Skip to main content

Les Bruins veulent stopper le jeu de transition des Maple Leafs

Bien conscients de la vitesse de Toronto, les défenseurs de Boston continueront d'être agressifs

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

TORONTO - Ç'aurait été impossible de complètement réduire au silence les Maple Leafs de Toronto.

Les Bruins de Boston le savaient. Les Maple Leafs aussi. Ç'a n'a donc été une surprise pour personne que Toronto revienne dans la série de première ronde de l'Association de l'Est avec un gain de 4-2 dans le match no 3, lundi, alors que les Bruins ont été vulnérables en défensive.

Maintenant que c'est arrivé, Boston, qui mène la série au meilleur de sept matchs 2-1, concentre ses efforts sur ces lacunes à l'aube du match no 4 à Toronto jeudi (19 h HE, NBCSN, CBC, TVAS, NESN). On cherche à trouver l'équilibre entre ce que les Maple Leafs tentent de faire et ce que les Bruins veulent accomplir.

Ça commence par limiter les séquences lors desquelles les Maple Leafs profitent de leur vitesse, des jeux comme celui qui a mené à leur deuxième but dans le match no 3.

Après un tir des Bruins, le défenseur de Toronto Morgan Rielly s'est emparé de la rondelle, est allé derrière son propre filet et a effectué une passe par la rampe droite alors que le défenseur de Boston Kevan Miller s'était compromis. Le disque a trouvé l'attaquant des Maple Leafs Mitchell Marner, qui avait la voie libre du côté droit du but des Bruins.

L'attaquant des Maple Leafs Patrick Marleau, qui était derrière la défensive des Bruins, a complété la passe de Marner pour marquer un but qui a fait 2-1 Toronto à 3 :49 de la deuxième période, 43 secondes après que Boston eut créé l'égalité.

Ce fut le résultat opposé du match no 2, alors que Miller s'était porté en attaque et avait marqué le troisième but des Bruins dans la victoire de 7-3. Sur ce but en première période, Miller est sorti du banc et est descendu du côté gauche, se libérant pour accepter une passe de David Pastrnak. Après avoir manœuvré autour de l'attaquant des Maple Leafs Tomas Plekanec, Miller a décoché un tir qui a dévié sur le patin du défenseur de Toronto Nikita Zaitsev avant d'entrer dans le but.

« Si je repense au match no 2, Kevan Miller est mobile et nous marquons un but grâce à ça », a dit l'entraîneur des Bruins Bruce Cassidy. « Si ça ne bondit pas dans le but, ils reprennent possession de la rondelle et alimentent leurs ailiers. Nous devons donc avoir un attaquant qui prend la place de Kevan ou n'importe qui pour le remplacer à temps. C'est un compromis. »

Ç'a fonctionné pour les Bruins à certains moments. Ils ont surpris les Maple Leafs, comme l'a indiqué Cassidy : « Je ne veux pas utiliser le mot "tricher", mais disons que nous les avons pris à contrepied. »

Mais ça ne fonctionne pas toujours. Parfois, comme dans le cas de Marleau, c'est coûteux.

Ce n'est pas comme si les Maple Leafs - qui ont la vitesse pour utiliser à leur avantage les longues passes - ont eu beaucoup d'occasions du genre dans cette série. On les a contenus, alors que Boston a dominé 12-4 au chapitre des buts dans les matchs no 1 et 2 au TD Garden.

« Je pense que dès que tu as l'occasion de passer rapidement de la défense à l'attaque, tu as des chances de connaître du succès », a dit l'entraîneur de Toronto Mike Babcock. « Cela dit, les Bruins ont fait du bon travail contre nous et nous n'avons pas obtenu les résultats que nous avons normalement. »

Les deux formations ont donc la volonté de faire mieux.

« Je pense qu'il faut simplement s'assurer que la zone neutre soit fermée, que nos attaquants surveillent la ligne rouge de façon à ce qu'il n'y ait pas un grand écart entre nos attaquants et nos défenseurs », a affirmé le défenseur des Bruins Torey Krug. « Ça les empêche de faire des jeux. Ils doivent jeter la rondelle en fond de territoire et nous pouvons la reprendre et effectuer de belles sorties de zone. »

Mais ça ne veut pas dire que Krug ou n'importe quel défenseur de Boston arrêteront de se porter en attaque. Les Bruins croient qu'ils doivent être agressifs, parce que ça peut jouer en leur faveur comme ce fut le cas sur le but de Miller. Ils doivent juste le faire intelligemment.

« Nous devons balancer notre jeu en zone offensive et notre prise de risque en fonction de leur vitesse et de leur mentalité », a noté Cassidy. 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.