Skip to main content

John Moore est prêt

Le défenseur remplacera Matt Grzelcyk chez les Bruins à compter du troisième match de la Finale

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

ST. LOUIS - Les Bruins de Boston devront faire confiance au prochain joueur sur la liste, comme ils l'ont fait tout au long de la saison.

La seule différence, c'est qu'ils devront le faire lors du troisième match de la Finale de la Coupe Stanley, samedi (20 h (HE); TVAS, CBC, SN), alors que la série face aux Blues de St. Louis est égale 1-1.

À LIRE AUSSI : Bergeron rate l'entraînement des Bruins, vendredi | Grzelcyk réévalué sur une base quotidienneBoucher: La perte de Grzelcyk n'explique pas la défaite des Bruins

Le défenseur Matt Grzelcyk ne sera pas en mesure d'enfiler l'uniforme et il sera remplacé par John Moore. Grzelcyk a été blessé quand il a été frappé par Oskar Sundqvist dans le match no 2 et n'a pas voyagé avec l'équipe. Il s'est soumis au protocole des commotions cérébrales. 

« Le cas de Grzelcyk est douteux pour le prochain match et s'il s'absente nous enverrons probablement John Moore dans la mêlée, avait déclaré l'entraîneur Bruce Cassidy vendredi. Il est gaucher comme Matt donc ça ne chambardera pas nos paires. »

À ce stade-ci de la saison, il n'est pas surprenant de voir les Bruins et les Blues puiser dans leurs ressources pour pallier l'absence de joueurs réguliers. C'est là que la profondeur entre en ligne de compte et les deux équipes n'ont aucun problème de ce côté.

Et même s'il n'a disputé que cinq matchs jusqu'ici en séries - quatre face aux Maple Leafs au premier tour et un contre les Hurricanes en Finale de l'Est - John Moore est ce qu'on pourrait appeler un remplaçant de luxe, surtout en raison du contexte.

Il n'est peut-être pas le plus rapide ni le meilleur dans son territoire - on l'a vu dans le match no 4 contre les Hurricanes - mais il sait ce que c'est de jouer en Finale avec tout ce qui est à l'enjeu. Il avait disputé quatre des cinq rencontres face aux Kings alors qu'il portait l'uniforme des Rangers en 2014.

« J'imagine que ça peut m'être utile, a lancé l'arrière de 28 ans. Je ne me concentre pas sur ce qui est arrivé dans le passé, mais ça peut aider. Je vais prendre une grande respiration et m'assurer d'être prêt. Il y a beaucoup de distractions à ce stade des séries. 

« S'il y a une chose dont je suis certain, c'est que je me sens plus mature pour gérer tout ça. »

Il n'a pas dû attendre bien longtemps avant de se faire rappeler que tout est amplifié en Finale. Moore a beau être le septième défenseur des Bruins et n'avoir joué que 61 matchs en saison, il a fait courir les foules au terme de l'entraînement de l'équipe.

Video: COL@BOS: Moore crée l'égalité sur un tir précis

Le pire, c'est que ce cirque médiatique n'était probablement qu'un très léger avant-goût comparativement à l'ambiance de carnaval qui régnera au Enterprise Center de St. Louis pour le premier match de la Finale à y être disputé en 49 ans. Son expérience ne sera assurément pas de trop lorsqu'il effectuera une première présence depuis le 16 mai.

« Ce qui facilite beaucoup les choses rendu à ce point, c'est que les joueurs entrent dans des formations qui jouent très bien en équipe, a fait valoir Cassidy. C'est probablement plus facile de le faire à ce stade-ci de l'année.

« Y'aura-t-il de la nervosité? C'est certain. Peu importe qui sera là demain, il va y en avoir. Mais John sait ce que c'est du hockey de séries et je suis sûr qu'il s'en sortira bien. »

Jeu robuste

Les Bruins se seraient bien passés de la blessure à Grzelcyk, mais s'il y a du positif dans ce changement à la ligne bleue, c'est qu'ils gagnent en grandeur et en grosseur.

Après un match où les Blues ont distribué 50 mises en échec, dont plusieurs sur les défenseurs en fond de territoire, ce n'est pas une si mauvaise nouvelle. Moore (6 pieds 2 pouces, 210 livres) dépasse Grzelcyk de quatre pouces et pèse 36 livres de plus.

Parions que son compagnon Connor Clifton (5 pieds 11 pouces, 175 livres) ne s'en plaindra pas non plus. La seule question qui demeure, c'est à savoir s'il pourra s'ajuster à la vitesse du jeu après une si longue période d'inactivité.

« Tout est une question de professionnalisme et de la manière dont tu prends soin de toi, a indiqué Moore. C'est facile de se laisser distraire à ce temps-ci de l'année, mais l'organisation s'assure que tu aies des comptes à rendre et que ta condition physique soit optimale. »

Avec la manière dont les Blues jouent, on devrait avoir la réponse assez rapidement.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.