Skip to main content

Sans contrat, Boyle est en mode attente

Le joueur autonome sans compensation espère qu'une équipe lui fera signe

par Matt Kalman / Correspondant LNH.com

FOXBOROUGH, Mass. - Même s'il n'a pas trouvé preneur depuis qu'il est joueur autonome sans compensation, Brian Boyle s'attend à se retrouver sur une patinoire de la LNH l'an prochain.

Le joueur de centre de 34 ans, qui a amassé 24 points en 73 rencontres l'an dernier avec les Devils du New Jersey et les Predators de Nashville, promet qu'une fois sous contrat, la saison 2019-2020 lui permettra de prouver aux gens qu'ils avaient tort.

Et c'est aussi ce qui l'a motivé cet été.

À LIRE AUSSI Le Lightning doit se serrer les coudes, selon McDonagh | Fowler a hâte de faire équipe avec Dallas Eakins | Bobrovsky dit qu'il avait besoin d'un changement d'air

« C'est à cela que je pense si jamais il y a une journée au gym où c'est plus difficile. Ça te permet de passer à travers certaines choses. Je me dis que je veux leur prouver quelque chose », a mentionné Boyle mercredi au terme d'un match d'une ligue estivale de hockey de la région de Boston. 

« Je comprends, à mon âge et avec toute l'importance de la masse salariale maintenant. Mais en même temps, je sens qu'à ce moment-ci, je devrais m'être entendu avec une équipe. Je veux tout simplement une chance de gagner. Parce que je suis passé proche, j'ai eu une belle carrière et je veux qu'elle se poursuive. »

Boyle a atteint la Finale de la Coupe Stanley à deux reprises : en 2014 avec les Rangers de New York et en 2015 avec le Lightning de Tampa Bay. Il s'est incliné les deux fois. Depuis, il a évolué pour les Devils avant d'être échangé aux Predators le 6 février en retour d'un choix de deuxième ronde. Les Predators ont remporté le titre de la section Centrale, mais ils se sont inclinés face aux Stars de Dallas en six matchs en première ronde.

Boyle a amassé cinq buts en 26 parties de saison à Nashville, mais ses séries ont été limitées à trois matchs puisqu'il a dû subir une appendicectomie. 

Video: TOR@NSH: Boyle complète la passe-et-va

À l'entraînement cet été, Boyle fait preuve de patience alors que les équipes jonglent avec le plafond salarial de 81,5 millions $.

« C'est drôle parce qu'on voit plein de joueurs passer d'une équipe à l'autre. On sait très bien comment ç'a l'habitude de se terminer quant aux masses salariales », a souligné celui qui a amassé 216 points en 766 rencontres dans la LNH. « J'ai aimé ma dernière année, vraiment… j'étais heureux d'avoir la chance d'aller à Nashville et jouer du hockey avec un enjeu. La course aux séries était vraiment palpitante. Présentement, j'attends… et j'espère qu'un morceau du casse-tête va se retrouver ailleurs et qu'il y aura un effet domino.

« Mais oui, je me sens bien et je suis excité. Peu importe ce qui va se passer, je suis en serein, mais en même temps, c'est bien d'avoir un peu plus de motivation. »

Malgré l'attente, Boyle est certain qu'il sera de l'un des 31 camps d'entraînement de la LNH en septembre.

« J'ai confiance, je vais avoir un emploi. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.