Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Demandez à Gerv! no 3

Le gérant de l'équipement Pierre Gervais répond aux questions des fans

par canadiens.com @canadiensmtl / canadiens.com

Vous avez des questions pour le gérant de l'équipement des Canadiens, Pierre Gervais? Il a les réponses! Chaque semaine, il répondra à des questions que les partisans lui ont posées par l'entremise des réseaux sociaux. Voici donc la troisième chronique «Demandez à Gerv»!

Pour lire la chronique précédente, cliquez ici.

1.   Question de Sebastien Ritter, par Twitter

Combien de cols roulés commande Tomas Plekanec?

Avec une douzaine, il fait une saison.

2.   Question de Brianna, par Twitter.

Quelle est la pièce d'équipement la plus bizarre que tu aies vue?

La plus bizarre… C'est pas mal tout standard, sauf que des fois, il y a des joueurs qui ont des ajouts pour les coudes, dans le dos, en bas des épaulettes, par exemple. Il y en a qui se font rajouter de la protection. Malheureusement, pour les joueurs de hockey professionnels en général, c'est plutôt «moins ils en ont, mieux c'est». C'est nous qui devons nous battre avec eux pour essayer de garder le plus possible leur pièce d'équipement intacte! Les gants viennent toujours avec des petits protecteurs à l'intérieur et les gars enlèvent tout ça. Mais ici à Montréal, on est très sévères sur ça. 

Il y en a avec de l'équipement… ça n'a même pas de bon sens! On voit des gars qui arrivent avec du vieil équipement, comme Steve Ott récemment. Je pense qu'il a les mêmes épaulettes depuis le junior. Et n'essaie pas de le faire changer; oublie ça! Il est habitué comme ça et il ne veut rien savoir!

3.   Question de Stéphane M. Pichette, par Facebook

Comment assignez-vous les numéros?

Marc Bergevin est pas mal impliqué dans le choix des numéros des joueurs qui sont avec nous toute la saison. Il y a des directeurs généraux qui le sont, d'autres pas. Marc aime ça, s'impliquer pour les numéros. Pas lors des camps d'entraînement, mais quand un nouveau joueur arrive, oui. Si on signe un contrat avec un nouveau joueur, on se téléphone et je lui dis ce qu'il y a de disponible. Généralement, Marc choisit pour le joueur, à moins que celui-ci me fasse une demande. S'il veut vraiment tel numéro - évidemment, les numéros sont déjà retirés, on oublie ça -, je le dis à Marc, mais c'est lui qui les approuve au bout du compte.

S'il y a une transaction lorsqu'on est sur la route, j'ai des chandails sans nom et sans numéro. Je peux faire n'importe quoi. Si je n'ai pas beaucoup de temps, je peux en faire un sur place. On traîne toujours une machine à coudre avec nous et Pat Langlois, mon adjoint, est très, très bon avec ça. Il peut monter un chandail tout de suite si on est mal pris. Sinon, la broderie avec qui ont fait affaire (CSG international ) est très rapide. Si je le sais la veille, à moins qu'on soit aux États-Unis et que ce soit long avec les douanes, la broderie est très rapide pour qu'on reçoive le chandail à temps. Des fois, je le sais juste avant de partir et ils viennent me le porter à la dernière minute.

Dès qu'il y a une transaction, je vérifie quel numéro a le joueur avec l'autre équipe. J'appelle souvent le joueur moi-même. Andrew Shaw, par exemple, avait le no 65 à Chicago et il était disponible ici. J'ai dit à Marc qu'il voulait garder le même numéro et il a dit qu'il n'y avait pas de problème. 

Au camp d'entraînement, je les assigne en fonction des grandeurs de chandails. Le numéro n'a pas vraiment d'importance. Les jeunes sont juste contents d'être ici!

 

En voir plus