Skip to main content

Séries éliminatoires : Les éléments à retenir des matchs du 26 avril

Staal a encore fait la différence pour les Hurricanes; un jeu de puissance coûteux pour l'Avalanche

par LNH.com @LNH_FR

Tout au long des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, LNH.com va effectuer un retour sur les principaux éléments des matchs de la veille, que ce soit des statistiques étonnantes, des intrigues pertinentes en passant par les héros du jour. Voici ce qu'il faut retenir des matchs du 26 avril.

Staal sonne la charge à nouveau

Décidément, l'attaquant Jordan Staal se plait à faire la différence pour les Hurricanes de la Caroline en séries éliminatoires, et il a encore été un joueur clé dans la victoire de 1-0 des siens face aux Islanders de New York dans le match no 1 de la série de deuxième ronde de l'Association de l'Est.

Après 4:04 en prolongation, Staal a touché la cible pour permettre à la Caroline de remporter un troisième match consécutif, un cinquième en six sorties.

À LIRE AUSSI : Les Islanders ne sont pas inquiets et se préparent pour le match no 2Les Hurricanes marquent un seul but pour vaincre les IslandersBurns et les Sharks l'emportent sur l'Avalanche dans le match no 1

Il s'agit de la troisième partie de suite au cours de laquelle Staal est l'un des héros des Hurricanes. Dans le match no 7 de la série contre les Capitals de Washington, c'est lui qui a inscrit le filet égalisateur en début de troisième période avant que son équipe l'emporte en deuxième prolongation. Auparavant, dans le match no 6, un gain de 5-2, son but s'est avéré être celui de la victoire.

« Je ne sais pas trop d'où vient cette production offensive, mais je ne peux pas me plaindre », a déclaré Staal, qui a amassé quatre points (trois buts, une passe) lors des trois derniers matchs. « Nous avons entamé le match avec de la confiance et en sachant que notre jeu s'améliore. Nous devons continuer ainsi et espérer que les choses continuent à tourner en notre faveur. »

Video: CAR@NYI, #1: Staal tranche en prolongation

Qui aurait osé prédire qu'après huit matchs de séries, Staal serait le deuxième meilleur marqueur des Hurricanes avec sept points, dont quatre filets, devant des joueurs comme Sebastian Aho (cinq points) et Teuvo Teravainen (quatre) notamment. Staal, âgé de 30 ans, a dû se contenter de 28 points (11 buts, 17 passes) en 50 matchs avec la Caroline cette saison.

« Il n'en a pas plus à donner », a mentionné l'entraîneur des Hurricanes Rod Brind'Amour au sujet de Staal. « Il ne peut pas en donner plus qu'à l'heure actuelle, c'est impossible. Il n'a pas toujours obtenu les résultats escomptés, mais en ce moment, on commence à voir ce qu'il peut accomplir. »

Et Staal ne fait pas qu'inscrire son nom sur la feuille de pointage.

Le joueur de centre a 43 mises en échec au compteur depuis le début des séries, un sommet dans la LNH à égalité avec William Carrier des Golden Knights de Vegas. Il affiche également un taux d'efficacité de 53,5 pour cent au cercle des mises en jeu en séries, le sixième plus haut total de la LNH chez les joueurs ayant pris au moins 100 mises en jeu.

Les Hurricanes auront besoin que Staal continue à contribuer offensivement, car les Islanders ne leur donneront pas beaucoup d'occasions. Encore vendredi, les Islanders ont pratiqué le style de jeu défensif qui leur a permis de connaître tant de succès en saison régulière. Robin Lehner a fait face à 32 tirs, mais New York a accordé peu d'occasions de qualité.

« Je ne pense pas devoir faire beaucoup de changements », a estimé l'entraîneur des Islanders Barry Trotz. « Si nous avions profité de nos occasions tôt dans la rencontre, le résultat aurait peut-être été différent. Leur gardien a bien joué, mais le nôtre aussi. »

L'avantage numérique coule l'Avalanche

Les quatre buts sans réplique des Sharks de San Jose à partir de la moitié de la deuxième période leur ont permis de gagner et de prendre les devants 1-0 dans la série de deuxième ronde de l'Association de l'Ouest face à l'Avalanche du Colorado, mais le véritable moment décisif de la rencontre est peut-être survenu quelques minutes plus tôt.

L'Avalanche venait de prendre les devants 2-1 avec un but de Colin Wilson sur le jeu de puissance à 3:56 quand, une minute plus tard, le défenseur des Sharks Brenden Dillon a écopé une punition de quatre minutes pour un bâton élevé à l'endroit de J.T. Compher.

Video: COL@SJS, #1: Wilson redirige la rondelle en A.N.

La porte était ouverte pour frapper une fois, peut-être même deux, et donner un sérieux coup dans les flancs de San Jose. Mais le Colorado a fait chou blanc, étant incapable de menacer sérieusement le gardien des Sharks Martin Jones.

« Ça peut faire la différence, particulièrement pour nous à ce moment-là dans le match », a affirmé l'entraîneur de l'Avalanche Jared Bednar. « Si nous avions obtenu un autre but, nous aurions eu une avance de deux buts. Nous n'avons pas obtenu beaucoup de bonnes chances. Nous avons pris quelques tirs. Landeskog a décoché un tir bas et [Jones] a sorti la jambière, mais il n'y a eu aucune chance de qualité. »

Non seulement le Colorado n'a pas ajouté à son avance, mais le momentum a basculé en faveur des Sharks à partir de ce moment, et on connait la suite. Joe Thornton, Kevin Labanc et Brent Burns ont frappé tour à tour en 8:55 et les Sharks sont retournés au vestiaire avec une avance de 4-2 après deux engagements.

Video: COL@SJS, #1: Labanc inscrit un but de toute beauté

« On pouvait sentir qu'il y avait un peu plus d'énergie, a confié Thornton. C'était une punition de quatre minutes, mais nous avons tiré de la confiance d'avoir écoulé cette pénalité et on a démarré la machine à partir de là. »

Le fait d'avoir résisté pendant quatre minutes est impressionnant quand on sait que les Sharks ont entamé le match no 1 face à l'Avalanche en étant l'équipe ayant accordé le plus de buts en désavantage numérique depuis le début des séries (huit), à égalité avec les Golden Knights de Vegas. Leur efficacité de 72,4 pour cent en infériorité numérique était la troisième pire de la LNH depuis le début des séries. De son côté, l'Avalanche affichait un respectable rendement de 5-en-25 (20 pour cent) avec l'avantage d'un homme.

« Nous avions besoin de ça », a affirmé l'entraîneur de San Jose Peter DeBoer. « En entrant en séries et après la première ronde, nous avions dit que nos unités spéciales devraient nous permettre de gagner des matchs et j'ai trouvé que notre désavantage numérique a été une partie importante de la victoire de ce soir. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.