble avoir le chemin bien ouvert jusqu'en demi-finale puisqu'il se mesurera à la Slovaquie en quarts de finale, une nation contre laquelle il n'a encaissé qu'un revers en 13 matchs dans son histoire.

« Chaque match sera un défi », a modéré le gardien canadien Joel Hofer. « En ronde éliminatoire, nous ne pouvons prendre aucun adversaire à la légère. Nous sommes tous excités pour ce match. Nous profiterons d'un peu de repos demain et nous serons prêts pour la suite. »

Si la formation canadienne passe ce premier test contre les Slovaques, qui n'ont signé qu'une victoire en quatre matchs depuis le début du tournoi, elle pourrait bien avoir rendez-vous avec la Russie en demi-finale. Il faut rappeler que la troupe de Dale Hunter a encaissé la plus dure défaite de son histoire contre les Russes pas plus tard que samedi. 

Il faudra avant tout que les Russes éliminent la Suisse, qui a causé la surprise en surprenant la Finlande pour conclure au deuxième rang du groupe A. Ce revirement de situation ne sourit pas nécessairement aux Américains, qui devront affronter les Finlandais en quarts. Un gros défi.

Les Allemands en relégation

Malgré un tournoi pour le moins surprenant au cours duquel ils ont surpris la République tchèque en plus de tenir leur bout contre les États-Unis (6-3) et le Canada (4-1), l'Allemagne devra disputer la série de relégation au meilleur de trois matchs contre le Kazakhstan.

Les Allemands avaient l'occasion de passer en quarts de finale et d'envoyer la Russie en relégation, mardi, mais ils se sont inclinés 6-1. Avouons que ç'aurait été toute une surprise.

« C'est toujours décevant quand tu n'atteins pas ton objectif », a déclaré le défenseur Moritz Seider. « Notre but était de participer aux quarts de finale, mais c'est correct. Nous étions dans un groupe très compétitif et je pense que nous avons montré au monde entier que nous pouvons demeurer dans le groupe mondial.

« Nous avons une très bonne équipe. Maintenant, notre concentration se transporte sur la série de relégation. Nous serons prêts. »

L'Allemagne, qui a conclu avec une fiche de 1-3-0-0, en était à sa première présence dans le groupe mondial depuis sa relégation en 2015.

Alexis Lafrenière s'active

L'état de santé d'Alexis Lafrenière est toujours évalué quotidiennement, et même s'il n'a toujours pas sauté sur la patinoire depuis la blessure au genou gauche qu'il a subie contre les Russes, l'attaquant québécois a pris part aux étirements et à l'échauffement dynamique de l'équipe canadienne, mardi.

Le flou demeure alors que les tractations se poursuivent en coulisses. Son agente Émilie Castonguay, de Momentum Hockey, a récemment indiqué que les examens effectués par les médecins tchèques et ceux de Hockey Canada allaient être envoyés à une source externe pour obtenir une autre opinion.

Le potentiel premier choix du prochain encan de la LNH n'a subi aucune déchirure ligamentaire ni de fracture, mais son genou a tout de même été endommagé lorsque son patin est resté planté dans la glace.

« Il y a une différence entre marcher et sauter sur la patinoire pour un match du Championnat mondial junior, avait dit Castonguay, lundi. Nous allons évaluer les risques parce qu'il s'agit évidemment d'une grosse année pour le reste de sa carrière.

« C'est sûr qu'il est déçu de ne pas pouvoir jouer, mais il faut aussi penser à long terme et à ce qui est mieux pour la suite de sa carrière. Alexis rêve de jouer dans la LNH et de gagner la Coupe Stanley. »

Une ronde préliminaire coûteuse

La République tchèque a confirmé en matinée que le tournoi de l'attaquant Jan Jenik, l'espoir des Coyotes de l'Arizona, était terminé en raison de la blessure à la jambe droite qu'il a subie en fin de deuxième période face aux États-Unis, lundi.

Cette blessure a porté à quatre le nombre d'attaquants de premier plan tombés au combat depuis le début du tournoi. Le Finlandais Rasmus Kupari, le Tchèque Jakub Lauko et le Canadien Alexis Lafrenière ont été les autres victimes de cette ronde préliminaire coûteuse. 
Ce dernier est d'ailleurs le seul des quatre qui pourrait encore effectuer un retour au jeu. On sait déjà que les autres devront probablement rater quelques semaines, voire quelques mois d'activités, à leur retour dans leur ligue respective. 

Les cas de Kupari, prêté par le club-école des Kings, et de Lauko, envoyé par le club-école des Bruins, feront assurément réfléchir les organisations professionnelles, qui sont toujours un peu hésitantes à se départir de leurs protégés le temps de quelques semaines. 

La blessure à Jenik pourrait aussi venir chambouler les plans des Bulldogs d'Hamilton (OHL), qui étaient sur le point de l'échanger à la date limite des transactions - selon un collègue bien branché.

Une surprise pour Seider

Le défenseur Moritz Seider ne semble pas trop avoir de problèmes à s'adapter à sa nouvelle vie en Amérique du Nord ni au rôle important qu'il joue au sein des Griffins de Grand Rapids, le club-école des Red Wings de Detroit. Il a cependant eu toute une surprise à ses premiers jours au Michigan.

Disons simplement qu'il ne s'attendait pas à retrouver quelqu'un d'autre qu'un coéquipier ou qu'un entraîneur dans le vestiaire de l'équipe.

« Les gens sont très religieux et vont souvent à l'église aux États-Unis, a raconté le sympathique défenseur allemand. J'ai été surpris de voir que notre équipe avait ses propres chapelains. Je suis arrivé dans le vestiaire et il était en train de prononcer un discours. J'étais assez confus, mais je suis maintenant habitué. »

À ses 28 premiers matchs dans la Ligue américaine de hockey (LAH), il totalise un but et 11 mentions d'aide. En quatre rencontres au Mondial Junior, il a amassé quatre mentions d'aide et occupe le deuxième rang des pointeurs de son équipe, derrière l'attaquant Dominik Bokk.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.