Skip to main content

Orlov prêt à assumer un plus grand rôle à la défensive des Capitals

Les dirigeants de l'équipe croient que le Russe est prêt à réaliser son plein potentiel

par Tom Gulitti @TomGulittiNHL / Journaliste NHL.com

ARLINGTON, Virginie -- Lorsque les Capitals de Washington ont amorcé le camp d'entraînement il y a deux ans, Dmitry Orlov représentait un élément méconnu.

Le défenseur russe venait de connaître une saison décevante en 2014-15, alors qu'une longue convalescence après une chirurgie au poignet droit l'a limité à trois matchs avec Hershey dans la Ligue américaine de hockey. À ce moment, il aurait été impossible de prévoir l'importance actuelle d'Orlov chez les Capitals à l'aube de leur première séance d'entraînement sur glace vendredi.

Vers la fin de la saison dernière, Orlov, 26 ans, jouait au sein de la première paire défensive des Capitals aux côtés de Matt Niskanen. À la suite du départ des défenseurs Karl Alzner (entente avec les Canadiens de Montréal), Kevin Shattenkirk (entente avec les Rangers de New York) et Nate Schmidt (réclamé par les Golden Knights de Vegas lors du repêchage d'expansion de la LNH) cet été, l'équipe s'attend à ce qu'Orlov joue un plus grand rôle cette saison et qu'il assume une plus grande charge de travail en infériorité numérique et sur le jeu de puissance.

Il a hâte de relever le défi.

« Bien sûr, chaque joueur veut disputer les minutes importantes dans les grands moments, a dit Orlov. C'est la raison pour laquelle on joue. »

Les Capitals ont démontré leur confiance en Orlov en lui accordant un contrat de six ans d'une valeur de 30,6 millions $ le 30 juin, soit un jour avant qu'il puisse devenir joueur autonome avec compensation. Orlov touchera le troisième salaire annuel moyen le plus élevé (5,1 millions $) parmi les défenseurs des Capitals, derrière Niskanen (5,75 millions $) et Brooks Orpik (5,5 millions $), qui se sont tous deux entendus avec les Capitals en tant que joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet 2014.

Orlov a modifié son jeu la saison dernière, se transformant d'un « joueur générateur d'événements », le terme utilisé par le directeur général Brian MacLellan pour décrire la tendance d'Orlov à effectuer des jeux tant positifs que négatifs à chaque bout de la patinoire, en joueur que l'entraîneur Barry Trotz a souvent déployé contre le premier trio de l'adversaire. Orlov a travaillé fort pour gagner la confiance de Trotz après que ses déboires défensifs eurent provoqué son retranchement de l'alignement dans un match des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2016.

Il a occupé le sixième rang dans la LNH au chapitre du différentiel (plus-30) la saison dernière et a établi un sommet en carrière dans la LNH avec 33 points (six buts). Orlov a récolté 29 points (huit buts) et a affiché un différentiel de plus-8 en jouant au sein du troisième duo défensif des Capitals contre des trios inférieurs en 2015-16.

« La façon dont il a modifié son jeu la saison dernière par rapport à l'année précédente, c'est incroyable de voir à quel point il a fort travaillé pour devenir un excellent défenseur complet, a mentionné le gardien Braden Holtby. Il a été constant pendant toute la saison. »

MacLellan fait maintenant l'éloge du développement d'Orlov, et il croit que le Russe n'a pas encore réalisé son plein potentiel.

« Il n'a pas encore assumé beaucoup de responsabilités en infériorité numérique, mais je crois qu'il a les aptitudes pour le faire, a affirmé MacLellan. En l'absence d'Alzner, j'espère qu'il pourra prendre la relève pour nous. Et en avantage numérique, il était notre deuxième option à la ligne bleue, et je crois qu'il a suffisamment d'aptitudes pour passer plus de minutes sur le jeu de puissance et également d'augmenter sa production offensive. »

La saison dernière, Orlov a passé en moyenne 19:32 sur la glace par match, une hausse de temps de glace par rapport à sa moyenne de 16:01 en 2015-16, mais il s'est classé au quatrième rang des défenseurs des Capitals au chapitre du temps moyen d'utilisation en avantage numérique (1:08), derrière Shattenkirk (3:29), John Carlson (2:38) et Niskanen (1:47). Orlov a rarement joué en désavantage numérique pendant les trois premiers quarts de la saison régulière, ne passant en moyenne que quatre secondes par match en infériorité numérique avant d'en passer 44 par match au cours des 20 dernières rencontres.

En 13 matchs des séries, il a passé en moyenne 55 secondes par match en infériorité numérique.

« Il y a deux ans, on l'a protégé un peu et il a bénéficié de confrontations favorables en tant que cinquième [défenseur], et même si ce n'était pas le cas l'année dernière, je crois qu'il a connu une très bonne saison, a déclaré Niskanen. On va miser davantage sur lui. La bonne chose pour lui, c'est le fait qu'il pourra encore s'améliorer. »

Après avoir remporté le trophée des Présidents et avoir été éliminés par les Penguins de Pittsburgh en deuxième ronde dans l'Association de l'Est à chacune des deux dernières saisons, les Capitals ne figurent pas parmi les favoris pour soulever la Coupe Stanley cette saison. Ils ont des vides à combler à la suite des pertes de Shattenkirk, Alzner, Schmidt ainsi que des attaquants Justin Williams (entente avec les Hurricanes de la Caroline) et Marcus Johansson (échangé aux Devils du New Jersey) afin de se donner de la marge de manœuvre sous le plafond salarial au profit des attaquants.

Orlov n'a toutefois pas encore abandonné son rêve de mettre la main sur la Coupe Stanley, et il compte faire partie de la solution dans la capitale américaine.

« Ça va se régler à l'interne, pourvu que tout le monde aide les jeunes joueurs à se sentir à l'aise dans notre équipe, a-t-il précisé. Je pense que nous avons un bon groupe de leaders -- des jeunes joueurs et des vétérans -- et nous devons simplement nous unir, tirer des leçons de notre défaite l'année dernière et aller de l'avant. C'est ça le sport. »

Il est possible que les Capitals amorcent la saison avec deux défenseurs recrues, et ils devraient miser fort sur Orlov, Niskanen et Carlson dans le top-4. Bien qu'Orlov ait admis être « plutôt timide et réservé », il croit être capable d'aider les jeunes défenseurs comme Christian Djoos, Madison Bowey et Lucas Johansen, qui rivaliseront pour des postes dans l'alignement pendant le camp d'entraînement, en partageant ses connaissances avec eux.

« Quand tu vieillis, tu vis des expériences sur la glace et dans la vie hors glace, a-t-il ajouté. J'ai vécu différentes expériences pendant mes six dernières années en Amérique du Nord. J'ai souffert de blessures et j'ai dû m'habituer à de nouveaux entraîneurs, et chaque année est différente… je crois que tout cela a été une bonne expérience pour moi. J'ai vécu de nombreuses expériences, et je crois qu'elles ont fait de moi un meilleur homme. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.