Skip to main content

Quand les DG s'échangent leurs choix de premier tour

Les transactions demeurent un bon moyen pour les clubs d'équilibrer leur effectif

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

Le scénario parfait pour bâtir une équipe gagnante, c'est de sélectionner des joueurs au repêchage de la LNH et de veiller à leur bon développement afin de s'assurer qu'ils deviennent bel et bien les vedettes qu'on espérait voir éclore un jour.

Mais ce n'est pas une science exacte, puisque ce n'est pas tout le monde qui finit par jouer à la pleine mesure de son potentiel. Ce qui fait que chaque équipe peut se retrouver avec trop de joueurs semblables, et pas assez de joueurs qui sauront les compléter. À quoi bon avoir les six meilleurs défenseurs de la LNH s'ils sont tous droitiers et archioffensifs ; il faut aussi avoir des gauchers et des arrières solides en défensive.

Même chose à l'attaque : il faut avoir des joueurs de talent, des joueurs d'énergie, des joueurs qui excellent dans les deux sens de la patinoire…

À LIRE AUSSI : Schmaltz pourrait venir combler un besoin en attaque chez les CoyotesSchmaltz échangé aux Coyotes, Strome et Perlini passent aux Blackhawks

Ce que ça donne, c'est que les directeurs généraux en profitent pour s'échanger des joueurs ayant le même statut, soit celui de joueurs sélectionnés au premier tour, et ils le font alors que ceux-ci sont encore jeunes, avant qu'il soit trop tard. C'est ce qui est arrivé dimanche, quand les Coyotes de l'Arizona ont transigé avec les Blackhawks de Chicago afin de mettre la main sur Nick Schmaltz en retour de Dylan Strome et de Brendan Perlini. 

Voici un retour sur quelques-unes des transactions les plus marquantes des dernières années où les DG ont échangé des joueurs de premier tour en retour d'autres joueurs réclamés en première ronde :

Ryan Johansen (quatrième au total, 2010) - Seth Jones (quatrième, 2013)

Transaction Nashville-Columbus réalisée le 6 janvier 2016

On parle ici d'une transaction quasi idéale puisqu'on peut dire que les Predators de Nashville sont tout aussi heureux d'avoir mis la main sur Johansen que les Blue Jackets de Columbus sur Jones. Avec Johansen, les Predators se sont dotés d'une profondeur dont ils avaient grand besoin au poste de centre, et même chose pour Columbus à la ligne bleue avec Jones. D'ailleurs, ce dernier est le joueur le plus utilisé de son équipe et Johansen, lui, est l'attaquant le plus souvent sur la glace chez les Predators. Résultat, Nashville, qui était déjà une excellente équipe, est devenue une des puissances de la Ligue ; et Columbus, qui n'avait pas participé aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley au printemps 2015, y a pris part ces deux dernières années et semble en bonne voie d'y arriver aussi cette saison.

Video: CBJ@SJS: Jones rompt l'égalité avec le patin

Taylor Hall (premier, 2010) - Adam Larsson (quatrième, 2011)

Transaction New Jersey-Edmonton réalisée le 29 juin 2016

Les observateurs - surtout ceux dans le camp des Oilers d'Edmonton - se sont posé des questions lorsque cette transaction a été conclue, mais l'échange semble encore plus déséquilibré de nos jours, maintenant que Hall a été sacré vainqueur du trophée Hart en 2018. Toujours est-il qu'à l'époque, il y avait une certaine logique à ce genre de marché puisque les Oilers regorgeaient de choix de premier tour à l'attaque et, en même temps, n'arrivaient pas à gagner avec ceux-ci. Hall, après avoir connu une saison de 80 points en 2013-14, avait décliné et était devenu le bouc émissaire de ce qui ne tournait pas rond dans l'équipe. Et chez les Devils du New Jersey, Larsson était un défenseur qui tardait à faire ses preuves, du moins à la mesure d'un joueur choisi à son rang. Depuis, Larsson continue à peu près au même rythme - pas mal, mais rien de spectaculaire -, tandis que Hall est devenu la locomotive des Devils.

Video: NYI@NJD: Hall enfonce la rondelle devant le filet

Jonathan Drouin (troisième, 2013) - Mikhail Sergachev (neuvième, 2016)

Transaction Montréal-Tampa Bay réalisée le 15 juin 2017

Les Canadiens de Montréal avaient besoin de se renflouer à l'attaque - la brigade défensive n'allait pas si mal à l'époque - et le Lightning de Tampa Bay avait besoin de joueurs d'impact pour épauler Victor Hedman et Anton Stralman à la ligne bleue. Tampa Bay a depuis mis la main sur Ryan McDonagh pour se retrouver avec une des brigades défensives les plus solides dans la LNH, mais Sergachev reste quand même le quatrième défenseur le plus utilisé de l'équipe, avec un temps de jeu de plus de 17 minutes par match - ce qui représente une véritable aubaine puisqu'il écoule encore son contrat de recrue et ne pourra réclamer son autonomie (avec compensation) qu'à l'issue de la saison 2019-20. À Montréal, le bilan est un peu mitigé pour l'instant en ce qui a trait à Drouin, quoique celui-ci demeure un élément-clé du jeu de puissance de l'équipe.

Video: BOS@TBL, #1: Une malchance qui coûte cher à Rask

Max Domi (12e, 2013) - Alex Galchenyuk (troisième, 2012)

Transaction Montréal-Arizona réalisée le 15 juin 2018

Voici un exemple patent d'échange de joueurs qui ne répondent pas tout à fait aux attentes, mais dont le potentiel reste bien présent, et à qui on donne la chance de se relancer ailleurs. Domi et Galchenyuk semblaient tous deux se chercher depuis deux ans après que le premier eut inscrit 18 buts à sa saison recrue et le deuxième, 30 filets en 2015-16, même s'ils ont ensuite continué d'afficher des statistiques intéressantes à certains égards. Domi a fort bien saisi sa deuxième chance à Montréal, lui qui est le meilleur marqueur du club avec une production de plus d'un point par match, tandis qu'il faut faire preuve de patience avec Galchenyuk pour l'instant puisque celui-ci n'a disputé que 15 matchs après avoir raté le début de la saison en raison d'une blessure au bas du corps.

Video: MTL@NJD : Domi poursuit sur sa lancée

Jordan Eberle (22e, 2008) - Ryan Strome (cinquième, 2011)

Transaction Islanders-Oilers réalisée le 22 juin 2017

Eberle et Strome ont tous deux connu une très bonne deuxième saison dans la LNH, le premier avec les Oilers (76 points en 78 matchs, 2011-12) et le deuxième avec les Islanders (50 points en 81 rencontres, 2014-15) et ils ont ensuite connu une baisse de régime. En plus de donner plus de marge de manœuvre aux Oilers sous le plafond salarial, la transaction avait aussi pour but que chaque équipe obtienne un attaquant davantage complémentaire à sa propre formation, en espérant qu'il puisse ainsi se relancer. Chose qu'ils tardent à faire tous les deux pour l'instant. À preuve, Strome a été échangé de nouveau, le 16 novembre, passant des Oilers aux Rangers de New York en retour de l'attaquant Ryan Spooner.

Video: NYI@NJD: Eberle fait 1-0 du revers

James van Riemsdyk (deuxième, 2007) - Luke Schenn (cinquième, 2008)

Transaction Toronto-Philadelphie réalisée le 23 juin 2012

Les Maple Leafs de Toronto ont alors mis la main sur un attaquant de puissance en van Riemsdyk, en retour du robuste défenseur qu'était Schenn, qui avait connu des hauts et des bas avec une formation des Maple Leafs qui végétait. Van Riemsdyk, qui avait récolté 40 points à sa meilleure saison à Philadelphie (2010-11), a connu quatre campagnes de plus de 50 points en six années à Toronto avant de revenir au bercail chez les Flyers, cette saison. Schenn n'a disputé que trois saisons et demie à Philadelphie, se retrouvant ensuite avec les Kings de Los Angeles, les Coyotes et, maintenant, les Ducks d'Anaheim.

Video: NYR@PHI: van Riemsdyk marque sur un rebond fortuit

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.