Skip to main content

Jack Eichel affamé de recommencer à jouer

L'Américain prêt pour un nouveau départ chez les Sabres

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

BOSTON -- Jack Eichel aborde la saison à venir comme un « nouveau départ ». C'est une nécessité pour les Sabres de Buffalo à la suite d'une série noire de sept saisons d'affilée sans participation aux séries éliminatoires.

« Plusieurs nouveaux visages s'amènent. Ç'a été une longue entre-saison, nous avons eu amplement le temps de réfléchir », a affirmé Eichel vendredi dans le cadre du match de hockey caritatif Comm Ave Charity Classic, mettant aux prises les anciens des universités de Boston et de Boston College.

« J'ai très hâte que la saison commence.

« L'état d'esprit dans l'entourage de l'équipe est bien meilleur, a-t-il continué. La confiance règne que si nous faisons les bonnes choses, nous obtiendrons plus de succès que les saisons précédentes. Je pense que ce sera une bonne saison. »

Ç'a été une entre-saison très occupée pour les Sabres, qui ont fait du défenseur Rasmus Dahlin le tout premier choix de la séance de repêchage, avant de faire l'acquisition des attaquants Conor Sheary et Jeff Skinner, de céder le joueur de centre Ryan O'Reilly aux Blues de St. Louis et d'ajouter le gardien Carter Hutton à titre de joueur autonome.

D'où l'optimisme qui anime Eichel à l'aube du camp d'entraînement.

« L'afflux de joueurs fait en sorte que plusieurs qui avaient un goût amer en bouche sont soient passés par-dessus leurs frustrations ou encore ils ne sont plus là. L'occasion est belle pour nous tous de faire nos preuves et de montrer notre valeur à la ligue. »

Un des nouveaux venus est Dahlin, l'extraordinaire talentueux défenseur qui devrait amener une nouvelle dimension aux Sabres. Eichel a pu le rencontrer à Buffalo cette semaine après avoir eu la chance de passer du temps en sa compagnie au début de l'été.

« J'ai appris à le connaître, a dit Eichel. Nous sommes réellement choyés de l'avoir avec nous. C'est un défenseur de concession qui va en mettre plein la vue et qui va nous être très utile. Uniquement que d'avoir patiné avec lui cette semaine, j'ai été à même de constater ses formidables aptitudes et sa grande intelligence au jeu. C'est également une bonne personne. Nous sommes très emballés de l'avoir avec nous. »

Les Sabres savent qu'un joueur du calibre de Dahlin, comme Eichel l'a dit, « peut changer le visage d'une concession ». Pas tout seul, mais avec l'aide de ses coéquipiers.

Avant d'envisager la saison, Eichel a repassé au peigne fin ses trois premières saisons dans l'uniforme des Buffalo, après avoir été le deuxième choix de la séance de repêchage 2015. Deux des saisons ont été coupées courtes en raison de blessures aux chevilles et aucune ne s'est terminée par une participation aux séries.

« Il y a eu des hauts et des bas. J'ai connu des séquences au cours desquelles j'ai bien fait et d'autres qui ont été plus difficiles que j'aurais voulu changer. Mais je sais quel type de joueur je suis et combien dominant je peux être. C'est ce que j'aspire d'être. »

« Vous repensez à ce qui n'a pas fonctionné et ce que vous pouvez changer sur les plans personnel et collectif. La réflexion vous permet de recentrer les objectifs de l'équipe. Nous avons également eu plusieurs bonnes rencontres avec les entraîneurs et les dirigeants. Nous sommes fins prêts à commencer. »

Les Sabres peuvent puiser leur inspiration dans le redressement que l'Avalanche du Colorado a orchestré la saison dernière. L'Avalanche a été de retour en séries après avoir été la pire équipe de la LNH en 2016-17.

Les Devils du New Jersey les ont imités après avoir obtenu la troisième pire récolte de points de la LNH en 2016-17.

Il y a donc de l'espoir pour les Sabres, particulièrement si Eichel peut demeurer en santé.

« Il y a toujours une raison d'être optimiste, a avancé Eichel. Vous regardez ce que des équipes comme l'Avalanche et les Devils ont accompli la saison dernière, les changements qu'ils ont opérés et l'approche différente qu'ils ont adoptée. Ce sont des modèles à reproduire pour nous. »

Pour Eichel, la courbe d'apprentissage a fluctué au cours de ses trois premières saisons. Il essaie encore de trouver sa place au sein de la ligue et des Sabres. On le voit dans un horizon proche être le capitaine de l'équipe. Il a d'autres chats à fouetter que de penser à ça.

« Il y a eu des hauts et des bas, a-t-il avoué au sujet de son début de carrière dans la LNH. « J'ai connu des séquences au cours desquelles j'ai bien fait et d'autres plus difficiles que j'aurais voulu changer. Mais je sais quel type de joueur je suis et combien je peux être dominant. C'est ce que j'aspire d'être. »

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.