Skip to main content

Le fascinant parcours d'Alexandre Grenier

L'attaquant du Rocket de Laval est loin d'avoir suivi une route conventionnelle pour avoir la chance de jouer dans la LNH

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

Pour avoir une chance de jouer dans la LNH, un joueur doit se tailler une place dans les meilleures ligues de développement sur la planète. Il doit être repêché dans le junior majeur, ou bien suivre la voie des meilleurs collèges américains. Ce joueur doit dominer pour suffisamment se faire remarquer et attirer les regards des dépisteurs de la LNH. Par la suite, le joueur fait directement le saut ou bien passe quelques années dans la Ligue américaine de hockey pour parfaire son développement. 

Voilà donc un parcours typique d'un jeune joueur de hockey qui aspire à faire carrière dans la meilleure ligue du monde. Dans le cas d'Alexandre Grenier, ce n'est pas exactement ce qui s'est passé. Pas du tout! On vous raconte son histoire… rocambolesque et inspirante.

**

Québec - 26 décembre 2010. Alexandre Grenier entre pour la première fois dans le vestiaire des Remparts. Un grand garçon de 6 pieds, 5 pouces souriant, heureux d'être là. 

« En voilà un autre qui s'en vient remplir un chandail », se dit l'attaquant Olivier Hinse dans un coin du vestiaire. Et pour cause. Grenier s'apprête le lendemain à disputer son premier match en carrière dans la LHJMQ tardivement, à l'âge de 19 ans. Il s'en vient littéralement dépanner les Remparts entre Noël et le Jour de l'An pendant que trois de ses porte-couleurs sont partis au Championnat mondial de hockey junior disputé à Buffalo.

« Merci d'être là, lui dit l'entraîneur Patrick Roy. On va te donner du temps de glace et fait ton possible. »

Le hockey étant un sport d'opportunité, au joueur de la saisir quand elle se présente. Grenier n'avait absolument rien à perdre, tout à gagner. Qui sait? Une bonne performance pendant ses trois matchs pourrait lui permettre de garder de précieux souvenirs d'avoir porté les couleurs des Remparts devant plus de 12 000 spectateurs dans le vieux Colisée. Il ne tarde cependant pas à attirer l'attention dès son premier entraînement pendant que ses coéquipiers tentent de digérer tranquillement la tourtière des fêtes.

« Qu'on le veuille ou non, un joueur qui débarque du junior AAA, tu ne t'attends pas à grand-chose, se remémore Hinse. Tout ce que tu souhaites, c'est qu'il ne te nuise pas sur la glace et qu'il t'aide à gagner du mieux possible. "Greener", c'est un grand nounours, toujours souriant. Il avait l'air bien gentil. Puis dès sa première pratique, on n'en revenait pas. Tu voyais tout de suite qu'il avait de bonnes mains, mais surtout, un tir frappé incroyable. Je ne comprenais pas pourquoi il ne jouait pas encore dans le junior majeur. »

Les Huskies de Rouyn-Noranda sont en visite à Québec et goûtent à la médecine d'Alexandre Grenier. Il marque en troisième période son premier but en carrière dans la LHJMQ, ce qui allait devenir le but d'assurance d'une victoire décisive de 7-3 des Remparts. Nommé la troisième étoile de la rencontre, Grenier allait ensuite poursuivre sur sa lancée avec deux autres bonnes prestations contre les Voltigeurs de Drummondville et le Drakkar de Baie-Comeau quelques jours plus tard. Ses deux buts contre le navire nord-côtier permettent aux Remparts de l'emporter 5-3. Devant 12 899 spectateurs au Colisée, Grenier est nommé première étoile.

« Écoute bien, Alex. On n'a pas le choix de te garder, si ça te tente de rester chez nous. Sinon, il y a trois autres équipes qui te veulent. Si tu veux rester, tu as une place dans le vestiaire des Remparts. »

Ces mots de Patrick Roy demeurent encore frais à la mémoire du nouvel attaquant du Rocket de Laval, plusieurs années plus tard. Un rebondissement de plus dans un parcours des plus atypiques.

*** 

Septembre 2008 - Alexandre Grenier se prépare à participer au camp d'entraînement des Panthères de Saint-Jérôme dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Âgé de 17 ans, Grenier s'était fait remarquer l'année précédente par un recruteur des Panthères dans un tournoi de calibre Midget BB de l'école la Magdeleine à Saint-Constant. Repêché entre la septième et la onzième ronde du repêchage de la LHJAAAQ (il ne se souvient plus précisément où!), Grenier a bon espoir de se faire une place dans une des bonnes formations du circuit.

Comble de malchance, il est victime d'un accident de voiture avec un ami au début du camp d'entraînement qui le laisse aux prises avec une commotion cérébrale et une blessure au poignet. Incapable de se faire justice au camp d'entraînement, terminé les espoirs de jouer avec les Panthères.

« Je me suis retrouvé dans le junior AA avec des amis. En cours de saison, les Panthères m'ont appelé pour me dire qu'ils allaient me libérer, que ça ne servait à rien de me garder sur leur liste. Mais ils ont cru bon m'inviter à participer à un camp ouvert la saison suivante au coût de 65$. J'ai donc payé mon 65 $ comme n'importe qui et après 2-3 jours, ils m'ont dit qu'ils allaient me signer pour me garder! », se rappelle Grenier dans le vestiaire du Rocket avec un grand sourire, bien sûr.

En fait, le principal intéressé n'a jamais douté de ses capacités à jouer parmi les meilleurs dans son sport favori. Véritable passionné de hockey, Grenier s'est développé davantage sur la patinoire extérieure de son quartier que dans le hockey organisé.

«J'ai toujours cru que j'étais capable de jouer dans cette ligue-là (junior AAA), affirme Grener. J'ai toujours eu de bonnes mains, un bon tir. J'ai toujours mis l'accent là-dessus. Malgré que je n'ai pas joué midget AAA, j'étais sur la glace presque tous les jours quand même. Ce n'était pas toujours à l'intérieur, c'était souvent dehors. Dès que je revenais à la maison, je sortais jouer dehors. Moi, les devoirs, je les faisais sur la glace à l'extérieur! 

Mon premier amour a toujours été le hockey. Il n'y a jamais eu un seul moment dans ma carrière où le hockey n'a pas fait partie de moi. C'est probablement à cause de ça que j'ai continué à jouer. »

Rejoint au téléphone, son père Jean Grenier abonde dans le même sens et nous partage une savoureuse anecdote.

« Alexandre a toujours été comme ça. Nous l'avions inscrit à des cours de patinage artistique quand il était plus jeune, question qu'il apprenne à patiner. Pendant huit cours, au lieu de patiner avec les autres, il s'asseyait dans le coin de la patinoire et observait. Rendu à l'évaluation finale, Alexandre était beaucoup trop orgueilleux pour ne rien faire. Il s'est levé, et il savait patiner! » 

***

Saint-Jérôme - 4 septembre 2010 - Le recruteur-chef des Remparts de Québec, Jean Gagnon, assiste au « challenge » de la LHJAAAQ qui met en scène toutes les formations du circuit dans la même ville, le temps d'un week-end. Le but avoué étant de permettre à des recruteurs du niveau supérieur de ne pas avoir à se déplacer bien loin pour voir toutes les équipes de la ligue, en même temps.

« Je l'ai trouvé bon au premier coup d'œil, a mentionné Gagnon. Par contre, mon premier réflexe a été de penser que s'il jouait encore dans le junior AAA à 19 ans, c'était qu'il voulait sûrement se garder des options ouvertes pour les États-Unis. J'ai donc gardé son nom en note, mais je ne l'ai pas approché tout de suite. Finalement, en novembre, on se doutait que quelques-uns de nos joueurs allaient partir représenter leurs pays au Championnat mondial junior. Patrick (Roy) m'avait donné le mandat de trouver des joueurs capables de tenir leur bout dans la LHJMQ, pour que l'équipe demeure compétitive malgré l'absence de quelques piliers. À ma grande surprise, Alex n'a pas hésité longtemps et a tout de suite accepté de jouer pour les Remparts. C'est le genre de choses qu'un recruteur n'oublie pas, car ça n'arrive pas tous les ans de dénicher une perle rare de la sorte. »

« Patrick avait décidé de nous réunir avec Joé Dubé et la chimie n'a pas tardé à opérer entre nous trois. On s'entendait très bien sur la patinoire. Alex avait un tir foudroyant qu'il pouvait utiliser à bon escient en avantage numérique », raconte Hinse, qui poursuit aujourd'hui sa carrière dans la deuxième division allemande.

Il faut dire que Grenier n'avait plus rien à prouver dans le calibre inférieur avec 60 points en 33 matchs avec les Panthères.

Gagnon n'a jamais oublié le coup de fil que lui a passé Patrick Roy pour lui confirmer que Grenier allait terminer la saison à Québec.

« Je m'en souviens comme si c'était hier, a assuré Gagnon. J'étais en République tchèque pour dépister le talent quand Patrick m'a appelé pour me le dire. On n'avait pas le choix de le garder, il avait été dominant pendant les trois matchs à l'essai. Tout le crédit lui revient. Il a forcé la porte et n'a jamais regardé derrière. » 

***

St. Paul - Minnesota, 25 juin 2011 - Alors qu'il n'aurait jamais cru cela possible seulement quelques mois auparavant, Alexandre Grenier est repêché au troisième tour, le 90e joueur réclamé au total, par les Canucks de Vancouver. La famille avait décidé de ne pas faire le voyage pour le Minnesota tellement un tel scénario n'était pas dans les cartons.

« Alexandre avait rencontré plus d'une douzaine d'équipes, mais on ne savait pas si une d'entre elles allait décider d'utiliser un choix pour le réclamer, a expliqué Jean Grenier. On se doutait qu'il obtiendrait une invitation professionnelle, mais pas de là à se déplacer là-bas et vivre une déception. On avait suivi le repêchage via NHL Network, c'est comme ça qu'on l'a appris. Ce fut un moment mémorable pour toute la famille. »

Un joueur de 19 ans qui se fait sélectionner, c'est une denrée rare. Depuis la sélection de Grenier en 2011, seulement 10 joueurs de la LHJMQ âgés de 19 ans ou plus ont entendu leur nom à la séance de sélection. Incluant Grenier, trois joueurs ont touché à la LNH soit Ondrej Palat et MacKenzie Weegar. Notre homme est le seul Québécois de la liste.

*** 

Salzbourg, Autriche - Juillet 2012 - C'est l'année du lock-out dans la LNH. N'ayant pas de place pour lui dans la Ligue américaine, les Canucks décident d'envoyer Grenier parfaire son apprentissage en Autriche, chez les Red Bulls de Salzbourg, équipe dirigée par le Québécois Pierre Pagé. Maintenant âgé de 20 ans, le natif de Laval allait côtoyer sur la patinoire plusieurs vétérans de la meilleure ligue du monde, avec notamment Tobias Enstrom, Derek Dorsett, Derick Brassard et Johnny Boychuk.

« Ce fut toute une expérience de me retrouver comme ça aussi jeune en Europe, a reconnu Grenier. Là-bas, les gens parlent surtout l'allemand, alors ce fut un gros choc culturel. J'ai terriblement grandi comme personne là-bas en peu de temps. En jouant avec des joueurs de la LNH, j'ai vu ce que ça prenait comme préparation pour essayer de me rendre au prochain niveau. Ça a été la meilleure affaire qui ne pouvait pas m'arriver. »

Son père corrobore cette analyse.

« Pour Alexandre, ce fut un gros changement, car il ne parlait pas la langue, a rappelé Jean Grenier. À 20-21 ans, je pense qu'il s'est senti un peu seul parce qu'il jouait avec des gars beaucoup plus vieux que lui. Je pense qu'il a beaucoup appris là-bas. » 

C'est d'ailleurs lors d'une visite de son père qu'Alexandre a appris qu'il revenait en Amérique du Nord au terme du lock-out. Pour le passage à l'année 2013, Grenier allait poursuivre sa carrière chez les Wolves de Chicago dans la AHL, et chez les Wings de Kalamazoo dans la ECHL.

Après deux années complètes à Utica dans la AHL, il allait ensuite toucher à la LNH le 18 novembre 2015, à Winnipeg. Jusqu'à maintenant, Grenier revendique neuf matchs dans la grande ligue sans avoir inscrit de point.

*** 

Laval - Octobre 2018 - Alexandre Grenier est désormais un membre du Rocket de Laval et semble filer le parfait bonheur. Heureux de rentrer à la maison et se donner possiblement une dernière chance de décrocher un contrat de la LNH. Chose certaine, il croit toujours en son rêve.

« Ma carrière est loin d'être finie, a déclaré l'attaquant désormais âgé de 27 ans. Je dois continuer d'évoluer. Je suis content d'être à la maison, de jouer devant la famille et les amis. Mais j'aurais eu la même approche si ça avait été ailleurs. »

Le principal intéressé confirme qu'une rencontre décisive avec Joël Bouchard au cours de l'été l'a motivé au plus haut point de s'entendre avec le Rocket sur les bases d'un contrat de la Ligue américaine. Le nouveau pilote en ville croit encore aux chances de son poulain.

« Si tu veux un résultat différent dans la vie, il faut que tu fasses quelque chose de différent, a avancé Bouchard. Je suis demandant avec lui, je suis exigeant. Il sait dans quoi il s'est embarqué, et je suis content qu'il ait accepté de relever ce défi. Ce gars-là a un potentiel fou, et c'est le temps de mettre tout ça ensemble. C'est un beau challenge pour un entraîneur. 

« Ce sont des gars comme ça que tu essaies d'amener à un autre niveau. Il y a toujours quelqu'un qui regarde, il faut que tu sois bon. Il n'y a pas de secret dans cette ligue-là. Il faut que tu réussisses à voler la placer à un des meilleurs joueurs du monde. Il n'y a rien de facile. »

En terminant, Alexandre Grenier y va d'une longue réflexion sur son chemin parsemé d'embûches. Non, il n'y a jamais rien eu de facile.

«Quand je jouais junior AAA, mon but était de gagner la coupe, et après peut-être aller jouer en France, ou bien au collège, a soumis Grenier. Je ne savais pas trop où je m'en allais. Puis après ça, me faire repêcher la même année, c'est inimaginable. Par contre, je ne pense pas que je sois arrivé ici par hasard. Tu regardes des gars comme (Alex) Belzile, (Alex) Burrows… Ça prend beaucoup de détermination. D'avoir le sentiment d'avoir tout donné, de persévérer. De ne jamais arrêter quand les temps sont durs. Ça m'est arrivé à quelques reprises de songer à tout arrêter, quand ta carrière frappe un mur, de penser à faire autre chose que le hockey. Le chemin est long. Il faut passer à travers les obstacles. »

Un parcours inspirant, c'est le cas de le dire.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.