Skip to main content

Boucher : Trois organisations rattrapées par leurs succès

Notre chroniqueur Philippe Boucher trace un parallèle entre la descente des Red Wings, des Blackhawks et des Kings

par Philippe Boucher @Booboo4343 / Chroniqueur LNH.com

Philippe Boucher a disputé 17 saisons dans la LNH récoltant 94 buts et 300 points en 748 matchs. Le défenseur natif de Saint-Apollinaire a notamment connu deux saisons de 40 points et plus. Il a participé au Match des étoiles en 2007, en plus de soulever la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh à sa dernière saison dans la LNH en 2009. Choix de première ronde (13e au total) des Sabres de Buffalo en 1991, il a successivement porté les couleurs des Sabres, des Kings de Los Angeles, des Stars de Dallas et des Penguins. Au terme de sa carrière de joueur, il a occupé des postes de direction chez l'Océanic de Rimouski, les Remparts de Québec et les Voltigeurs de Drummondville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Philippe a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de traiter de divers sujets de l'actualité du hockey.

Alors que nous en sommes presque au quart de la saison régulière, trois organisations qui ont nagé dans le succès au cours de la dernière décennie et plus n'arrivent pas à sortir la tête de l'eau. Les Red Wings de Detroit, les Blackhawks de Chicago et les Kings de Los Angeles ont déjà une bonne pente à remonter au classement de leur association respective. C'est surprenant dans un contexte de grande parité dans la LNH.

À LIRE AUSSI : Boucher : Un jeune défenseur québécois de retour sur le radar

Les Red Wings, les Blackhawks et les Kings, qui totalisent six conquêtes de la Coupe Stanley depuis 2008, se retrouvent dans le même bateau, pourrait-on dire. Ils sont en quelque sorte rattrapés par leurs succès. Il fallait que ça arrive, tôt ou tard. 

Les Red Wings ont vu leur séquence record de 25 participations aux séries éliminatoires prendre fin en 2016-17, et les voilà menacés de rater le tournoi printanier pour une quatrième saison d'affilée.

Les Kings ont savouré deux conquêtes de la Coupe Stanley en 2012 et en 2014 et ils pourraient maintenant manquer les séries pour la deuxième fois de suite, la troisième fois en quatre ans et la quatrième fois en six ans.

Les Blackhawks ont gagné la Coupe trois fois en l'espace de six ans - 2010, 2013 et 2015 - et ils pourraient être exclus de la danse du printemps pour la troisième saison de suite. Ils avaient pourtant terminé la dernière saison sur une note très prometteuse.

Avec une vue de recul, on peut tirer comme conclusion que ces organisations ont voulu étirer la sauce à la suite de leurs conquêtes dans l'espoir d'en ajouter d'autres. C'est peut-être vrai, et il n'y a rien de mal à ça. Le constat impitoyable toutefois, c'est qu'elles paient toutes les trois actuellement le prix de leurs succès.

Elles doivent maintenant prêcher la patience à leurs partisans parce que la meilleure façon pour elles de redresser la barre passe inévitablement par le repêchage.

Les Blackhawks et les Kings veulent le faire en gardant dans leurs rangs leurs supervedettes. Le nouveau directeur général des Red Wings Steve Yzerman doit repartir plus près de zéro. 

Les équipes qui misent sur de bons vétérans ont besoin également de bons jeunes afin de connaître du succès. Ça prend un bon équilibre. Prenez les Bruins de Boston et les Blues de St. Louis, qui ont repris là où ils avaient laissé en Finale, en juin. Ils ont de solides leaders et de très bons jeunes joueurs, comme les David Pastrnak, Charlie McAvoy, Samuel Blais et Jordan Binnington.

Les Blackhawks et les Kings doivent dénicher de bons jeunes pour entourer les Jonathan Toews, Patrick Kane, Anze Kopitar et Drew Doughty.

Video: CHI@LAK: Doughty marque le but gagnant en surtemps

Il suffirait d'une bonne récolte d'espoirs dans une seule séance de repêchage pour que les trois organisations puissent accélérer sensiblement le processus de reconstruction.

Quelques mots en terminant sur les déboires du Lightning de Tampa Bay et des Sharks de San Jose, qui ne font même pas partie du portrait des séries dans leur association.

Le Lightning subit encore les contrecoups de son élimination hâtive en séries. C'est assurément la plus vive déception jusqu'à maintenant.

Le Lightning me fait penser aux Capitals de Washington d'il y a plusieurs années. Il doit vaincre ses démons et gagner la Coupe Stanley. L'équipe va se chercher tant qu'elle ne le fera pas.

Pour ce qui est des Sharks, il y a lieu de se demander si cette équipe n'a pas passé « Go » pour ce qui est de ses aspirations à rafler les grands honneurs.

Les Sharks sont vieillissants. Ils ont certes repêché de bons jeunes au cours des dernières années, mais est-ce suffisant pour demeurer dans le peloton des équipes de tête de l'Association de l'Ouest? Les Sharks sont peut-être une autre équipe qui est rattrapée par ses succès des dernières années, sans pour autant avoir pu sabler le champagne de la victoire, eux.

* Propos recueillis par Robert Laflamme, journaliste principal LNH.com

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.