Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Demandez à Gerv! no 4

Le gérant de l'équipement Pierre Gervais répond aux questions des fans

par canadiens.com @canadiensmtl / canadiens.com

Vous avez des questions pour le gérant de l'équipement des Canadiens, Pierre Gervais? Il a les réponses! Chaque semaine, il répondra à des questions que les partisans lui ont posées par l'entremise des réseaux sociaux. Voici donc la quatrième chronique «Demandez à Gerv»!

Pour lire la chronique précédente, cliquez ici.

1. Question de Marie-Pierre Villeneuve, par Facebook.

Ce serait bien de connaître un peu Shea Weber. Quelle est sa routine, comment est-il avec le personnel responsable de l'équipement et quelles sont ses exigences? On n'en connaît pas beaucoup sur ce joueur-là.

Shea Weber, c'est un gars de très grande classe. Je l'ai côtoyé avec les équipes olympiques, alors je le connaissais déjà. Il n'est vraiment pas demandant. Il fait sa petite affaire. Il est d'un calme, mais d'un calme qui impose le respect. C'est un gars très poli. Tant qu'il a ses choses à lui, qu'il a assez de bâtons, ses affaires, il ne demandera jamais rien. Il se prépare pour tous les matchs avec un grand sérieux. Il est très consciencieux. Même un match durant la saison régulière, tu penserais que c'est une finale de la Coupe Stanley en le regardant. Il prend ça très à cœur. C'est un des gars qui arrivent le plus tôt. 

2. Question de Dino Sartoretto, par Facebook.

Quel est le budget de l'équipe pour les bâtons?

Les budgets restent confidentiels, mais on compte environ une centaine de bâtons par joueur, par année. En partant, c'est un bâton par match, plus le camp d'entraînement et tout ça. Pour les bâtons du camp de développement, c'est un budget à part.

3.   Question de Jean-Marc Daudelin, par Facebook.

Quelle est ta routine lors d'une journée de match? À quelle heure arrives-tu et à quelle repars-tu après ta journée?

Habituellement, j'arrive tôt le matin. J'aime m'entraîner, alors j'arrive vers 6h ou 6h30. Je m'entraîne. Je déjeune - on a un traiteur ici - et j'aime faire mes trucs à moi avant que les joueurs arrivent. Je prépare mes patins, pour l'entraînement et pour le match. Ensuite, quand les gars arrivent, il y a toujours des petites choses à faire ici et là, il y a des représentants de compagnies qui viennent, ainsi de suite. Quand les gars embarquent sur la glace, pour moi, c'est le bon moment pour faire tout la paperasse : les commandes, les factures, ces choses-là. J'en profite aussi pour prendre de l'avance sur l'horaire de la semaine, je prépare notre voyage si on va à New York, par exemple. On essaie toujours d'avoir un bon pas d'avance. Durant un match, je suis sur le banc et je pense déjà au lendemain et au surlendemain. C'est comme ça, on n'a pas le choix.

Après l'entraînement, je repars d'ici vers 12h30 et je retourne au Centre Bell pour 16h. Entre temps, je fais des commissions, je vais à la maison, je me repose, je prends ça cool.

Après le match, je reviens chez moi à peu près une heure après le match. Pierre «Steamer» Ouellette reste plus longtemps. Sa routine est bien différente. On a tous une routine bien différente. 

On est quatre. Habituellement Pat (Langlois) s'en vient ici (le Complexe sportif Bell à Brossard) pour porter l'équipement. «Steamer» reste là-bas (Montréal) pour finir le lavage, pour que ce soit prêt pour le prochain match.

Sur la route, c'est la même chose, même routine, mais ce n'est pas nous qui faisons les trucs pour les autres clubs, ce sont eux qui le font pour nous. Mais pour moi, ce sont les mêmes heures. J'arrive tôt et je reviens toujours à l'hôtel l'après-midi pour retourner à l'aréna vers 16h.

Je ne dors pas beaucoup, mais je me reprends l'après-midi. J'essaie de faire une sieste justement parce que les nuits sont parfois courtes. On se couche tard, on se lève tôt. Mais je suis un gars qui essaie d'être très discipliné, de me coucher tôt, de bien manger et de m'entraîner parce que les horaires sont difficiles. À 55 ans, ce n'est plus comme à 25!

En voir plus