Skip to main content

Séries éliminatoires : Les éléments à retenir des matchs du 15 avril

Marner se sacrifie pour la cause, Bishop distribue les cadeaux, Makar se fait rapidement de nouveaux amis

par LNH.com @LNH_FR

Tout au long des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, LNH.com va effectuer un retour sur les principaux éléments des matchs de la veille, que ce soit des statistiques étonnantes, des intrigues pertinentes en passant par les héros du jour. Voici ce qu'il faut retenir des matchs du 15 avril.

Quand Marner fait la différence… en défense


En l'absence de l'attaquant Nazem Kadri suspendu jusqu'à la fin de la série de première ronde de l'Association de l'Est contre les Bruins de Boston, les joueurs des Maple Leafs de Toronto ont souligné l'importance pour tout le monde d'élever son jeu d'un cran afin de pallier sa perte.

C'est ce qu'ils ont réussi à faire dans un gain de 3-2 lundi soir à domicile, ce qui leur a permis de prendre les devants 2-1 dans la série, et le meilleur exemple d'un joueur qui n'a pas hésité à en faire plus du côté des Torontois est probablement survenu dans les dernières secondes du match.

Mitchell Marner, qui a bloqué un total de 43 tirs en 82 matchs de saison régulière, s'est sacrifié pas une, mais bien deux fois devant les boulets de l'attaquant des Bruins David Pastrnak alors que les Maple Leafs tentaient de protéger leur avance d'un but.

Quand la sirène a retenti, les coéquipiers de Marner ont fait une petite entorse à la tradition, et ont majoritairement convergé vers Marner plutôt que de se diriger vers le gardien Frederik Andersen. On aurait pu croire que Marner venait d'inscrire le but gagnant en prolongation.

« J'ai été tellement électrisé quand je l'ai vu faire ça, a admis l'attaquant des Maple Leafs Trevor Moore. Je pense que j'ai effectué un bond de six pieds dans les airs. Je ne pensais pas qu'il était possible de bloquer deux tirs comme ceux-là et s'en tirer indemne. Je suis content qu'il aille bien, c'était fantastique. »

Pour l'entraîneur Mike Babcock, c'est le genre de petits détails qui devront devenir monnaie courante si les Maple Leafs souhaitent poursuivre sur leur lancée dans le match no 4, mercredi.

« C'est ce qu'il faut faire pour gagner, a souligné Babcock. Dans un monde idéal, ça devient contagieux au sein de l'équipe. Quand un joueur voit un de ses coéquipiers faire quelque chose du genre, il y a plus de chances qu'il fasse de même plus tard. »


Blessures hâtives en Caroline, Foegele se lève…


Dans le cadre du premier match des séries éliminatoires de la Coupe Stanley présenté en Caroline depuis 10 ans, le héros de la rencontre du côté des Hurricanes n'a pas été celui que plusieurs attendaient.

L'attaquant de 23 ans Warren Foegele a inscrit deux buts et une passe dans un gain à sens unique de 5-0 des Hurricanes sur les Capitals de Washington, ce qui a permis à la Caroline de réduire l'écart à 2-1 dans la série.

« C'est plaisant de marquer, mais la victoire est encore plus plaisante, a noté Foegele. Je pense avoir joué de manière agressive et avec intensité. J'adore ces moments. C'est le moment de la saison qui compte. »

Video: WSH@CAR, #3: Aho prépare le deuxième but de Foegele

L'intensité était en effet au rendez-vous pour Foegele, qui a ajouté cinq tirs et trois mises en échec à sa fiche, mais aussi pour tous les joueurs sur la patinoire. Dès la première période, les attaquants Andrei Svechnikov et Micheal Ferland ont retraité au vestiaire, victimes de blessures au haut du corps, et ne sont pas revenus au jeu par la suite.

Foegele a alors été muté sur le premier trio en compagnie de Teuvo Teravainen et Sebastian Aho, et ses efforts combinés à ceux de tous ses coéquipiers ont tenu les Capitals en échec pendant toute la soirée.

La colonne des tirs donne une bonne indication de l'allure de la rencontre, alors que la Caroline a eu le dessus 45-18, avec une domination totale de 18-1 en deuxième période. À un certain moment, il s'est écoulé 23:06 de jeu sans que Washington parvienne à décocher un tir sur Petr Mrazek.

Les joueurs les plus expérimentés des Hurricanes savent toutefois qu'ils doivent rapidement ranger ce match derrière eux et se concentrer sur le match no 4, qui aura lieu jeudi au PNC Arena.

« C'est une victoire importante, a reconnu le capitaine des Hurricanes Justin Williams. Mais il ne s'agit que d'une seule victoire. »


Bishop l'échappe, Rinne brille


La série entre les Predators de Nashville et les Stars de Dallas a été le théâtre d'un bon duel de gardiens au cours des deux premiers matchs, alors que Pekka Rinne et Ben Bishop ont été solides.

Rinne a poursuivi sur sa lancée dans le match no 3, alors qu'il a guidé les siens à un gain de 3-2 qui leur permet de reprendre l'avantage de la glace dans la série, qu'ils mènent maintenant 2-1. Rinne a réalisé 40 arrêts, dont un spectaculaire aux dépens de Jamie Benn alors que la marque était 2-2 en troisième période.

Video: NSH@DAL, #3: Rinne vole Benn à bout portant

Cet arrêt est devenu encore plus important quelques minutes plus tard alors que Bishop y est allé d'un beau cadeau, son deuxième du match, en cédant devant Mikael Granlund.

« Ce n'est pas le genre de but que vous voulez accorder, a admis Bishop. J'ai hésité entre repousser le tir et l'immobiliser, et la rondelle a touché l'intérieur de ma main avant de pénétrer dans le filet. D'un autre côté, il faut que je passe à autre chose. Ce n'est pas la première fois que j'accorde un mauvais but en séries éliminatoires, et ce ne sera probablement pas la dernière. Il faut juste que je rebondisse. »

Video: NSH@DAL, #3: Granlund bat Bishop sur un long lancer

Bishop avait également mal paru devant Rocco Grimaldi, qui a ouvert la marque sur un tir semblable.

Pour revenir à Rinne, il ne s'est pas seulement illustré devant Benn au troisième tiers. Il a entre autres repoussé cinq lancers alors que les Stars ont obtenu un avantage numérique de deux hommes pendant 90 secondes en période médiane.

« Ils misent sur des joueurs de talent de l'autre côté, a mentionné l'entraîneur des Predators Peter Laviolette. Ils possèdent aussi une très belle chimie. Chaque fois que vous évoluez à trois contre cinq, il y aura beaucoup de pression. Vous allez avoir besoin d'arrêts de la part de votre gardien, et c'est ce qu'a fait Pekka. L'infériorité numérique a bien fait, mais les choses auraient pu basculer de l'autre côté. Notre infériorité numérique a résisté et Pekka s'est signalé. »


Makar se fait vite adopter au Colorado


Trois jours après avoir remporté le trophée Hobey Baker à titre de meilleur joueur de la dernière saison dans la NCAA, le défenseur Cale Makar disputait un premier match en carrière dans la LNH avec l'Avalanche du Colorado dans le troisième match de la série de première ronde qui l'oppose aux Flames de Calgary.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le quatrième joueur sélectionné au repêchage 2017 de la LNH a rapidement charmé ses nouveaux partisans, en inscrivant le but gagnant dans un gain de 6-2 qui a permis au Colorado de prendre les devants 2-1 dans la série.

Video: CGY@COL, #3: Makar compte à ses débuts dans la LNH

Le principal intéressé a toutefois voulu relativiser le succès qu'il a connu à ses premiers coups de patin dans la ligue. 

« Je crois avoir bien fait », a humblement avancé Makar, qui est originaire de Calgary et qui a grandi en encourageant les Flames. « Il faut assurément s'habituer à l'altitude ici, mais je peux encore apporter plusieurs améliorations à mon jeu, plusieurs éléments du système que je peux mieux incorporer. »

Si Makar n'a pas voulu se lancer des fleurs, ses coéquipiers l'ont fait pour lui.

« C'était fantastique », a lancé l'attaquant de l'Avalanche Nathan MacKinnon, qui a préparé le premier but en carrière de Makar. « On voit tout de suite son talent. Il ne s'est pas empressé de lancer dès qu'il a reçu la rondelle, il n'a pas paniqué et cherché à me redonner le disque. Il a arrêté la passe avec son revers et a baissé son épaule. Il a probablement regardé autour de lui pour voir si quelqu'un était libre à l'embouchure du filet, puis il a déjoué le gardien entre les jambes.

« Je l'ai entendu me demander la rondelle. C'était son premier match en carrière, et il me criait après comme ça! C'était super. Vous voulez que les joueurs soient agressifs et décisifs, et j'ai été très impressionné par lui de ce côté. »

L'arrivée de Makar est devenue providentielle alors que l'arrière québécois Samuel Girard n'était pas disponible en raison d'une blessure au haut du corps. Si Girard ne peut renouer avec l'action, l'Avalanche sait au moins qu'elle mise sur une option intéressante pour prendre sa place.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.