Skip to main content

CMJ: Le Canada se paie facilement la République tchèque

La troupe de Dale Hunter assure sa première place dans le groupe B et a rendez-vous avec la Slovaquie en quarts de finale

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

OSTRAVA, République tchèque - Le Canada a mis la touche finale à une ronde préliminaire presque sans faille en signant une convaincante victoire de 7-2 face à une équipe de la République tchèque complètement décimée par les blessures, mardi.

La troupe de Dale Hunter a mis le match hors de portée dès la première période en inscrivant pas moins de quatre buts en avantage numérique, égalant du même coup un record du tournoi qui a été réussi seulement deux fois - en 1988 par la Tchécoslovaquie et en 2013 par les États-Unis.

À LIRE AUSSI: CMJ: Quand la chimie revient au galop 

« Je crois que nous avons bien bougé la rondelle avec l'avantage d'un homme », a déclaré l'attaquant Joe Veleno, qui a inscrit le premier but après avoir raté le dernier match en raison d'une suspension.

« Nous n'avons pas fait trop dans la dentelle et nous avons mis l'accent sur la vitesse d'exécution. C'est toujours difficile pour l'unité de désavantage numérique. Les gars étaient bien positionnés devant le filet et nous avons connu beaucoup de succès. »

Nolan Foote, Barrett Hayton, Connor McMichael, Liam Foudy, Dylan Cozens et Jared McIsaac ont tous participé à ce festival offensif, qui a bien plus aux amateurs qui avaient visiblement déjà amorcé leurs festivités du Nouvel An.

Grâce à cette convaincante victoire, la formation canadienne a confirmé sa place au sommet du groupe B et son rendez-vous de quarts de finale avec la Slovaquie, qui n'a signé qu'une victoire en quatre matchs dans le groupe A. Dans l'histoire de ce tournoi, les Canadiens montrent une fiche de 12-0-1 contre les Slovaques.

« Nous n'en savons pas trop à leur sujet, a commenté le capitaine Hayton. Ils travaillent fort et ils sont très structurés. Nous les avons affrontés l'an dernier et nous allons nous préparer en regardant des vidéos demain. »

Déjà que les Tchèques devaient se débrouiller sans les services de trois de leurs meilleurs éléments offensifs - Jan Jenik, Jakub Lauko et Jan Sir - et ceux de leur gardien no 1 Lukas Dostal, ils ne se sont pas rendu la vie facile avec leur indiscipline.

Et comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, la soirée du gardien auxiliaire Lukas Parik a pris fin quand il s'est blessé après avoir donné un quatrième but sur neuf lancers. C'est Nick Malik, le fils de l'ancien défenseur Marek Malik, qui a pris la relève et qui a donné trois buts sur 21 tirs.

Seulement 16 joueurs tchèques ont terminé le match alors que le règlement de la FIHG permet d'avoir jusqu'à 22 joueurs en uniforme pour un match

Les favoris locaux, qui ont été soutenus tout au long de la soirée par la bruyante foule du Ostravar Arena, ont montré les dents en milieu de deuxième en marquant deux buts en 14 secondes- ceux de Vojtech Strondala et de Libor Zabransky - mais les célébrations ont été de courte durée.

Tweet from @TSN_Sports: Canada regains their four goal lead with their fifth power play goal of the game. pic.twitter.com/Kj0CwnAH3B

J

Foudy et Cozens, avec un cinquième but en avantage numérique, ont répliqué coup sur coup à 56 secondes d'intervalle, 10 secondes après la réussite de Zabransky.

« Ces buts étaient énormes, a reconnu Foote. C'était vraiment important de reprendre l'avantage rapidement après qu'ils eurent réduit l'écart. »

Hofer, l'homme de confiance

Parmi les autres éléments que l'on retient de ce match à sens unique, c'est qu'Hunter semble avoir fait son choix devant le filet de son équipe en renvoyant Joel Hofer pour la deuxième fois en autant de soirs.

Moins de 24 heures après avoir signé une victoire de 4-1 contre l'Allemagne, le portier de 19 ans n'a pas été occupé à outrance, mais il a fait un travail respectable en repoussant 17 rondelles. Il y a fort à parier qu'il sera de retour devant la cage canadienne face à la Slovaquie.

« Je n'ai aucune idée, a dit Hofer quand on lui a demandé s'il était désormais le no 1. Je vis le moment présent et j'aborde les choses au jour le jour. Nous voulons tous être le partant et je suis convaincu que celui qui recevra l'appel sera prêt. »

Depuis qu'il a donné un huitième but en un peu plus de quatre périodes face à la Russie, samedi, Nico Daws n'a pas revu le filet. Il était pourtant l'homme de confiance des dirigeants de Hockey Canada à l'amorce du tournoi.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.