Skip to main content

Kotkaniemi et la vie dans la Ligue américaine

Le joueur de centre obtient beaucoup de temps de glace et évolue dans toutes les situations avec le club-école des Canadiens

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

HARTFORD - Les choses changent drôlement vite dans la vie du troisième choix au total du Repêchage 2018 de la LNH. Après un début de saison laborieux marqué par quelques blessures chez les Canadiens de Montréal, Jesperi Kotkaniemi doit passer par la Ligue américaine de hockey (LAH) afin de retrouver ses repères et aussi d'améliorer certains aspects de son jeu. 

C'est donc avec son traditionnel sourire au visage qu'il a pris le chemin de Laval pour parfaire son apprentissage, oui, mais aussi pour tenter de conduire le Rocket en séries.

À LIRE AUSSI : Marcotte : Le Rocket ne parvient pas à afficher de la régularitéCanadiens : Weber souffre d'une entorse à la cheville

Bien qu'il soit encore suivi à la trace par les partisans des Canadiens, Kotkaniemi semble se plaire dans l'environnement du Rocket, particulièrement à l'étranger. Il n'y a pas une armée de journalistes qui s'attendent à lui parler à chaque entraînement et à chaque match. Il y a bien quelques chasseurs d'autographes à l'occasion, mais rien d'aussi spectaculaire que les réflecteurs de la grosse ligue. Le jeune homme de 19 ans peut donc travailler son jeu en toute discrétion.

« Je suis content d'être ici », a mentionné Kotkaniemi lors d'un généreux entretien avec LNH.com à Utica. « J'ai l'occasion d'obtenir beaucoup de temps de glace dans plusieurs situations, comme les unités spéciales. Ça me donne la chance de toucher plus à la rondelle que dans la Ligue nationale. »

Dès le départ, l'entraîneur Joël Bouchard l'a jumelé avec Charles Hudon. Le marqueur de 24 buts chez le Rocket cette année connaît bien le Finlandais pour avoir disputé quelques matchs à ses côtés avec les Canadiens la saison dernière. 

« Premièrement, il est encore un si jeune joueur, a soulevé Hudon. Je pense que c'est une bonne chose qu'il se retrouve ici à Laval pour apprendre avec Joël. Je trouve qu'il a beaucoup apporté à mon jeu cette saison et je suis certain qu'il va apprendre beaucoup de choses de lui. Souvent, il va mettre l'accent sur les petits détails qui vont faire toute la différence dans certains matchs. »

En cinq rencontres avec les couleurs du Rocket, Kotkaniemi est toujours à la recherche de son premier but. Toutefois, les sept mentions d'aide à son compteur sont éloquentes, surtout ses cinq sur le jeu de puissance. Hudon en a été le principal bénéficiaire avec trois buts en avantage numérique grâce aux passes de Kotkaniemi.

« J'aime beaucoup jouer avec Charles, a poursuivi Kotkaniemi. C'est un bon joueur, qui est capable de bien me compléter. On a une bonne communication sur la glace. Tu as juste à lui passer la rondelle et il va s'occuper du reste. Il rend ma tâche beaucoup plus facile sur la glace. »

Tweet from @scottmatla: What a feed from Jesperi Kotkaniemi to Charles Hudon for another power play goal.Rocket lead 2-1! pic.twitter.com/XkXfT96xCY

Pour compléter le duo, Bouchard utilise tantôt Kevin Lynch, tantôt Riley Barber à droite de ses deux attaquants offensifs. Lynch fait partie des meilleurs du circuit au cercle de mises au jeu et peut certainement aider son jeune coéquipier à ce chapitre. Au cours de ses deux premières saisons dans la LNH, Kotkaniemi n'a pu faire mieux qu'une efficacité de 45,7 pour cent (2018-19).

« Il n'y a pas vraiment de recette pour s'améliorer au cercle de mises au jeu, il faut y mettre le temps, a mentionné Lynch. Il s'agit de ma septième année chez les professionnels et j'apprends encore plein de trucs au contact d'autres joueurs. Je pense vraiment que la Ligue américaine est le bon endroit pour apprendre. Je constate déjà des ajustements de sa part à tous les matchs depuis son arrivée avec nous. Et ça, c'est très positif. »

Kotkaniemi est conscient qu'il a encore des choses à travailler dans son territoire. On l'a vu perdre quelques batailles le long des rampes et il s'est rendu coupable de cinq pénalités mineures en autant de matchs, notamment sur quelques séquences où une enjambée supplémentaire l'aurait probablement empêché de commettre une faute. Le fait de faire bonne figure en zone offensive et sur l'avantage numérique, c'est bien, mais le jeu défensif le sera tout autant s'il veut revenir dans les bonnes grâces de l'entraîneur Claude Julien à Montréal.

« Il a la chance d'arriver ici et de faire des essais et des erreurs », a mentionné Bouchard après le premier match de Kotkaniemi, le 1er février à Laval. « Il y a certains jeux où je suis allé le voir pour lui dire de ne pas faire ça. S'il commet ces erreurs à Montréal, Claude ne le fera pas jouer. C'est souvent ce que je dis aux joueurs, ne pensez pas que ce sera plus facile à 15 minutes plus au sud au Centre Bell. De jouer et de performer dans la Ligue nationale, ce n'est pas facile. » 

Chose certaine, l'entraîneur du Rocket n'entend pas accorder le moindre répit à ses jeunes joueurs. Dès leur arrivée à Laval, Bouchard a accordé des rôles très importants non seulement à Kotkaniemi, mais aussi à l'attaquant Ryan Poehling et au défenseur Cale Fleury. Kotkaniemi s'est retrouvé au centre de la première unité à l'attaque, Poehling a été placé au centre de la deuxième, alors que Fleury est utilisé à toutes les sauces à la ligne bleue.

« La bonne nouvelle présentement, c'est qu'on donne du gros millage à nos jeunes », a soulevé Bouchard, mercredi après la défaite de 3-2 à Utica. « Ça fait des années que j'entends que les Canadiens devraient envoyer leurs jeunes dans la Ligue américaine. Vous voulez qu'ils jouent et qu'ils aient du millage? Et bien, ils en ont. Ils sont de tous les combats et ils se démènent avec ça. On avait un jeune devant le filet, une jeune brigade défensive, puis nos deux premiers centres sont des recrues. On va continuer de les pousser. »

Oui, les choses vont vite pour le jeune homme depuis deux ans. Kotkaniemi n'est pas le premier et ne sera pas le dernier à vivre une deuxième année plus difficile. Voyons voir maintenant s'il réussira à sortir le meilleur de ce passage à vide. Souhaitons que ce détour à court terme avec le Rocket soit salutaire dans le développement du jeune homme. Car l'avenir à long terme des Canadiens repose en grande partie sur ses épaules.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.