Skip to main content

Crosby enthousiaste à l'idée de soulever la Coupe trois fois de suite

« Il faut tout simplement que nous soyons prêts à relever les défis qui nous attendent », a confié le capitaine.

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

STAMFORD, Connecticut - Jeudi matin, Sidney Crosby s'est remis au travail en vue de remporter à nouveau la Coupe Stanley en rejoignant les espoirs des Penguins de Pittsburgh sur la patinoire du centre d'entraînement de l'équipe à Cranberry, en Pennsylvanie, avant de sauter dans un avion pour participer en après-midi à la Tournée des médias des joueurs de la LNH qui s'est déroulée au NBC Sports complex.

Avant le début officiel du camp d'entraînement le 15 septembre prochain, Crosby ne voulait pas rater l'occasion de chausser ses patins.

« Je serais resté sur la glace, a confié le centre de 30 ans avant de repartir à Pittsburgh dans la soirée. Comme ça faisait quelques jours que je n'avais pas patiné, je ne voulais pas m'arrêter. »

Après avoir remporté la Coupe Stanley et le trophée Conn Smythe à chacune des deux dernières saisons, en plus de décrocher les honneurs du tournoi et le titre de joueur le plus utile à son équipe lors de la Coupe du monde du hockey 2016 en septembre dernier, Crosby n'a pas pour autant l'intention de se reposer sur ses lauriers. Il a concilié quelques jours de repos supplémentaires à son horaire d'entraînement pour tenter de reprendre des forces après avoir participé à 203 parties dans la LNH (y compris celles en séries éliminatoires) et à six autres rencontres dans le cadre de la Coupe du monde lors de ses deux dernières saisons. Malgré une autre courte saison morte, Crosby est de nouveau prêt à se concentrer à atteindre son prochain objectif.

Évidemment, Crosby veut remporter la Coupe Stanley pour une troisième année de suite. Aucune équipe n'a réalisé pareil exploit depuis les Islanders de New York, qui ont remporté le trophée quatre années de suite, soit de la saison 1979-80 à celle de 1982-83, mais les Penguins ont l'habitude de réécrire l'histoire, eux qui ont remporté la Coupe deux saisons d'affilée pour la première fois depuis les Red Wings de Détroit (saisons 1996-97 et 1997-98).

« La saison dernière, nous ne savions pas trop à quoi nous attendre et ce fut fantastique, a commenté Crosby. Au début de la saison, nous voulions remporter le trophée à nouveau, mais nous ne savions pas trop comment y arriver. Ce n'est jamais facile. En plus, nous avons été durement touchés par les blessures. C'est génial que nous soyons parvenus à réaliser cet exploit parce que c'était l'objectif que nous nous étions fixé. Nous avons beaucoup appris de cette expérience et nous nous posons aujourd'hui la même question qu'il y a un an : comment allons-nous faire pour encore remporter la Coupe?

« Ce genre de défi me plaît. »

C'est cette quête incessante de la Coupe Stanley qui continue à motiver Crosby et à lui permettre de distancer ceux qui briguent son titre de meilleur joueur de la ligue. La saison dernière, le centre des Oilers d'Edmonton Connor McDavid a mené la LNH avec une récolte de 100 points (30 buts et 70 mentions d'aide) et remporté le trophée Hart remis au joueur le plus utile à son équipe, mais, comme plusieurs autres l'ont fait durant la Tournée des médias des joueurs, ce dernier n'a pas hésité à sacrer Crosby meilleur joueur de la LNH.

« Il a tout fait et tout remporté, a déclaré McDavid. Qu'il s'agisse d'honneurs individuels ou par équipe, il a tout raflé. Tout le monde cherche à se mesurer à lui et ce n'est pas pour rien. »

Crosby, qui a mené la LNH au chapitre des buts (44 buts) et partagé le deuxième rang des pointeurs (89 points) avec l'attaquant des Blackhawks de Chicago Patrick Kane la saison dernière, s'est dit flatté du compliment, avant de lancer humblement à son tour des fleurs à McDavid.

« La saison dernière, il a prouvé qu'il était le meilleur », a dit Crosby.

Même s'il prendra part à une 13e saison dans la LNH, Crosby trouve étrange le fait que les jeunes le prennent désormais en chasse.

« Je ne sais pas si je suis aussi bon qu'avant, a-t-il confié. Aujourd'hui, je suis l'un des plus vieux de notre équipe, mais je me vois comme l'un des jeunes depuis si longtemps que je ne m'en rends pas toujours compte. Enfant, j'étais toujours le plus jeune de mon équipe, comme je jouais dans des équipes d'une catégorie d'âge supérieure à la mienne. Je me suis toujours mesuré à des joueurs plus âgés. D'une certaine façon, c'est inhabituel et en même temps un nouveau défi pour moi. »

Il ne serait pas étonnant que Crosby relève aussi ce défi avec brio. Après s'être entraîné avec lui durant la saison morte dans leur ville natale de Cole Harbour, en Nouvelle-Écosse, l'attaquant de l'Avalanche du Colorado Nathan MacKinnon s'émerveillait de la façon dont Crosby continuait de repousser ses propres limites malgré ces exploits du passé.

« Je pense qu'il savoure la victoire durant une semaine avant d'être à nouveau tourmenté par la soif de victoire », a observé MacKinnon.

Crosby est conscient qu'il sera difficile de remporter la Coupe Stanley pour une troisième année d'affilée. Il a entendu les récits de la tentative précédente des Penguins, qui avaient tenté de remporter la Coupe pour une troisième année de suite lors de la saison 1992-93.

Cette saison-là, les Penguins avaient établi des records d'équipe pour le nombre de victoires (56) et le nombre de points (119), ce qui ne les avait toutefois pas empêchés de perdre la finale de la section Patrick en sept parties aux mains des Islanders sur un but en prolongation de David Volek.

« Certains anciens des Penguins m'ont confié que cette équipe était meilleure que celles qui avaient remporté la Coupe Stanley les deux saisons précédentes, a ajouté Crosby. Et malgré tout, elle s'est inclinée. »

En début de saison, Crosby est aussi conscient que les Penguins pourraient ne pas être aussi bons que la saison dernière. L'équipe a perdu plusieurs joueurs importants au cours de la saison morte, notamment les attaquants Chris Kunitz (qui s'est entendu avec le Lightning de Tampa Bay), Nick Bonino (qui a conclu une entente avec les Predators de Nashville) et Matt Cullen (qui a signé un contrat avec le Wild du Minnesota), les défenseurs Trevor Daley (qui a paraphé un contrat avec les Red Wings de Détroit) et Ron Hainsey (qui s'est entendu avec les Maple Leafs de Toronto), et le gardien de but Marc-André Fleury (réclamé par les Golden Knights de Vegas lors du repêchage d'expansion de la LNH).

Malgré tout, le noyau des Penguins, qui comprend entre autres Crosby, Evgeni Malkin, Phil Kessel, Kris Letang et Matt Murray, est demeuré intact et le directeur général Jim Rutherford a démontré par le passé sa capacité à combler les besoins de son équipe à mesure que la saison progresse.

« Nous sommes conscients que nos chances semblent minces, mais nous ne nous démontons pas, a avancé Crosby. Nous croyons en nos moyens et savons que la chance peut nous sourire, alors pourquoi pas? Nous entreprendrons la saison à venir en croyant dur comme fer que nous pouvons à nouveau remporter les grands honneurs. Pour atteindre cet objectif, il faut tout simplement que nous soyons prêts à relever les défis qui nous attendent. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.