Skip to main content

Événement de la décennie: la Classique hivernale 2014 au Michigan Stadium

Le match extérieur entre les Maple Leafs et les Red Wings devant 105 491 spectateurs a été choisi comme le meilleur événement des années 2010

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

À l'approche de l'annonce de la première et deuxième équipe d'étoiles de la décennie dans la LNH le 24 janvier (18 h 30 (HE); NBCSN), la LNH annoncera les meilleurs jeux, moments, événements, entraîneurs et équipes des années 2010.

Un gagnant, sélectionné par des membres de NHL.com et NHL.com International, sera dévoilé chaque jour à l'approche du dévoilement des deux équipes d'étoiles de la décennie. Aujourd'hui, l'événement de la décennie : la Classique hivernale 2014 entre les Maple Leafs de Toronto et les Red Wings de Detroit jouée au Michigan Stadium de Ann Arbor devant 105 491 amateurs le 1er janvier 2014.

L'événement de la décennie se résume à ceci.

Tyler Bozak se tenait au centre de la glace du Big House (surnom du Michigan Studium) entouré par 105 491 personnes, la plus grande foule de l'histoire de la LNH. Les Red Wings de Detroit et les Maple Leafs de Toronto étaient à égalité 2-2. Detroit était 1-en-3 en tirs de barrage, Toronto était 1-en-2. 

Bozak n'avait rien à perdre. Il savait que s'il ratait, les Maple Leafs auraient un autre lancer. S'il marquait, son équipe remporterait les honneurs de la Classique hivernale Bridgestone 2014 au Michigan Stadium de Ann Arbor au Jour de l'An. 

« Pour être honnête, j'étais probablement plus excité que nerveux », a avoué le joueur de centre. 

Les amateurs - à peu près moitié rouge, moitié bleu - tremblaient alors que Bozak a feinté à droite et à gauche avant de revenir sur son côté fort pour envoyer la rondelle derrière le gardien Jimmy Howard. 

Les Maple Leafs gagnaient 3-2.

Le rugissement ne ressemblait en rien à ce que Bozak avait pu entendre dans un amphithéâtre intérieur, des dizaines de milliers de partisans de Toronto célébraient alors qu'il tenait son bras droit en l'air et qu'il souriait sous sa cagoule. Ses coéquipiers l'ont assailli.

« C'était un moment excitant, évidemment un moment spécial dont je me souviens toujours, a mentionné Bozak. Je me vois m'amener vers le gardien… je ne suis pas un spécialiste du maniement de la rondelle en fusillade. J'essaie toujours de trouver une place où tirer. J'ai été plutôt chanceux d'avoir marqué. »

La LNH a tenu 29 matchs extérieurs et 12 Classiques hivernales. Ce qui différencie celle-là des autres et qui la classe comme événement de la décennie 2010 est la taille de la foule, les conditions météorologiques et la fin dramatique. 

Pour mettre en perspective la grosseur de cette foule, considérez que la plus récente Classique hivernale Bridgestone 2020 entre les Stars de Dallas et les Predators de Nashville au Cotton Bowl Stadium a attiré 85 630 spectateurs. Il s'agissait de la deuxième plus grande foule de l'histoire pour un match de la LNH et c'est à court du record par 19 861 personnes, ce qui équivaut à la capacité d'un amphithéâtre de la LNH.

Au moment de la mise en jeu initiale, il faisait -11 degrés Celsius et il neigeait. 

« C'était les conditions parfaites pour un match extérieur qui vous rappellent vos parties à la patinoire du coin lorsque vous étiez enfant », s'est souvenu Bozak, qui a grandi à Regina en Saskatchewan et qui joue maintenant pour les Blues de St. Louis. 

« Le fait qu'il neigeait aussi intensément a certainement rendu le tout encore plus mémorable. Ils ont dû pelleter assez rapidement, je me souviens, parce que la quantité de neige sur la glace était énorme. Ça change évidemment beaucoup la façon de jouer, mais c'était une expérience incroyable. »

Le Temple de la renommée du hockey a réclamé la cagoule que portait Bozak pour se protéger du froid. Lorsque les Blues ont rendu une bague de la Coupe Stanley au Temple le 8 octobre, il a pu la voir dans les archives. 

Bozak, qui avait aussi marqué plus tôt dans le match, a encadré le chandail qu'il portait à sa résidence d'été au Denver et possède toujours des bouteilles de vin que les Maple Leafs avaient commandées en guise de souvenirs. Elles portent des inscriptions, entre autres, du chiffre de la foule. Les souvenirs deviennent meilleurs avec l'âge. Ils pourront se remémorer celui-ci pour des années à venir.


Mercredi 15 janvier : Arrêt de la décennie - Braden Holtby, match no 2 de la Finale de la Coupe Stanley 2018

Jeudi 16 janvier : Entraîneur de la décennie - Joel Quenneville, Blackhawks de Chicago/Panthers de la Floride

Vendredi 17 janvier : Organisation de la décennie - Blackhawks de Chicago

Samedi 18 janvier : Série éliminatoire de la décennie - Finale de l'Ouest 2014

Dimanche 19 janvier : Match de la décennie - Match no 7 en première ronde des séries éliminatoires dans l'Association de l'Est entre les Bruins de Boston et les Maple Leafs de Toronto

Lundi 20 janvier : Événement de la décennie - Classique hivernale 2014, Maple Leafs de Toronto/Red Wings de Detroit

Mardi 21 janvier : Moment de la décennie - Le gala des 100 plus grands joueurs de la LNH en 2017

Mercredi 22 janvier : But de la décennie - Patrick Kane, match no 6 de la Finale de la Coupe Stanley 2010

Vendredi 24 janvier : Première et deuxième équipes d'étoiles de la décennie

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.