Skip to main content

Tavares a bien entendu le message des partisans des Islanders

Le joueur de centre des Maple Leafs a été conspué sans relâche à son premier match à Long Island depuis son départ

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

UNIONDALE, New York - John Tavares se souvient que les partisans des Islanders de New York qui venaient assister aux matchs au Nassau Coliseum avaient l'habitude de faire la vie dure aux joueurs adverses.

Mais pas à ce point.

À LIRE AUSSI: Tour d'horizon des matchs du 28 février | Tavares s'attend à un retour émotif

Le joueur de centre des Maple Leafs de Toronto est retourné à son ancien domicile, jeudi, à l'occasion de son premier match en tant que joueur visiteur face à la formation new-yorkaise, près de huit mois après qu'il eut quitté l'organisation en signant à titre de joueur autonome un contrat de sept ans d'une valeur de 77 millions $ avec l'équipe de son enfance.

Tavares avait reconnu avant le match qu'il s'attendait à se faire huer parce qu'il savait à quel point les fervents partisans des Islanders se sentaient trahis. Il savait qu'ils n'ont pas aimé le fait qu'il ait dit toute la saison durant qu'il désirait rester avec New York quand, au bout du compte, il est parti afin de se joindre aux Maple Leafs le 1er juillet.

Il ne pouvait s'attendre à ce que soit aussi dur et incessant que ç'a été le cas jeudi. Ç'a commencé avant qu'il se présente sur la patinoire en vue de l'échauffement d'avant-match et ça s'est poursuivi bien après le son de la sirène en fin de rencontre, qui venait confirmer que les Islanders l'avaient emporté 6-1.

Video: TOR@NYI: Tavares saute sur la glace du Nassau Coliseum

Ça n'a été rien de moins qu'une averse de mépris de la part de la foule de 13 917 spectateurs qui a rempli les gradins. Et ç'a permis de créer le niveau d'énergie et le genre d'atmosphère qu'on retrouve dans les séries, ce que les Islanders ont su utiliser à bon escient.

Ils ont marqué six buts sans riposte après avoir concédé le premier à 13:33 de la première période.

« De toute évidence, ils voyaient les choses d'une façon et ça, je n'ai aucun contrôle là-dessus », a dit Tavares.

Celui-ci a entendu les partisans scander « We don't want you » (Nous ne voulons pas de toi) d'innombrables fois, notamment après chacun des buts marqués par les Islanders. Il les a entendus lui crier des noms. Il a vu les affiches faites à la main qu'ils ont brandies derrière la baie vitrée et qui faisaient part de leur amertume. Il a entendu les injures et les huées tout au long de la vidéo qui avait pour but de lui rendre hommage et que le club new-yorkais a présentée au milieu de la première période.

Tavares a dit avoir regardé la vidéo au complet et il a remercié les Islanders d'avoir pris la peine d'en faire le montage. Une fois la vidéo terminée, il a quitté le banc des siens pour applaudir les partisans, pendant que ceux-ci continuaient de le huer.

« J'ai juste essayé de montrer ma reconnaissance pour le soutien qu'on m'a donné pendant les neuf ans que j'ai été ici », a-t-il dit.

Video: TOR@NYI: Les Islanders rendent hommage à Tavares

Le soutien n'a pas été mutuel cette fois-ci.

Les partisans ont continué de le conspuer en deuxième période quand ils ont scandé, « You're a liar » (Tu es un menteur). Ils ont trouvé bien d'autres choses à dire en troisième, notamment « Where's your jammies? » (Où sont tes pyjamas?), en faisant allusion à la photo d'enfance montrant Tavares qui dort dans ses draps des Maple Leafs que le joueur de centre a publiée sur Twitter quelques instants après s'être entendu avec Toronto.

En fait, ils l'ont même conspué quand ils ne pouvaient pas le voir, par exemple quand il s'entretenait avec les médias après le match devant une affiche des Maple Leafs qui se trouvait à quelques pieds du tunnel que les joueurs torontois utilisaient pour se rendre jusqu'à la patinoire.

« Vous savez, il faut être un joueur très spécial et une personne vraiment spéciale pour qu'on te rende hommage comme ça, parce qu'ils vont te huer seulement si tu es important, a fait remarquer l'entraîneur des Maple Leafs Mike Babcock. La plupart d'entre nous, ils ne savaient même pas qui nous étions. Alors quel honneur c'était! »

C'est là une façon de présenter les choses, et il y a quelque chose de vrai là-dedans. Mais pour les partisans des Islanders - y compris certains d'entre eux qui ont commencé à faire du « tailgating » dans les stationnements neuf heures avant le début du match, et dont certains avaient mis du ruban gommé par-dessus le nom de Tavares qui était écrit dans le dos de leur maillot no 91 des Islanders, un d'entre eux y ayant plutôt écrit « TRAITOR » (traître) -, la soirée de jeudi a plutôt été une occasion de se défouler.

Ils ont détesté la décision qu'a prise Tavares de quitter le navire et ils se sont tournés du côté des médias sociaux pour exprimer ce qu'ils ressentaient. La douleur se fait encore clairement sentir, et c'était là la première fois qu'ils avaient l'occasion de lui faire savoir en personne.

« Nos partisans sont des partisans passionnés, a noté le capitaine des Islanders Anders Lee. On ne peut pas les blâmer pour quoi que ce soit. »

Tavares ne l'a pas fait, pas en public du moins, depuis qu'il a signé son contrat avec les Maple Leafs. Il a plutôt tenté d'expliquer pourquoi il était parti, pourquoi jouer à Toronto l'avait autant attiré, pourquoi ç'avait été la décision qu'il a qualifiée de plus difficile qu'il n'ait jamais eu à prendre.

« Personne n'a vécu les choses comme je les ai vécues, a dit Tavares. Ça, je le sais. J'ai juste essayé d'être franc et honnête. Évidemment, personne n'est obligé d'aimer la décision que j'ai prise, mais j'ai juste essayé d'expliquer ce qu'il en était et comment j'en suis venu à cette décision. C'est ça qui est ça. J'ai pris ma décision. Je suis allé de l'avant. »

Peut-être que maintenant, Tavares pourra clore le dossier. Ou peut-être que ce n'était là qu'un aperçu de la façon dont il sera traité chaque fois qu'il retournera au domicile des Islanders, que ce soit ici, au Barclays Center à Brooklyn ou, un de ces jours, à l'endroit où se trouvera leur nouvel aréna près de Belmont Park à environ 25 kilomètres à l'ouest du Coliseum.

« J'essaie juste de jouer au hockey, a dit Tavares. Quant aux autres, je ne peux pas parler à leur place. »

Il n'a clairement pas besoin de le faire.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.