Skip to main content

Le jeu de puissance du Lightning, l'affaire de… Killorn!

Le Montréalais de 28 ans a déjà plus de buts en avantage numérique dans ces séries que durant toute la saison 2017-18

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

Quand on pense au jeu de puissance du Lightning de Tampa Bay, on pense à Steven Stamkos, Nikita Kucherov et Victor Hedman. Pas à Alex Killorn.

Mais il faut désormais l'ajouter à la liste. Car Killorn a trois des cinq buts en avantage numérique que Tampa Bay a marqués jusqu'ici dans ces séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Killorn, né à Halifax mais qui a grandi à Beaconsfield, avait trouvé le fond du filet deux fois en supériorité numérique en saison régulière. Même les cancres en mathématiques détecteront ici une tendance à la hausse…

Le tout s'explique assez facilement, toutefois. Appelé à jouer un rôle obscur - mais fort utile - au sein d'une attaque massive hyper talentueuse, fort bien structurée et finement planifiée, Killorn s'est tout simplement mis à récolter les fruits de son travail.

Lors du deuxième match de la série quatre de sept présentement en cours contre les Devils du New Jersey, Killorn a marqué deux fois en avantage numérique à l'occasion de la victoire de 5-3. Il a inscrit son premier en redirigeant une passe de Kucherov au moment où il était placé dans le bas de l'enclave, puis le deuxième sur le retour d'un tir alors qu'il se trouvait en bordure de l'embouchure du filet.

Video: NJD@TBL, #2: Killorn redirige la passe de Kucherov

« Killorn fait beaucoup de bonnes choses dans le couloir au milieu de la patinoire que les gens ne voient pas, a indiqué J.T. Miller. Il force l'autre équipe à garder sa structure et son travail nous permet de compléter beaucoup de passes. S'il ne se place pas où il se place, les passes n'aboutissent pas à [Kucherov] ou [Stamkos]. Il a été récompensé lors du dernier match en se dirigeant au filet. C'est quelque chose dont nous parlons souvent. »

Le but de Killorn à 0:42 de la deuxième période du troisième affrontement de la série du premier tour a été une copie conforme de son premier but du deuxième match, à la suite d'une passe de Kucherov.

Video: TBL@NJD, #3: Killorn ouvre la marque en A.N.

« Quand notre avantage numérique est sur la glace, l'adversaire accorde beaucoup d'attention à Kucherov, Stamkos et Hedman, alors il y a plus d'espace pour moi et je cherche à en profiter », a déclaré Killorn lorsqu'on l'a invité à expliquer ses succès lors des présentes séries. « Je peux les aider quand il y a beaucoup de pression sur eux, et aussi en fonçant au filet pour aller chercher le retour quand ils tirent au but. »

À LIRE: Simon Gagné analyse la première ronde des séries

Quatre attaquants se joignent au défenseur Hedman au sein de la première unité à cinq contre quatre - Stamkos, Kucherov, Miller et Killorn. Chacun d'entre eux travaille pour aller se placer dans le bas des cercles des mises en jeu afin d'appliquer le plus de pression possible sur la défensive adverse.

« Ça, c'est très difficile à contrer quand tu es l'autre équipe, a souligné Miller. [Killorn] et moi essayons d'aller au filet et les autres, qui ont tout le talent au monde, tentent de décocher de bons tirs et de réaliser de beaux jeux, pendant que nous essayons de leur rendre la vie un peu plus facile en manoeuvrant pour leur donner le plus d'espace possible. » 

Video: Alex Killorn discute de la série face aux Devils

La production offensive de Killorn dans ce contexte représente quelque chose de nouveau depuis le début des séries, mais les succès du jeu de puissance du Lightning dans l'ensemble s'avèrent tout simplement la suite logique des choses.

L'attaque à cinq a fait mouche cinq fois en neuf tentatives jusqu'ici, pour un pourcentage d'efficacité de 55 pour cent. En saison régulière, le Lightning a maintenu un taux de succès de 23,9 pour cent, bon pour le troisième rang dans la Ligue, tandis que les Devils avaient pris le septième rang dans la LNH en désavantage numérique (81,8 pour cent) durant le calendrier régulier.

« Je qualifierais notre approche de "risque calculé" », a dit Hedman du style combatif du Lightning lorsqu'il a l'avantage d'un homme. 

« Ils réalisent des jeux rapidement, qui sont dirigés vers le filet; ils visent les bâtons, ils tirent en s'attendant à ce que le disque soit dévié, ils tirent de toutes sortes de manières, a indiqué l'entraîneur des Devils John Hynes. Ce sont toutes des choses qui rendent la vie difficile à un désavantage numérique. Tu peux mettre de la pression, mais c'est difficile d'écouler une pénalité devant ce genre de jeu de puissance, parce que plus tu pousses, plus les chances d'un mauvais bond ou d'un but augmentent.

« Tampa a des joueurs très habiles et ça paraît encore plus en avantage numérique. On peut voir qu'ils ont un plan; ils y croient, ils le suivent et les joueurs le mettent en pratique à merveille, eux qui lisent le jeu de la bonne façon aux bons moments. C'est ce qui arrive quand tu as des joueurs à ce point talentueux qui sont bien dirigés et qui prennent de bonnes décisions. »

Évidemment, plus le Lightning avancera dans ces séries, plus les chances sont grandes que le taux de succès du jeu de puissance baissera à un niveau un peu plus « normal ». Et sans doute que Killorn ne produira pas à ce rythme éternellement. Mais pour l'instant, ça vaut à Tampa Bay de profiter d'une avance de 2-1 dans cette série du premier tour dans l'Association de l'Est, à l'approche du quatrième affrontement qui aura lieu mercredi soir au Prudential Center, au New Jersey (19 h 30 (HE); TVAS2, SN, GOLF, MSG+, SUN).

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.