Skip to main content

Greene et Zajac heureux d'être de retour en séries

Le défenseur et l'attaquant sont les seuls membres de l'édition des Devils qui a atteint la Finale en 2012

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal LNH.com

NEWARK, N.J. - Il y a eu les félicitations et ensuite l'accolade.

Pour le défenseur Andy Greene et le joueur de centre Travis Zajac, les deux vétérans des Devils du New Jersey, le bref moment de célébration qui a suivi la victoire de 2-1 face aux Maple Leafs de Toronto le 5 avril, celle qui leur a permis de confirmer leur place en séries, était pour eux.

« C'était une petite accolade, un petit sourire, a dit Greene, le capitaine des Devils. Et nous nous sommes dit : ''Il était temps''. »

Les Devils sont de retour en séries pour la première fois depuis 2012, alors qu'ils avaient perdu face aux Kings de Los Angeles en Finale de la Coupe Stanley. Ils ont maintenant beaucoup de chemin à faire après avoir perdu les deux premiers matchs de leur série de premier tour face au Lightning de Tampa Bay.

Le troisième match aura lieu au Prudential Center lundi (19h30 HE; CNBC, SN, TVAS2, MSG+, FS-F). Il s'agira du premier match de séries à domicile pour les Devils depuis le cinquième match de la Finale, le 9 juin 2012.

« C'est à propos de nous à ce temps-ci de l'année, a déclaré Greene après la défaite de 5-3 des Devils, samedi. Il faut prendre le contrôle des choses et nous assurer que nous sommes dans le bon état d'esprit, que nous sommes prêts et concentrés pour lundi. »

Être prêts et concentrés pour disputer un match de séries à domicile ne devrait pas être un problème pour Greene et Zajac. Ils attendent ce moment depuis longtemps.

Greene et Zajac, qui ont amorcé leur carrière dans la LNH en 2006, sont les deux seuls joueurs qui ont fait partie de l'édition qui a atteint la Finale, il y a six ans.

Greene avait 29 ans et Zajac en avait 27, lui qui avait célébré son anniversaire la veille du premier match de la Finale d'association de l'Est.

Ils avaient déjà pris part aux séries cinq fois en six saisons dans la LNH.

« Nous pensions que nous pouvions y participer chaque année, a affirmé Greene. Et puis nous les avons ratées cinq ans de suite. »

Greene a maintenant 35 ans et Zajac, 32. Ils portent des lettres sur leur chandail : Green porte le « C », Zajac le « A ». Ils sont probablement les deux leaders les plus importants de l'équipe même s'ils le font de différentes manières : Greene aime prendre la parole, Zajac est plus réservé.

« Il y a plusieurs gars qui ont quitté l'organisation, mais les deux sont toujours là, a dit l'ancien gardien des Devils, Martin Brodeur. Pour moi, de regarder Travis et Andy dans cette nouvelle équipe des Devils, de jouer d'une manière complètement différente, c'est amusant. C'est bien de voir des gars de mon époque qui sont toujours là. »

Pour les Devils de cette époque, les séries étaient presque acquises. En fait, ne pas gagner la Coupe Stanley était une déception.

« Nous sentions que nous étions censés y être », a indiqué Greene.

Ce n'est pas arrivé depuis 2012. Les Devils ont changé autour de Greene et de Zajac.

Zach Parise s'est entendu avec le Wild du Minnesota, Ilya Kovalchuk a quitté pour la Russie et David Clarkson a signé un contrat avec les Maple Leafs. Brodeur a disputé sept matchs avec les Blue de St. Louis avant de prendre sa retraite en décembre 2014.

Lou Lamoriello a été remplacé par le directeur général actuel Ray Shero en 2015. Peter DeBoer, qui en était à sa première saison en 2012, a été congédié en 2014-15; John Hynes a été embauché par Shero et en est à sa troisième campagne.

Patrick Elias a accroché ses patins en 2016. Adams Henrique a été échangé aux Ducks d'Anaheim, le 20 novembre.

Les Devils ont changé leur style, passant de la trappe à l'attaque. Ils ont traversé des moments difficiles, les pires en 2016-17 quand ils ont conclu la saison avec 70 points, leur plus bas total depuis 1988-89 (66).

« Au début, nous pensions que c'était une erreur de parcours et que nous allions être de retour l'année suivante, mais ça ne fonctionne pas comme ça, a dit Greene. Nous avons atteint le fond, mais nous n'avons jamais douté de la direction empruntée par cette équipe. Nous avions confiance. »

La clé, selon Zajac, était d'établir à nouveau la culture gagnante qui régnait à leur arrivée.

« Nous savions que nous étions capables d'aider cette équipe à revenir à cette culture », a fait valoir Zajac.

« Vous devez connaître des moments difficiles pour savoir de quel bois vous vous chauffez, a-t-il ajouté. Nous l'avons fait et nous avons la chance de jouer du hockey de séries. »

Il était temps.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.