Skip to main content

Repêchage 2018 : Serron Noel, un rapide géant

À 6 pieds 5 pouces et 200 livres, l'attaquant affiche un coup de patin qui est presque déjà digne de la LNH

par Mike G. Morreale @mikemorrealenhl / Journaliste NHL.com

Le terme « talent brut » peut être galvaudé dans le monde du dépistage, mais il est difficile de trouver meilleur qualificatif pour décrire l'ailier droit Serron Noel, des Generals d'Oshawa (OHL).

C'est parce que le seul entraînement spécialisé que Noel a suivi depuis son arrivée à Oshawa s'est fait en compagnie de l'ancienne patineuse artistique devenue entraîneuse, Shelley Kettles.

Noel (6 pieds 5 pouces, 200 livres) a la taille et la force que les équipes de la LNH recherchent chez un espoir, mais ce qui pourrait en surprendre quelques-uns, c'est que son coup de patin est presque déjà digne de la LNH.

« J'ai commencé les cours de patinage l'été dernier, deux fois par semaine, a indiqué Noel. Je me suis incroyablement amélioré et je me sens plus stable sur mes patins comparativement à l'an dernier. »

Noel a rencontré Kettles par l'entremise de son ancien entraîneur, l'ancien défenseur de la LNH Jason York. Il considère d'ailleurs ce dernier comme celui qui a eu la plus grande influence sur sa carrière.

« Il m'a dirigé pendant six ans et ce fut une superbe expérience, a dit Noel. Il a commencé à travailler avec moi alors que je n'étais pas un bon patineur et il a poursuivi durant les tournois printaniers et les camps estivaux. »

York a d'abord dirigé Noel alors qu'il était âgé de neuf ans et qu'il évoluait dans l'Association de hockey mineur de Nepean, en Ontario. Il a tout de suite partagé ses impressions positives avec Dean Noel, le père de Serron, après le premier match.

Dean a joué dans la Ligue canadienne de football durant cinq saisons avec Ottawa et Hamilton, mais n'avait aucun intérêt à voir son fils jouer au football.

Le hockey était le sport tout désigné et les commentaires positifs de York sont venus à un bon moment.

« Je lui ai dit que son fils serait tout un joueur dans quelques années, a indiqué York. On entend souvent que c'est un talent brut, mais Serron n'a suivi que des cours de patinage dans sa carrière. Je pense que (Kettles) a modifié quelques aspects de sa motion pour lui permettre d'être meilleur.

« Il est bien dirigé à Oshawa, mais je crois que l'équipe qui va le repêcher obtiendra un joueur qui est très près du sommet de sa courbe de développement. »

Noel a totalisé 53 points (28 buts, 25 aides), cinq buts en avantage numérique et 105 tirs au but en 62 rencontres cette saison, une nette amélioration par rapport à ses 21 points (huit buts, 13 aides) récoltés en 62 matchs l'an dernier.

Il a amorcé la campagne en aidant le Canada à décrocher la médaille d'or au tournoi Ivan Hlinka et a enfilé le chandail de l'équipe Orr lors du Match des meilleurs espoirs de la LCH/LNH, en janvier.

« J'aime utiliser mon physique et je veux séparer mes adversaires de la rondelle et donner un peu plus d'espace à mes coéquipiers, mais j'ai aussi de bonnes mains et je peux créer des chances de marquer, a-t-il indiqué. Je veux trouver l'équilibre en jouant de manière physique, mais aussi en me servant de mes habiletés pour être un joueur plus complet. »

Comparé à Wheeler

Karl Stewart, qui évalue les espoirs de la OHL pour le Bureau de dépistage de la LNH, aime bien comparer Noel à l'attaquant des Jets de Winnipeg Blake Wheeler.

Noel est considéré comme le 10e meilleur espoir en Amérique du Nord en vue du repêchage, qui se tiendra les 22 et 23 juin au American Airlines Center de Dallas. Wheeler était quant à lui classé 17e en 2004.

« Je pense à Wheeler quand je vois Noel en raison de son gabarit, de son coup de patin et de ses mains. Quand il met tout ça ensemble, tu ne peux pas lui enlever la rondelle, a-t-il expliqué. Il est encore jeune et c'est emballant de penser au joueur qu'il deviendra en vieillissant.

« Son coup de patin est presque à point pour la LNH. Il peut contourner ses adversaires et il a une bonne accélération. »

York, qui est maintenant analyste au réseau Sportsnet peut aussi voir les similitudes entre les deux joueurs.

« Blake est un peu plus un joueur nord/sud, a-t-il analysé. Serron a un peu plus de créativité et peut travailler est/ouest et vous battre en situation un contre un. Serron pourrait être sélectionné assez rapidement lors de ce repêchage. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.