Skip to main content

Le premier trio des Maple Leafs doit en faire plus

Matthews, Marner et Nylander ont été muselés lors des deux premiers matchs face aux Bruins

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

BOSTON - Pour comprendre pourquoi les Maple Leafs de Toronto ont été dominés jusqu'ici dans leur série de premier tour face aux Bruins de Boston, il suffit de jeter un oeil aux statistiques de leurs trois meilleurs marqueurs en saison régulière.

Le premier trio des Bruins composé de David Pastrnak, Brad Marchand et Patrice Bergeron a récolté 20 points au cours des deux premiers matchs. Celui de Mitch Marner, William Nylander et Auston Matthews en a amassé deux.

Ces chiffres ne mentent pas et ils expliquent pourquoi les Bruins ont les devants 2-0 dans la série à l'aube du troisième match qui sera disputé au Air Canada Centre, lundi (19h HE; NBCSN, CBC, TVAS, NESN).

Jusqu'à maintenant, les meilleurs joueurs des Bruins le sont. Ceux des Maple Leafs ne le sont pas.

Si les Maple Leafs espèrent revenir dans la série, cette tendance ne peut plus se poursuivre.

Ils devront à nouveau se débrouiller sans les services de Nazem Kadri, qui purgera le deuxième de ses trois matchs de suspension pour son coup à l'endroit de Tommy Wingels dans le premier match. L'attaquant Leo Komarov devrait lui aussi s'absenter en raison d'une blessure au bas du corps subie lors du deuxième affrontement.

C'est donc dire que les Maple Leafs compteront encore davantage sur leurs trois ténors pour produire. Et comme ils auront le dernier changement, Mike Babcock pourra éviter d'envoyer le trio de Matthews contre celui de Bergeron, qui a limité Matthews à aucun point et neuf tirs à Boston.

« Je ne sais pas à quoi ressembleront les confrontations, a déclaré Matthews. Je crois que nous avons fait du bon travail contre eux. Ils ont marqué, pas nous. »

Les observations de Babcock sur le travail de ses ouailles face au trio de Bergeron étaient beaucoup moins encourageantes que celles de Matthews.

« Leur trio a beaucoup trop de plaisir et nous devons nous pencher là-dessus. »

Ça n'a pas été aussi plaisant pour les Maple Leafs. Nylander, comme Matthews, est toujours en quête de son premier point. Marner en compte deux (un but, une aide), mais il n'a pas été ménagé par les Bruins qui lui ont servi de solides mises en échec.

Marner a mené les Maple Leafs au chapitre des points avec 69 (22 buts, 47 aides), suivi par Matthews (34 buts, 29 aides, 63 points) et Nylander (20 buts, 41 aides, 61 points). La solution des Bruins a été simple jusqu'ici : forcer ce trio à demeurer dans son territoire avant qu'il puisse prendre son envol.

« Il faut placer la rondelle derrière eux pour que les 20-30 premières secondes de leur présence ne se passe pas en zone offensive, a expliqué l'attaquant des Bruins David Backes. Je pense que Matthews a trouvé son rythme en deuxième moitié de match. Nous devons le neutraliser et ne pas lui donner trop d'espace. Nous devons limiter son temps et son espace.

« S'il doit jouer défensivement et qu'il n'a pas la rondelle, c'est bien. Ça doit être notre priorité peu importe quel trio l'affronte. »

Peu importe si c'est celui de Bergeron qui leur fait face, Matthews, Marner et Nylander doivent être beaucoup plus agressifs en contre-attaque. En séries, vous devez vous battre pour chaque pouce. 

Les statistiques et un peu d'observation permettent de constater qu'ils n'ont pas fait ça.

« Je crois que nous avons toujours beaucoup de confiance, a dit Marner. Nous sommes une jeune équipe, nous sommes affamés et nous voulons être meilleurs chaque jour. C'est une autre occasion de grandir.

« C'est un nouveau jour, nous sommes de retour à la maison, dans notre lit. C'est le moment de récupérer. »

Patrnak (quatre buts, cinq aides), Marchand (un but, cinq aides) et Bergeron (cinq aides) ont été l'histoire des deux premiers matchs de la série à Boston. Matthews espère que le changement de ville fera aussi tourner le vent.

Pour ce faire, lui, Marner et Nylander devront mener la charge.

« Il faut simplement prendre une grande respiration, a déclaré Matthews. Nous avons besoin de deux victoires à domicile. Il faut aborder les choses un match à la fois.

« D'être à Toronto, ça signifie beaucoup. Nous devons nous en servir à notre avantage. Ça commence lundi. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.