Skip to main content

Price s'attend à un camp d'entraînement « très énergique » avec le CH

L'acquisition du « dynamique » attaquant Jonathan Drouin rend le gardien très enthousiaste en vue de la prochaine saison

par Kevin Woodley / Correspondant LNH.com

SUMMERLAND, Colombie-Britannique - Carey Price a beaucoup plus de facilité à apprécier sa saison morte cette année que lors de l'été 2016.

Entre les premiers pas de sa fille Liv auxquels il a pu assister et le fait qu'il n'a pas autant à se soucier de ses premiers coups de patin, le gardien des Canadiens de Montréal a affirmé être plus calme qu'il y a un an à pareille date, alors qu'il tentait de se remettre d'une sérieuse blessure au genou tout en se préparant pour la Coupe du monde de hockey 2016.

« Je ressens beaucoup moins d'anxiété », a assuré Price, qui a accepté une prolongation de contrat de huit ans d'une valeur de 84 millions $ le 2 juillet, et qui a soufflé ses 30 bougies mercredi dernier. « Je savais à l'approche de la dernière saison que nous allions devoir passer de zéro à cent kilomètres à l'heure dès le départ, alors que je devais prendre part à un tournoi d'importance regroupant les meilleurs joueurs au monde, alors le fait que je me remettais d'une blessure était un peu énervant. »

Price a indiqué qu'il n'avait jamais douté qu'il allait être prêt pour la Coupe du monde et pour la saison de la LNH qui a suivi, même s'il n'avait pas joué depuis qu'il s'était étiré le ligament collatéral médial du genou droit au cours d'un match contre les Rangers de New York le 25 novembre 2015. Il a toutefois admis qu'il avait trouvé agréable de ne pas avoir à penser à cela tout au long de la présente saison morte. 

« Le fait que cela ne pende pas au-dessus de ma tête dès le départ me permet de, je ne dirais pas de relaxer, mais d'être un peu plus à l'aise à l'approche de la saison », a-t-il mentionné.

Price a certainement eu l'air plus relaxe et à l'aise sur la glace dimanche avec les 18 gardiens -- 17 garçons et une fille - qui ont eu la chance de passer la journée avec lui, son père, Jerry Price, ainsi que l'entraîneur des gardiens Eli Wilson en Colombie-Britannique. Après s'être assis avec les enfants, qui se sont déplacés d'aussi loin que l'Île-du-Prince-Édouard et le Colorado, pour le déjeuner, Price a mené le groupe au cours d'un échauffement hors glace, qui incluait des étirements statiques et des mouvements dynamiques, avant de partager le vestiaire avec eux alors que tous ont enfilé leur équipement pour se préparer à la première de deux séances sur la glace.

Price a fait la démonstration des exercices avec Wilson, qui a été l'entraîneur des gardiens des Sénateurs d'Ottawa entre 2007 et 2010, et il se déplaçait avec la même puissance et la même aisance naturelle qui l'ont aidé à remporter les trophées Hart et Vézina en 2014-15, et d'être finaliste au trophée Vézina la saison dernière. Price a ensuite conseillé les enfants au cours de chacun des exercices, prenant parfois le temps de prodiguer des conseils techniques sur une base individuelle, ou en y allant de quelques mots d'encouragement.

Entre les deux séances sur la glace, Price s'est entretenu avec LNH.com pour revenir sur les changements qui sont survenus à Montréal au cours de la saison morte, incluant le départ du vétéran défenseur Andrei Markov, qui est retourné en Russie pour évoluer dans la Ligue continentale de hockey.

« Il m'aura fallu environ six ans pour tirer un mot de Marky, mais je vais m'ennuyer de lui, a lancé Price en riant. Il a été là pendant la totalité de ma carrière. Je discutais justement de lui avec mon père hier soir, de l'importante influence qu'il avait eue sur moi au cours de ma carrière, il a tellement fait pour moi. Il a de toute évidence toujours été un défenseur très fiable sur la glace, mais il m'a également toujours poussé à l'extérieur de la patinoire, il m'a montré à agir en professionnel, et je dois le remercier pour toutes ces choses. »

Price a également discuté de l'addition de l'attaquant Jonathan Drouin, acquis dans une transaction avec le Lightning de Tampa Bay le 15 juin, et de ses attentes pour le premier camp d'entraînement sous les ordres de Claude Julien depuis que ce dernier a remplacé Michel Therrien lors de son congédiement le 14 février.

« Il est évidemment un joueur offensif dynamique, et il est rafraîchissant d'ajouter un joueur comme lui à notre alignement, a déclaré Price en parlant de Drouin. Il va nous donner un nouveau visage. Chaque fois que vous ajoutez de nouveaux joueurs à votre formation, c'est rafraîchissant et le camp d'entraînement sera probablement très énergique. Je suis persuadé que nous allons introduire quelques éléments à notre jeu et à notre stratégie en vue de la prochaine saison, alors il y aura probablement un peu plus d'enseignement au cours du prochain camp. »

Price a indiqué qu'il allait approcher le camp d'entraînement avec le même mélange d'émotions que d'habitude - « un peu d'excitation, un peu de nervosité » -- mais il a marqué une pause et a souri avant d'ajouter : « C'est toujours difficile de parler de l'année à venir alors que vous êtes toujours au milieu de l'été. »

Pour Price, profiter de l'été est un élément important qui lui permet de maintenir l'équilibre entre le calme et la compétition pour lequel il est si souvent louangé lorsqu'il se trouve devant le filet. C'est pourquoi il range ses grosses jambières rapidement au cours de la saison morte avant de retourner sur la glace au début du mois d'août, alors qu'il commence à s'entraîner sans son équipement de gardien, avant d'enfiler ce dernier au cours d'entraînements informels et de matchs amicaux disputés avec un important contingent de joueurs de la LNH qui habitent dans son coin de pays au cours de l'été.

« J'ai toujours cru en cela, de m'éloigner du sport pendant un moment et de ne pas regarder mon équipement pendant quelques mois afin de tenter de rallumer le feu. Car à la fin de la saison, nous sommes assez épuisés », a expliqué Price.

Participer au Camp pour gardiens Eli Wilson fait maintenant partie de la routine de Price depuis trois étés, lui qui remet l'argent amassé au cours de ce camp d'une journée à une œuvre caritative. Et même si sa participation à ce camp est un signe que l'été tire à sa fin, Price n'est pas encore prêt à le voir se terminer. Il a planifié un voyage en famille en Oregon au cours duquel il va s'adonner au rafting en eaux vives et à la pêche à la mouche avant de retourner à Montréal quelques jours avant le tournoi de golf annuel de l'équipe qui précède le camp d'entraînement.

« Être en mesure de m'éloigner du hockey et de vivre ma vie, de regarder mon enfant grandir et de profiter des fruits de mon travail est important, a souligné Price. Ce fut un été très enrichissant, avec Liv qui est un peu plus vieille et qui a effectué ses premiers pas. Ce fut vraiment agréable. »

Et beaucoup moins stressant que l'été précédent.

En voir plus